Le désarmement nucléaire

Conférence d’Examen du Traité de Non Prolifération : la délégation française à New York

site-TNP-new-york-2015-2


New York le 26 avril 2015: Manifestation pour la Paix
et le désarmement Nucléaire (par Mortvor)

Bien que certains affirment que personne en France ne s’oppose aux armes nucléaires (France Inter le 3 mai 2015) une importante délégation française (90 membres) s’est rendue au siège de l’ONU à New York lors de la conférence d’examen du TNP 2015 afin d’exprimer une autre opinion que celle du gouvernement français sur le désarmement nucléaire.

manif-TNP-NY-2015

La délégation pendant la manifestation du 26 avril

Très active au milieu des pacifistes venus du monde entier, la délégation française a su se faire remarquer dans les rues de New York lors de la grande manifestation du 26 avril.

La délégation d’opposants français à l’arme nucléaire a été reçue par l’ambassadeur de France à l’ONU ainsi que par l’ambassade des États-Unis.

Avoir le sentiment de se placer du bon coté de l’histoire en s’opposant à la barbarie des armes nucléaires a été très motivant pour la délégation française, ravie de faire vivre à New York la première phrase de la charte des nations Unies : « Nous les peuples…. »

Compte rendu TNP 2015 Complet-1Télécharger le CR TNP 2015

TNP 2015 : En marche pour la Paix – Abolissons les armes nucléaires ! Communiqué du 15 avril 2015

Télécharger le dossier de presse du TNP 2015

Le TNP en images

 
 
 

 

HINW14 Vienne: Ouverture des inscriptions au Forum de la Société Civile

En février dernier, le ministre autrichien des Affaires étrangères a annoncé que son gouvernement allait accueillir la troisième conférence sur l’impact humanitaire des armes nucléaires. Elle aura lieu en décembre 2014. Voir les photos de la délégation.

Lire la suite (ICAN France)

 

Le Laser Mégajoule de simulation nucléaire est devenu opérationnel

Une violation du traité de désarmement nucléaire TNP
Le 23 octobre 2014, Le Premier Ministre, Manuel Valls, a déclenché la première expérience de simulation d’un tir d’arme nucléaire au Laser Mégajoule (LMJ) du CESTA (Centre d’études scientifiques et techniques d’Aquitaine) situé sur la commune de Barp (Gironde). Le Laser Mégajoule doit permettre de simuler des essais nucléaires afin de maintenir la force de dissuasion française en état opérationnel, c’est-à-dire, en clair, de la développer.

Lire la suite (France sans armes nucléaires)

 

26 septembre : Journée internationale pour l’élimination totale des armes nucléaires :

Lire le communiqué et la Résolution de l’ONU


Jeûne et Interpellation à Paris pour l’Abolition des Armes Nucléaires

Tous les 1ers ou 2èmes vendredis du mois, les jeûneurs dénoncent l’arme nucléaire. Rejoignez-les !

Retrouvez le prochain RDV dans l’agenda

 

Une délégation du Mouvement de la Paix à New York pour le 3ème Prepcom, pour le TNP 2014

Compte-rendu de l’audience auprès de l’ambassadeur de France

Nous sommes reçus, l’ensemble de la délégation française, à la mission française à New York.

Monsieur l’Ambassadeur est accompagné de deux attachés, dont un militaire.

L’accueil est comme à l’accoutumée fort aimable et un café nous est offert.

Monsieur Simon Michel nous fait part de son analyse quant à ce qu’il juge positif et négatif dans le processus de non prolifération.

Positif selon lui l’accord iranien sur le nucléaire civil, ainsi que le travail des pays du P5 qui se sont rencontrés à Pékin dernièrement, mettant au point la forme des rapports qu’ils doivent présenter lors de ce 3° Prepcom.

Négatif, la Corée du Nord, et bien sûr, les initiatives sur le désarmement nucléaire parallèles au TNP. S’agirait-il des conférences organisées sur les conséquences humanitaires d’une déflagration nucléaire qu’il avait qualifiées de « distraction » il y a peu ?

Suivent alors nos questions. Nous indiquons que les 23 milliards d’euros de la loi de programmation militaire pour les armes nucléaires, sont à classer dans le négatif, et nous nous interrogeons sur la façon dont la mission diplomatique française va convaincre la communauté internationale sur le réalisme de efforts de désarmement de la France avec une telle enveloppe budgétisée, dévolue à la prolifération verticale. Le conseiller militaire nous dresse alors un tableau apocalyptique des menaces qui pèsent sur la planète et donc sur la France. Ce qui justifierait à ces yeux des investissements entièrement destinés à la sécurité de notre pays…

Nous intervenons ensuite sur le processus d’Oslo et Nayarit.

La France sera-t-elle présente à Vienne en décembre ? Monsieur l’Ambassadeur nous indique alors que le point bloquant était justement l’humanitaire qui interdisait toute évocation de la sécurité nationale. Or pour lui, il ne pouvait être question de désarmer sans avoir de contre-partie de sécurité. Oslo et Nayarit n’ont pas indiqué une quelconque disposition en la matière. La décision pour participer à la conférence de Vienne n’est cependant pas encore arrêtée.

