Hiroshima 2018: une délégation du Mouvement de la Paix à la Conférence mondiale contre les bombes A et H

 

La délégation française du Mouvement de la Paix, devant un monument de commémoration à Nagasaki

Des nouvelles de la délégation sur place :

Nous sommes maintenant à notre 4ème jour à Hiroshima.
Le programme est bien chargé, rythmé par les conférences du meeting international les trois premiers jours (les 2, 3 et 4 août), au cours duquel les 250 représentants de 23 pays (entre autres Japon, USA, Népal, Grande Bretagne, Philippines, Corée du Sud…) ont discuté quant à l’évolution du combat contre les armes nucléaires.
 
Les 3 jeunes de la délégation française : Ninon, Julia, Charlotte.
 
Celui-ci a été suivi par la conférence mondiale contre les bombes A & H (atomique et hydrogène) où de nombreuses associations, mouvements japonais ainsi que des marcheurs internationaux pour la paix ont rejoint les participants du meeting, avec 5000 personnes au total.
 
 
 
Lors de la plénière d’ouverture, le 4 août Ninon a pris la parole, représentant le Mouvement de la Paix.

Le soir même, au cours du forum des jeunes, Julia s’est exprimée à son tour.

 
Julia prenant part à une série de questions/réponses au forum des jeunes
 
 
 Une partie des jeunes du forum, dont au centre les 3 françaises
 
Julia a repris son discours ce soir lors du forum des femmes.
Aujourd’hui nous avons participé à un atelier où nous avons rencontré des Hibakushas (survivants des bombes atomiques de 1945) et appris de leur expérience.
 
Le groupe de réflexion japonais / étrangers autour d’un Hibakusha
 
Face à ces témoins, nous prenons conscience des conséquences directes et indirectes d’une bombe A, non seulement les dizaines de milliers de morts instantanés, mais aussi de plusieurs conséquences indirectes liées aux irradiations : leucémies, nombreux cancers, y compris leur transmission aux générations suivantes. C’est ce genre de rencontre qui donne tout leur sens aux discours, dans lesquels le Mouvement de la Paix affirme la nécessité que la France ratifie le Traité sur l’Interdiction des Armes Nucléaires (TIAN), adopté par l’ONU en 2017.
 
Nous joignons aussi une photo d’un monument de commémoration alignant le cénotaphe, la flamme, puis le dôme de la bombe dans le parc de la paix, où auront lieu les commémorations officielles, et du dôme de la bombe atomique, bâtiment situé à 140 mètres de l’hypocentre, laissé tel qu’après l’explosion et qui témoigne donc de la violence de celle-ci.
 
Pacifiquement,
Julia Coulon et Ninon Cazaux
 
 
 

Les documents suivants sont en PDF :

L’intervention de Christine Rosemberg sur place en français et en anglais

L’intervention de Ninon Cazaux en français et en anglais

L’intervention de Julia Coulon en français et en anglais

L’intervention de Charlotte Démathieu dans l’atelier “Coupures dans les dépenses militaires au profit d’une vie humaine sereine et digne” en français et en anglais et l’intervention de Christine Rosemberg dans ce même atelier en français et en anglais

Message de solidarité au meeting consacré aux bases militaires à Okinawa et Henoko en français et en anglais

Déclaration finale en français et en anglais

Résolution adoptée par le rassemblement de Nagasaki en français et en anglais

 

image_print
Facebooktwittermail