Asie

Une délégation du Mouvement de la Paix en Chine du 18 et 28 septembre 2016

chineseptembre20162

Le Mouvement de la Paix en Chine en septembre 2016.

Le Mouvement de la paix a été invité en Chine du 18 au 28 septembre 2016 par le CPAPD, Organisation non-gouvernementale pour la Paix et de Développement.

A cette occasion, la délégation a pu assister à la commémoration de la Journée internationale de la Paix du 21 septembre qui s’est déroulée sur 4 jours (20-23 septembre) à Yinchuan, région du Ningxia. Au programme : des sessions plénières sur deux journées très chargées, mais aussi des visites de la région autonome du Ningxia, notamment pour montrer comment la Chine combat la désertification en replantant et en irriguant afin de faire disparaitre le désert; de la création de très vastes zones viticoles avec la production depuis 8 ans de vins de qualité qui n’ont rien à envier aux vins français, mais aussi comment la Chine fait un atout de ses minorités, en s’appuyant par exemple sur la minorité musulmane de la région du Ningxia (35%) pour développer des industries spécifiques pour les pays musulmans et développer le tourisme en Chine. Enfin il a été instructif d’assister à un conseil municipal du parti communiste chinois où était débattue de l’éradication de la pauvreté par le relogement et la création massive d’emplois industriels.

 Du 24 au 27 septembre, le Mouvement de la Paix emmené par Patrice Salzenstein a pu prendre la mesure de la mégapole de Guangzhou (3eme ville de Chine, 16 millions d’habitants intra muros) et de son agglomération de plus de 100 millions d’habitants: visites culturelles et de diffusion scientifique ou technologique, scientifiques, techniques et industrielles (domaines de la thermique, domotique, automobile), mais aussi réunion de synthèse avec les pacifistes chinois.

chineseptembre2016

En Chine, pour la Commémoration de la Journée internationale de la Paix du 21 septembre 2016.

Toutes ces journées d’échange ont été l’occasion de voir dans la pratique comment la Chine promeut le développement durable et entend construire une paix durable avec le désarmement nucléaire avec ce message “pas de développement durable sans paix durable, pas de paix durable sans développement durable”. Cette voie s’inscrit dans les efforts que mène la Chine depuis quelques années, et singulièrement depuis 5 ans en continuant à s’attaquer à la pauvreté, à la pollution et à la corruption, avec pour objectif de diriger le pays vers une amélioration sensible du niveau de vie de l’ensemble de la population, ce qui se constate en pratique puisque le niveau de vie en Chine est important, sans laisser personne sur le coté. Dans le même objectif, la Chine pèse de tout son poids afin de contribuer à établir une paix durable dans le monde au travers d’une politique étrangère très pacifiste et équilibrée, faisant par exemple la promotion de la résolution des conflits internationaux par le dialogue et la réconciliation des peuples et des pays.


Au Japon, en hommage aux crimes de guerre d’Hiroshima et Nagasaki

67e-anniversaire-du-bonmbardement-atomique-sur-hiroshima_5392841

Le Mouvement de la Paix, partie prenante des hommages aux crimes de guerre perpétués contre les populations d’Hiroshima et Nagasaki les 6 et 9 août 1945.

Comme chaque année depuis sa création en 1948, le Mouvement de la Paix a tenu à faire le voyage jusqu’au Japon, à Hiroshima et Nagasaki, les 6 et 9 août. L’occasion de rendre hommage aux victimes directes des bombardements nucléaires de 1945, ainsi qu’aux blessés, mais aussi de rappeler notre opposition à l’usage des armes et notre appel à démanteler les arsenaux nucléaires qui menacent l’existence de notre civilisation.

Les 6 et 9 août 2016, une délégation du Mouvement de la Paix s’est recueillie aux monuments de Hiroshima et Nagasaki et a profité de sa présence pour rencontrer les organisations pacifistes japonaises.

Une énorme manifestation de 50000 personnes dont le Premier Ministre japonais Shinzo Abe et des représentants de dizaines de pays, s’est tenue dans le Parc du Mémorial de la Paix, à Hiroshima, pour rendre hommage aux centaines de milliers de victimes, hommes femmes et enfants innocents, anéantis par cette arme de destruction massive, toute nouvelle en 1945, la bombe atomique. Dans son allocution le maire d’Hiroshima a rappelé la visite du Président Obama, qui, à défaut d’excuser son pays, a salué, (plutôt fraichement selon le japonais de la rue), les malheureuses victimes de ce fléau « tombé du ciel » ! Le rôle décisif de ces deux bombardements dans la conclusion de la dernière guerre mondiale étant de plus en plus remis en cause par les historiens, leur aspect dévastateur et inhumain en apparait plus évident encore.

Après le Musée Mémorial d’Hiroshima, et son lot d’émotion, la délégation française a visité l’hôpital où continuent d’être soignés les derniers Hibakushas. Bien sûr, il n’en reste pas beaucoup, mais la doyenne centenaire fait preuve d’une malice et d’une énergie surprenantes…et assisté au spectacle extraordinairement émouvant des centaines de lanternes multicolores flottant sur la rivière Ota, à la tombée du jour, rivière qui il y a 71 ans portait les milliers de cadavres qui s’y étaient précipités pour essayer vainement d’épancher leur soif et de soulager leurs brûlures. Nos représentants ont aussi pu visiter les installations hospitalières sur l’île de Ninoshima, dans la baie d’Hiroshima, qui ont accueilli les premiers blessés après l’explosion.