Monsieur l’Ambassadeur nous propose une nouvelle rencontre avant notre départ. Nous pourrons alors mesurer les effets de ce Prepcom et de la campagne internationale pour l’abolition des armes nucléaires (ICAN) et interpeller la mission française sur les dispositions qu’elle compte mettre en place pour le 26 septembre, désormais Journée Internationale du Désarmement nucléaire instaurée par la résolution 68/32adoptée par l’Assemblée générale de l’ONU le 5 décembre 2013.

Nous, délégation du Mouvement de la Paix au Prepcom 2014, annexons le texte de cette résolution pour que vous puissiez en prendre connaissance et de le diffuser autour de vous.

En annexe (pdf) : Résolution 68/32 de l’ONU

Michel Dolot

Conférence organisée par Chatam House, the royal institute of international affairs le 28 avril 2014

« Quels risques prenons-nous du fait de la seule existence des armes atomiques ? »

Une mise en équation très simple :

RISQUE = (PROBABILITE d’ACCIDENT) X (CONSEQUENCES de cet ACCIDENT)

On mesure ainsi très bien que même si la probabilité d’accident n’est pas très élevée, comme les conséquences sont incommensurables, le résultat de l’opération indique un risque inacceptable car bien trop important !

L’histoire montre que les crises ont considérablement augmenté les risques d’explosion accidentelle et des cas ont été révélés montrant que l’incompréhension, les défauts dans les transmissions, mais aussi l’urgence avec laquelle les décideurs doivent agir dans le cadre de la dissuasion, nous ont portés au bord du précipice.

Eric SLOSSER, auteur d’une enquête approfondie parue sous le titre de « command and control » étaye la notion du risque d’exemples concrets puisés dans les archives américaines. Cette énumération qui montre que la bombe, le missile pour la transporter et les télétransmissions pour la guider, sont des machines de fabrication humaine, et que l’on ne connaît pas une seule machine humaine même des plus sophistiquées et surveillées qui n’ait connu de défaillance grave.

Un argumentaire simple et précis qui renforce notre exigence de se débarrasser de ces armes décidément incontrôlables !

 

Compte-rendu de la rencontre avec l’ambassadeur de Finlande

Monsieur RUOTSALAINEN a reçu ce matin 1er mai 2014 la délégation du Mouvement de la Paix, dans les locaux de la mission de Finlande. Après une courte présentation, la discussion s’engage directement avec la problématique liée à la Zone Exempte d’Armes Nucléaires et de destruction massive du Moyen-Orient.

Rappelant que, si des facilitateurs en charge de la tenue de la conférence d’Helsinki sur le sujet, prévue depuis 2012, sont finnois, le rôle de l’état de Finlande est le même que pour les autres nations du monde. Le conseiller d’ambassade nous confirme que son pays fera tout pour que cette conférence se tienne avant fin 2014. Toutefois, il rappelle que cela reste difficile de faire asseoir tous les pays concernés autour de la même table .

La signature par la Syrie du traité d’interdiction des armes chimiques est très importante, mais ne permet toujours pas à Israel, l’Egypte et le Soudan de ratifier ce traité et de reprendre rapidement la création de la ZEAN du Moyen-Orient. (mais n’est toujours pas suffisante pour que Israel, l’Egypte, et le Soudan acceptent de signer)

Pour clore sur ce thème, il nous pose une question sans réponse à ce jour : quel est le bon chemin pour obtenir un désarmement complet ?

Nous parlons ensuite de la troisième conférence sur les conséquences humanitaires liées à une explosion atomique, qui se tiendra à Vienne les 8 et 9 décembre 2014.

La Finlande a participé à la conférence d’Oslo et à celle de Nayarit. Elle a même signé le texte de sortie de conférence du Mexique. Elle participera à la conférence de Vienne. Le conseiller nous a confirmé ce que nous avons ressenti depuis le début de la semaine : le P5 doit être présent à Vienne : “Comment parler d’armes nucléaires en excluant le P5 du lieu où on discute (???) ? Aller vers un monde sans armes nucléaires, c’est la seule façon d’assurer la sécurité du monde.”

Il est très important que la société civile continue à faire pression sur la délégation française pour qu’elle soit présente à Vienne.

Monsieur RUOTSALAINEN continue en affirmant que soutenir le TNP est le moyen d’arriver à l’élimination des armes nucléaires, et il pense que ce processus ne peut plus être bloqué. Parler des conséquences humanitaires doit donner un nouvel élan au désarmement nucléaire.

Le dernier sujet abordé est celui de la journée internationale du désarmement nucléaire fixée par l’ONU au 26 septembre de chaque année. Il nous informe que la Finlande fera en sorte de relayer l’information aux médias, mais qu’il lui sera difficile de faire davantage.
C’est le rôle des ONG et de la société civile de mettre cette journée sur le devant de la scène.


Rencontre avec le représentant de la Lituanie, Martins Pundor 1er mai 2014

Claude Collombier, Dominique Lalanne

Martins Pundor, Ministère des Affaires étrangères de Lithuanie, Directeur du département de la politique de sécurité, accompagné de son assistante.

Martins Pundor : “La Lithuanie était à Oslo mais n’a pas été au Mexique pour des raisons budgétaires. Pour Vienne, nous n’avons pas encore pris de décision. Nous ne sommes pas convaincus que les conférences sur les conséquences humanitaires ouvrent une voie parallèle au TNP appropriée sous la forme actuellement proposée.

Notre pays est membre de l’OTAN et l’OTAN est une alliance militaire nucléaire et donc le problème est plus large. Nous ne voyons pas comment amener les Etats nucléaires à participer à un autre processus que le TNP.

Nous serons pris en décembre par des élections aussi notre présence, si elle doit être effective, ne sera pas à un niveau du chef de l’Etat ou du gouvernement “.

Une rencontre informelle dans un salon proche pendant la séance en assemblée générale. Très bon contact. Nous nous sommes quittés en nous donnant rendez-vous à Vienne…. Mais évidemment sous réserve de la décision des autorités lithuaniennes.

Rencontre avec le représentant de Malte, 1er mai 2014

Bernadette Lucet, Dominique Lalanne, Nathalie Gauchet, Michel Dolot, Françoise Roudot, Anne Shirley.

Mr. l’ambassadeur de Malte Christopher Grima et son assistant, Bernard Charles Mifsud, premier secrétaire

Nous nous présentons comme la délégation de ICAN-France, présente à ce 3ème PrepCom représentée par 10 membres de plusieurs associations.

L’ambassadeur ne semblait pas connaître le processus « Oslo-Nayarit » et nous a demandé de lui en faire la présentation. Son assistant avait l’air un peu plus au courant. Nous prenons le temps de présenter la démarche des “conséquences humanitaires”, de l’importance d’un traité d’interdiction pour poser le principe du désarmement et de conventions, pour préciser comment les états nucléaires intéressés pourraient s’impliquer.
L’ambassadeur était au courant du projet de Convention d’élimination proposé il y a déjà une quinzaine d’années. C’est pour cette raison que nous avons montré la cohérence de toute la démarche.

Malte n’était pas représenté à Nayarit pour des raisons pratiques et financières. Nous soulignons l’importance de la prochaine réunion à Vienne les 7 et 8 décembre.

L’ambassadeur s’est montré intéressé par la démarche permettant de prévoir deux voies parallèles pour le désarmement nucléaire : le TNP et une autre voie plus axée sur le désarmement proprement dit. Il lui semble évident que Malte sera représenté à la conférence de Vienne, l’ambassadeur prenant en compte les échanges que nous venons d’avoir. Il souhaite recevoir toutes les informations de ICAN pour mieux connaître le dossier.

Une entrevue très positive.

Débat général, 28 et 29 avril 2014

Quoi de neuf depuis Genève, quoi faire pour réussir New York 2015 ?

Après les formalités obligatoires sur la mise en place de la conférence, le débat général s’est ouvert.

Il y a eu 37 pays qui sont intervenus, plus l’AIEA et le CTBTO.
Il y a encore plusieurs interventions de prévues, elles se feront mercredi matin avant le début du débat sur les « clusters » car mardi après midi la séance est consacrée à l’expression des ONG en direction des ambassadeurs.

Les Iles Marshall font partis des premiers intervenants. Dans leur intervention, ils ont annoncé qu’ils ont déposé 9 requêtes contre 9 pays nucléaires auprès de le Cour internationale de La Haye. Ils demandent à la Cour de déclarer que les 9 Etats concernés n’agissent pas de bonne foi (art 6), de déclarer que les 9 Etats concernés ne respectent pas leurs obligations, de les obliger à entamer des négociations sur le désarmement nucléaire. Cette décision des Iles Marshall est courageuse, elle va entrainer toute un série de mesures et donc à nous de suivre cette affaire.

A ce moment du débat, nous pouvons dire qu’il a été dominé par le désarmement et la non tenue de toutes les obligations des états parties au TNP, principalement de la part des EDAN (Etats Dotés de l’Arme Nucléaire).

La question de la ZEAN MO (Zone Exempte d’Armes Nucléaire du Moyen Orient) très présente dans les interventions. Le fait que la conférence, prévue en 2012 sur sa mise en place, puis reportée en 2013, n’est pas eu lieu soulève de vives critiques et une forte demande pour qu’elle soit convoquée le plus rapidement possible. Il faut que les pays devant organiser cette conférence s’attachent à convaincre Israël d’y participer car cette conférence ne peut se tenir qu’avec l’ensemble des pays de la région. Il est aussi rappeler que cette ZEAN MO fait partie des conclusions de 1995 rappelé en 2010. De plus il est noté que la mise en place de cette ZEAN irait dans le sens du désarmement.