Ces commémorations ont été l’occasion pour la centaine de représentants des mouvements du monde entier pour la paix et le désarmement, de réaffirmer leur attachement à leurs valeurs de justice, d’équité et de paix, et à ce combat fondamental pour la survie de la planète, celui de l’élimination totale des armes nucléaires.  Plusieurs pays, marchands d’armes et détenteurs de l’arme nucléaire, comme la France, persistent à faire croire qu’elle est nécessaire pour notre sécurité et notre économie. Le coût exorbitant de sa production et de son entretien, et son inutilité flagrante dans les conflits actuels rendent cette propagande de moins en moins crédible. Les voeux exprimés hypocritement dans les traités de Non Prolifération, signés par la France, et cette décision d’avancer à « petits pas » vers cette dénucléarisation souhaitée par l’ensemble des peuples, cachent mal leur mauvaise volonté.

Du 2 Août au 9 Aout, des réunions et des débats, à Hiroshima et à Nagasaki, ont permis de réentendre les témoignages des Hibakusha, les quelques rescapés des bombardements, mais souffrant encore de leurs conséquences et effets secondaires, et de faire état de leurs actions pour faire connaître la vérité et éviter qu’une catastrophe semblable, voire bien pire, ne se reproduise. Un représentant américain, J. Gerson a parlé de crime, et la représentante britannique Ms Turner, de « terrorisme international ».L’énormité de ce massacre, les souffrances physiques, à court et très long terme, la détresse morale des exclusions, de la responsabilité du survivant et des maladies léguées à leur descendance font de cet acte de barbarie un événement inédit dans l’histoire. Il ne tient qu’à nous qu’il le reste. Des participants de très nombreux pays ont exprimé cette préoccupation avec leurs problèmes spécifiques, juridiques (e.g. la reconnaissance des préjudices subis par les habitants des Iles Marshall), économiques (e.g. l’étranglement économique de l’île de Guam), environnementaux (e.g. l’agent orange au Vietnam). Ils ont exposé les stratégies mises en œuvre (e.g.« don’t bank on it » de Pax des Pays Bas.)

Les représentants japonais quant à eux, s’élèvent contre la persistance et les volontés d’extension des bases aéroportuaires de l’armée américaines à Okinawa, une des îles tout au sud de l’archipel japonais, et aux volontés de militarisation et même de nucléarisation du Japon du Premier Ministre, alors même que la constitution par son article 9, interdit formellement ce réarmement. Ont été évoqués les problèmes posés par le nucléaire civil (j’étais à Tokyo lors du passage du dernier typhon, le 17 Août 2016 : très près de Fukushima des dispositions exceptionnelles ont été prises pour limiter les contaminations de l’eau, qui adviennent peu ou prou après chaque forte pluie), la remise en fonction de la centrale Sendai, le prolongement de vie de celle de Tanahama, l’élimination des déchets (45 tonnes de plutonium).

Les hibakushas ont réitéré leur détermination à obtenir une juste compensation de leurs préjudices et la reconnaissance de leurs droits pour la deuxième et même troisième génération, de même que pour les étrangers (surtout coréens) touchés par les explosions et les retombées. Compte tenu de leur âge moyen (80 ans) ils se préoccupent de la transmission de leur terrible expérience et insistent pour que soit intensifié l’appel à signatures de leur pétition. Le Mouvement de la Paix a apporté aux hibakushas toute la compassion de mes concitoyens pour tout ce qu’ils ont subi, physiquement et moralement, et l’espoir très sincère que leur histoire ne sombrera pas dans l’oubli. A cette occasion, il leur a été offert un livre relatant ce qu’ils ont vécu :« Le Jour à ne jamais oublier », traduit en français par une classe du Lycée du Granier (La Ravoire. Savoie) en témoignage de leur volonté de perpétuer le message, et d’agir pour une paix équitable dans un monde délivré de la menace croissante de cataclysme nucléaire.

Les représentants français ont réaffirmé la détermination du Mouvement de la Paix, parler de ses actions, mais malheureusement confirmer l’attachement du gouvernement français à son ancienne doctrine de « dissuasion » et à ses représentations de la grandeur de la France. Son refus de participer aux négociations proposées par les Nations Unies, l’augmentation des fonds alloués aux forces d’intervention à l’étranger, la tension entretenue par l’état d’urgence, montrent que ses préoccupations des dirigeants ne sont pas de soutenir ni de préparer la paix, mais bien de créer un nouvel équilibre international qui renforce la domination américaine et l’OTAN.

Les grandes séances publiques (4.500 personnes) étaient animées par des chanteurs, des chorales et des présentations des « marcheurs pour la paix ».Une commémoration permet d’abord, bien entendu, un retour sur l’innommable tragédie des deux villes sacrifiées. L’émotion était forte et la communion entre jeunes et vieux, hommes, femmes, enfants de tous les continents, impressionnante et nécessaire. C’était bien que nous participions, et c’était une expérience unique. Mais il ne fallait pas s’attendre à des débats contradictoires ni à de grandes nouveautés. Le Japon m’est apparu conforme à sa légende, dynamique, industrieux, charmant, respectueux et attentionné, très soucieux d’éviter les microbes et les conflits ouverts, joignant l’extrême modernité aux traditions les plus ancrées, le recueillement des oratoires shintos et les énormes et tonitruants centres de machines à sous. Du stress sous-jacent, des sourires dont on n’arrive pas à douter du naturel…

Plus d’infos :

Le discours de Roland Gardien du Mouvement de la Paix le 6 août 2016

Allocution du maire d’Hiroshima du 6 août 2016 (en anglais)

Déclaration du Mouvement de la Paix à l’occasion du 71e anniversaire

Facebooktwittermail