Sur ce point du désarmement il est souvent dit que les EDAN n’ont pas respecté l’article 6 du TNP et qu’ils ne sont pas prêts à respecter, dans l’ensemble, leurs obligations. A ce Prepcom le P5 doit faire rapport de leurs actions faites pour le désarmement. Beaucoup de pays attendent ces rapports.

Il est fait aussi référence à la résolution 68-32 du 5 décembre 2013 sur le désarmement nucléaire. Résolution appelant à œuvrer collectivement à la résolution du désarmement nucléaire et faisant du 26 septembre une journée internationale pour l’élimination de l’arme nucléaire. Résolution venant renforcer le TNP. Le P5 (les cinq puissances nucléaires reconnues : Etats Unis, Russie, Chine, Royaume Uni, France) n’en ont pas parlé.

Les conséquences humanitaires d’une explosion nucléaire on aussi été abordé dans le débat en faisant référence au préambule du TNP mais surtout en référence aux conférences d’Oslo et de Nayarit. Les pays qui en ont parlé (sauf le P5) attende avec impatience la 3ème conférence qui doit se tenir à Vienne les 8/9 décembre 2014. Cette conférence devrait déboucher sur l’ébauche d’un traité d’interdiction de l’arme nucléaire. Il est aussi souhaité que l’ensemble des pays, y compris les pays nucléaires, y participent. Cela n’est pas gagné mais notre intervention, que nous souhaitons forte, peut faire modifier les positions actuelles.

La tenue de ces conférences ne vient contrecarrer le TNP. Au contraire elles renforcent la mise en œuvre de l’article 6. Notre implication avec celle de la société civile y est donc importante.

Il a été aussi regretté que le TICEN ne soit pas encore en vigueur tout en étant signé par 183 pays et ratifié par 162.

L’attitude de la République de Corée du Nord (essai nucléaire, tir de missile) a été largement critiquée.

Les interventions du P5 n’ont pas abordé tous ces sujets. D’accord pour dire que la conférence sur la ZEAN doit se tenir, ont fait part de leurs efforts pour réduire leurs arsenaux nucléaire. Les rapports sur les actions vers le désarmement seront remis comme documents de travail. Le P5 s’est mis d’accord sur un format de document (espérons que tous ne diront pas la même chose.

Ils ont aussi souligné qu’il ne fallait pas fragiliser le TNP avec des processus parallèles, sous entendu les conférences d’Oslo et de Nayarit puis celle de Vienne, afin de ne pas gêner le “pas à pas” pour l’application de l’article 6.

Il a été dit que tant que les armes nucléaires existeront, la menace d’utilisation, d’accident, de prolifération existera. Donc pour supprimer cette menace, il faut arriver à un processus d’élimination des armes nucléaires.

Il a été fait aussi allusion au sommes importantes mise dans la modernisation des armes nucléaires, sommes soustraites à la satisfaction des besoins, il a été fait référence aux OMD de 2015 qui ont de la difficulté à être réalisés.

Dany Allaire

A suivre aussi sur Facebook

Le “freezing” de lundi 14 avril, à Paris, à Marseille…

Un slogan, une sensibilisation, une manière simple de susciter la réflexion au sein de l’opinion publique…

ABOLIR LES ARMES NUCLEAIRES C’EST MAINTENANT

De la France au Mexique :

« Otez-vous la bombe du crane »

La campagne conduite par le Mouvement de la Paix, membre du collectif international ICAN, est engagée.

Une fenêtre d’opportunité est ouverte pour que des avancées notoires puissent voir le jour.

La mobilisation de 126 Etats conscients à la fois des impacts humanitaires que font courir les armes nucléaires, et de leur incapacité à gérer les risques encourus, nous renforce dans la pertinence de notre lutte.

Nous devons faire connaitre la tenue de la conférence qui se tiendra au Mexique, à Nayarit précisément , les 13 et 14 février 2014.
Celle-ci fait suite à la conférence d’Oslo de mars 2013 et sera un tremplin pour entreprendre larédaction du traité d’interdiction des armes atomiques. Nous devons demander à ce que notre gouvernement y participe et qu’il renonce à sa posture de «boycott» adoptée l’an passé.

• Dans un premier temps, il s’agit de réaliser un affichage simultané sur tout le territoire.

Ces affichages sont prévus toutes les premières semaines de chaque mois de février à mai. Pour cela, contactez le comité du Mouvement de la Paix proche de chez vous ou commandez directement du matériel de campagne (affiches, autocollants, dépliants)

• Dans un second temps, nous voulons interpeller l’ensemble des préfectures de manière simultanée, la semaine du 10 au 14 février 2014. Ces rencontres, couplées avec des rassemblements, visent à interpeller publiquement les préfets et les interroger sur les dispositions et les moyens dont ils disposent en cas d’explosion nucléaire dans leur département. Ces rassemblements sont à organiser avec le concours des partenaires locaux.

• Parallèlement, il sera proposé de signer la nouvelle pétition internationale pour un traité d’interdiction des armes nucléaires. Les 50 000 signatures de la pétition précédente ont été remises à l’Assemblée nationale le jour du vote de la Loi de programmation militaire (voir la photo de Planète Paix n°587 page 2).

• Et là où c’est possible, des meetings et tables rondes pour informer et soutenir la campagne pourront être organisés dans différentes villes.

Allez ! Débarrassons-nous des armes atomiques.

Une délégation du Mouvement de la Paix à Genève pour le TNP 2013

Journal de bord

Vendredi 26 avril 2013,

Matinée quartier libre, je suis donc allée faire des achats de chocolat dans le vieux Genève, j’ai également été admirer le mur des Réformateurs, monument très intéressant et rempli d’émotions, 12h00
repas pris à la cafétéria dehors, malgré la pluie…
14H00 rendez-vous avec l’ambassadeur d’Irlande, au café Suisse lieu très chaleureux par ces peintures… Nous nous sommes rendu au café serpentin pour profiter des ordinateurs, (rédaction de comptes rendu, lecture de mail…)
19h30 réunion de la délégation dans le hall de l’auberge, compte rendu de cette semaine puis nous avons profité pleinement de notre soirée dans un petit restaurant libanais.

Merci à toute la délégation pour ces bons moments passés avec vous, j’en ai plus appris en 1 semaine de délégation qu’en 3 ans au Mouvement de la Paix.

Amitiés, Marianne

Jeudi 25 avril 2013,

Petit déjeuner à l‘auberge à 7h30, départ à 8h15 (due au reste de la réception à l’ambassade, la nuit courte et la fatigue, Nathalie, Michel…) m’ont oublié dans le hall de l’auberge. 9H00 salle des ONG, 9h30 rendez-vous avec le Président Prepcom de Roumanie qui nous à reçu dans son bureau en présence de sa secrétaire, un véritable honneur que seule la délégation à vécu. Je suis retourné à l’auberge pour rédiger le compte rendu. 14H00 rendez-vous avec l’ambassade de Finlande au café serpentin, 16h00 rendez-vous avec la Directrice générale adjointe du ministre des affaires étrangères de Mexique toujours au café serpentin, rendez-vous incontournable pour croiser un ambassadeur.19h00 rendez-vous à l’université de droit de Genève, lieu très impressionnant pas son décor et sa grandeur, nous avons pu assisté aux témoignages de deux Hibakushas, témoignages très intéressant et très émouvants, questions abordées par les étudiants étaient très pertinentes. Nous nous sommes dispersés, et chacun à pu profiter sa soirée, (repas, balade, dodo…)

Mercredi 24 avril 2013,

9h00, rendez-vous salle des ONG,

10h00 plénières…

11h00 rendez-vous avec l’ambassadeur de la Norvège…

12h00 repas pris à la cafétéria de l’ONU avec certains membres de la délégation…

14h00 salle de conférence des ONG débat ICAN, le soleil continuait de briller je suis donc allée me promener au bord du lac…

19h00 rendez-vous à la résidence de l’ambassadeur français vue imprenable sur le mont blanc et sur la ville, l’ambassadeur nous à fait un cours d’histoire (derrière ces lunettes de soleil) avant de passer aux festivités. Après une soirée bien arrosé (champagne et petits fours à volonté, nous avons décidé de rentrer à l’auberge à pied vers 21h30, chacun a donc pu disposer de sa soirée comme il l’entendait… (repos, lecture, sorties)

Mardi 23 avril 2013,

9h00, rencontre dans la salle des ONG avec l’ambassadeur des Etats Unis dès l’ouverture…

11hoo rendez-vous avec l’ambassade du Canada au café serpentin, 12h00 repas pris à la cafétéria de l’ONU ou nous avons pu apprécier le soleil et la vue sur les montagnes.

14h00 rendez-vous avec l’ambassadeur de France, celui-ci nous a reçu dans une salle que lui-même venait de découvrir, un véritable joyau de l’ONU offerte et rénovée par la Lituanie…

Après une journée intense, chacun à profiter de sa soirée pour travailler sur les comptes rendus, se reposer et profiter de Genève la nuit. Rencontre très appréciable avec de jeunes italiens…

Lundi 22 avril 2013,

Levée 6h00, petit déjeuner 7h00. Et direction le bus pour se rendre à l’ONU pour 8h. File d’attente plus qu’impressionnante car nécessité de faire nos badges pourpouvoir entrer à l’intérieur des locaux des Nations Unies.

La conférence d’examen du TNP a lieu tous les 5 ans. Le traité est considérécomme la pierre angulaire du régime de la non-prolifération nucléaire global. Il aété conçu pour empêcher la prolifération d’armes nucléaires et la technologie d’armes. Ce matin, réunion des ONG en présence de l’Ambassadeur du Mexique et prise de rendez-vous.
Rassemblement à 10h00, pour l’ouverture officielle du TNP, un léger retard a été pris dès le début… Et l’ambassadeur nous a fait comprendre que cela ne se reproduirait pas. Midi petit buffet sur le pouce avec différentes variétés de sandwichs offert par une ONG pour l’inauguration de son exposition…Reprise de l’Assemblée générale à 15h par une prise de parole des différentes délégations présentes…

18h00 début des festivités avec un buffet et une variété de vin roumains offert par l’ambassadeur Roumain qui vient d’être nommé Président du 2d prepcom… Une vue inégalable du lac et des alentours grâce à la terrasse présente sur le lieu de la réception…


1er Briefing matinal

Dimanche 21 avril 2013,

Après un petit déjeuner pris à l’auberge de jeunesse, nous sommes retournés à la Pastorale pour 9h00, où là encore un joli buffet varié nous attendait. Après nous être bien rassasiés, nous avons travaillé en atelier, le P5 auquel j’ai assisté,portait sur l’élaboration de la pétition et comment rassembler le plus de signatures en essayant de toucher un maximum de personnes dont des célébrités.

Un buffet très copieux nous a été offert autour duquel nous avons pu échanger avec de nombreuses personnes. Notre anglais étant limité, nous avons pu compter sur Maria, une jeune brésilienne venu nous faire les traductions.

Bain de Pâquis … soirée ICAN, vue sur le lac au coucher du soleil et la nuit, petitsfours, fondu et discussions ce qui nous a permis de passer un moment convivial et d’apprendre à mieux nous connaître, nous sommes rentrés à la tombée de la nuit, nousavons donc profité d’une vue imprenable sur le lac, au point que nous en avons oublié Gérard… celui-ci est venu nous le faire savoir en venant frapper à notre porte à son retour…

Samedi 20 avril 2013,

Arrivée à Genève à 11h30, à la Pastorale, lieu typique avec un paysage verdoyant et agréable et une vue imprenable sur les montagnes enneigées. Accueil chaleureux d’ICAN autour d’un café et de tartes.
Discussions très intéressantes malgré notre anglais très peu maîtrisé…. BAN THE BOMBS !

Fort rassemblement, en route pour le Mexique !

Après le rassemblement d’Oslo et sa réussite, les militants se concentrent et travaillent sur une stratégie à mettre en place afin de réunir le maximum de personnes pour défendre nos objectifs de faire un monde de paix.

L’abolition des armes nucléaires est le souhait démocratique des peuples du monde. 78 % des personnes interrogées dans 26 pays soutiennent un traité visant à interdire et éliminer l’arme nucléaire.
Cela comprend une majorité de gens dans les pays dotés d’armes nucléaires sauf le Pakistan.


La paix offre la 4ème jambe à la
chaise cassée d’Handicap International Place des Nations

Réunion des Acteurs d’ICAN 20 et 21 avril 2013

Notre délégation au grand complet était à pied d’œuvre dès le samedi après-midi. L’enthousiasme qui a entouré la conférence d’Oslo a transpiré dans les différentes interventions.
Malheureusement, le manque de traduction dans notre langue, n’a pas permis à tous nos amis d’en comprendre toutes les nuances.

Notre délégation se félicite d’avoir rencontrés beaucoup de jeunes, dont un nombre significatif de moins de 25 ans.

Nous avons pu participer à tous les ateliers et ICAN a décrit la campagne spécifique sur les conséquences humanitaires de l’explosion d’une arme atomique.

La semaine du désarmement qui débutera le 6 juillet 2013 sera propice pour faire vivre cette campagne qui devrait conduire un grand nombre d’états a participé à la seconde conférence sur le sujet et qui se déroulera au Mexique au début 2014.

Un clip sera disponible dans toutes les langues et la pétition de campagne est déjà en ligne.

Cette campagne fait entrer Le Mouvement de la Paix dans une nouvelle dimension. Un nouvel esprit, une nouvelle dynamique, une ouverture à toute la société civile : ce sont les points forts à retenir de ces deux jours de sympathiques discussion.

Un seul mot d’ordre à retenir et à faire vivre :

« Ban the Bomb » « Abolir l’arme nucléaire » afin de construire un traité d’élimination de ces armes de destruction massive.

Gageons que les jeunes qui se réuniront à La Rochelle durant le Forum des comités sauront préparer la semaine du désarmement nucléaire de juillet avec dynamisme et une imagination fertile.

Genève, 22 avril 2013. Michel et Nath

TNP 2013 : sortir du statut quo ?

Blog Relations internationales le 7 mai

TNP : “77” contre “5” ?

Blog Relations internationales le 29 avril

Armes nucléaires : les bonnes questions

Blog Relations internationales le 19 avril et la suite

Désarmement nucléaire : le besoin de lucidité

Blog Relations internationales le 23 avril

Rencontre avec le Président de la seconde session préparatoire à la Conférence d’examen du TNP

ONU, Genève, le 25 avril 2013, 9h30

Une délégation de 6 membres du Mouvement de la Paix français a rencontré M. l’Ambassadeur Cornel Feruta, de la Roumanie, Président de la session.

Après une brève présentation de notre mouvement, son implication dans les questions de désarmement et dans la campagne d’ICAN International, nous avons interpellé Monsieur le Président sur les questions suivantes :

– Quels sont ses espoirs et attentes pour cette réunion du comité préparatoire de la conférence d’examen du traité de non-prolifération des armes nucléaires?

Le président estime qu’il existe un consensus politique fort, exprimé lors de la conférence d’examen de 2010. Une feuille de route ambitieuse, adoptée par consensus lors de cette conférence en 2010 indique clairement la marche à suivre pour soutenir la dynamique de ce traité.

Certes, comme très souvent la première semaine, des différences d’approche se manifestent mais il est nécessaire de continuer à conserver une dynamique positive.

– Quelle est son opinion sur le débat qu’a suscité la conférence d’Oslo sur les conséquences humanitaires d’une explosion nucléaire ?

Cette Conférence a eu des aspects positifs car le problème des conséquences humanitaires d’une explosion nucléaire connait un nouveau développement à partir de 2010. Le grand nombre de pays qui ont co-signé la déclaration conjointe initiée par l’Afrique du Sud sur ce sujet reflète cette préoccupation. Le processus gagne en vitesse et il ne va pas s’arrêter a cette session.

Le président a noté que le P5 dans sa dernière réunion avait abordé un champ élargi des questions liées au désarmement et à la non-prolifération.

Ce processus de concertation au sein du P5 témoigne de la détermination des états dotés à assurer la mise en œuvre d’actions concrètes destinées à assurer le plein respect de leurs engagements à l’égard des trois piliers.

Il pense que sur la base du document final adopté en 2010 qui comprend un plan d’action pragmatique et équilibré sur les trois piliers du traité, l’ensemble des États parties au TNP sauront faire preuve de responsabilité pour maintenir un climat positif dans cette conférence préparatoire.

Il est très favorable aux bonnes relations avec les ONG et la sociétécivile dans le processus des Prepcom, comme il l’a indiqué dans son discours d’ouverture.

– Quelle est son opinion sur la réussite du projet de Conférence sur le projet de zone exempte d’armes de
destruction massive au Moyen-Orient ?

Il est trop tôt pour avancer des hypothèses sur cette issue qui sera abordée la semaine prochaine, il espère fortement que les consultations du facilitateur et desco-sponsors de la Conférence (USA,GB et Russie) avec tous les pays de la région réussiront à débloquer la situation.

Rencontre avec l’Ambassade du Canada…

ONU, Genève, le 23 Avril 2013 à 11h, café le Serpent

Nous étions quatre membres de la délégation du Mouvement de la Paix a rencontrer Madame Kelly Anderson, adjointe pour les questions du désarmement auprès de Madame Elissa GOLDBERG, représentante permanente de la mission du Canada auprès de l’Office des Nations Unies à Genève.

Après une brève présentation de notre mouvement, son implication dans les questions de désarmement et dans la campagne à ICAN international, nous avons demandé à madame Anderson quelles étaient les attentes du Canada pour cette conférence préparatoire.

Le Canada met des espoirs importants en termes de progrès et attend des résultats « concrets ». Un résultat sur les trois piliers ldu TNP, en particulier :

– sur le désarmement : les P5 (puissances nucléaires ) doivent présenter un rapport sur leurs efforts de désarmement qui soit concret, crédible et transparent en 2014. C’ est déterminant pour 2015. Il faut qu’en 2014 les travaux aient bien avancé. Certains pays ne doivent pas « freiner » les autres. Le dialogue et les échanges entre pays non nucléaires et pays nucléaires doivent se multiplier dans la transparence, l‘échange d‘informations et dans le respect des engagements du plan d’ action de 2010.

– Sur la non prolifération le Canada est pour éviter qu’un pays sorte du TNP (ex l’Iran, Syrie) m ais s’il se retire, il doit y avoir un contrôle de ce qui leur a été donné avec un rôle important de l’AIEA.
Les propositions de l’Ukraine en ce domaine sont intéressantes. De toute façon, il faut des discussions et une coopération pacifique.

Quelle est l’opinion du Canada sur le débat qu’a suscité la Conférence d’Oslo sur les conséquences humanitaires et sur l’idée d’une concurrence avec le TNP? L’opinion du Canada rejoint-elle celle de la Suisse qui pense qu’il existe une complémentarité avec le TNP ?

Le Canada a participé sans hésitation à Oslo. Il ne voit pas le processus comme contraire au TNP mais bien comme une complémentarité. Cependant, il craint que la position de non participation des P5 exacerbe l’opposition entre les pays nucléaires et non nucléaires. C’est un risque qui nuit aux deux côtés. Mais le choix d’Oslo apporte une nouvelle voie, un nouvel élan et intérêt. Les conséquences humanitaires de l’explosion nucléaire créent un fort impact. Il faut continuer à s’appuyer sur ce processus.

Le Canada ira a Mexico si le contenu annoncé leur convient.

Que pensez-vous du report de la conférence des Nations Unies sur une zone exempte d’armes de destruction massive ?

Le Canada ne joue pas un grand rôle sur ce sujet. Il soutient la tenue de cette Conférence. C’est un évènement est très important. Il est difficile de réunir tout le monde. Pour que cette conférence soit couronnée de succès, il faudrait une présence de tous les pays de la région. Mais si la Conférence n’a pas lieu avant 2015, les chances de réussite de la réunion du TNP de 2015 seront fortement compromises !

Madame Anderson rappelle que le Canada fait partie du NPDI ( Groupe formé par l’Austarlie, Canada, Chili, Allemagne, Japon, Mexique,Pays-Bas, Pologne, Turquie, Emirats Arabes Unis) et qu’ils agissent pour une réforme institutionnelle du TNP. Ils comptent bien intervenir à cette session pour obtenir des avancées qu’ils n’ont pas eues depuis 2010 : un secrétariat permanent car le fonctionnement et l’organisation actuels posent le problème de la continuité, de l’efficacité et de la modernité. Simplification,
transparence, nécessité d’informer, d’échanger, de se réunir, de partager les expertises s’impose

Selon le Canada, nous sommes au milieu d’un cycle : Aujourd’hui, il faut partager plus d’informations, développer la confiance, favoriser et multiplier les échanges : c’est la condition pour que les pays non nucléaires soient oins suspicieux par rapport au P5.

Le message à faire passer, c’est de continuer ensemble à travailler et faire avancer le plan d’action de 2010.

Mardi 23 avril 2013, 10h,

Atelier des ONG

Traités Teutates entre la France et le Royaume Uni

Ces traités signés en 2010 par David Cameron et Nicolas Sarkozy organisent la coopération dans la recherche sur les armes nucléaires entre les 2 Etats pour 50 ans. Les 2 ambassadeurs (Royaume Uni et France) se sont employés à montrer que ces traités sont conformes avec les traités TNP, TICE et avec la loi internationale.

L’ambassadeur de France a expliqué que l’installation EPURE à Valduc n’est pas destinée à produire de nouvelles armes mais à permettre une meilleure sureté des armes existantes.

Seules les installations sont partagées entre les 2 pays mais pas les expériences ni leurs résultats. Chaque pays utilise ses propres matières et les déchets sont renvoyés dans les pays d’origine.

Après les questions des représentants des ONG présentes, ceux-ci ont applaudi l’idée de remplacer ces traités par des traités entre le Royaume Uni et la France pour aller vers l’interdiction des armes nucléaires et pour promouvoir la Culture de la Paix.

Joël Frison


Débat Général

Lundi 22 avril

Séance d’ouverture 11h à 13h

Présidence : Ambassadeur de Roumanie

Après une brève analyse de la situation actuelle du TNP, des propositions concernant l’organisation ont été acceptées :

1/ la conférence d’examen de 2010 constitue le point de départ

2/ l’ordre du jour est celui adopte à Vienne en 2012

3/ le Prepcom de 2014 aura lieu du 28 avril au 9 mai 2014 à New York et sera présidé par le Pérou

4/ la conférence d’examen devrait avoir lieu du 27 avril au 22 mai 2015 si le calendrier onusien le permet.

Ensuite, 24 pays se sont exprimés soit au titre national soit au nom d’un groupe de pays. Parmi les 5 Etats dotés d’armes nucléaires, seule la Chine a clairement déclaré et justifié que son objectif est un monde sans armes nucléaires. Les USA, par le rappel des déclarations d Obama de 2009 ont tenté de faire de même, mais pour un avenir éloigné. La France (plus que USA, Russie, Royaume Uni) a centré son intervention sur les entorses à la non-prolifération (Corée du Nord, Iran et même Syrie) et s’est présentée comme d’habitude en modèle de réduction des armes nucléaires.
L’Irlande pour l’Union Européenne se déclare favorable à la mise en œuvre des 3 piliers du TNPet du plan d’actions de 2010 mais ne parle pas de la présence d’armes nucléaires en Europe. La Turquie fait le
même oubli.

L’Iran (pour les Non Alignés), le Brésil (pour la Coalition du nouvel agenda), l’Australie (pour le Groupe des 10 de Vienne), le Japon (NPDI) et la Suisse regrettent :

1/ l’absence de mise en œuvre du plan d’actions de 2010

2/ l’absence d’avancées pour le désarmement

3/ le report de la Conférence d’Helsinki

4/ les lenteurs des P5 (les 5 Etats dotés officiels) pour le respect des traités instituant les zones exemptes d’armes nucléaires (ZEAN).

Ces pays attendent de la part des P5 des progrès pour l’application de l’article 6, pour le TICE, pour le Traité d’interdiction de production de matières fissiles. Lerôle joue par l’AIEA en matière de sureté nucléaire est présent dans la plupart des déclarations de ces pays ainsi que l’importance de la Conférence d’Oslo sur les conséquences humanitaires de l’utilisation des armes nucléaires.

Joël Frison

Le début de la première séance est consacré à la mise en place du président et dubureau. Il est aussi
discuter du fonctionnement et du déroulement des travaux du Prepcom.

C’est lors de ce moment que nous avons appris qu’il y a 53 ONG présentes pour suivre les travaux de ce Prepcom et que 37 manifestations sont organisées par les ONG en marge des travaux. Dans le cadre du débat général il y a eu 75 déclarations prononcées.

Vous pouvez avoir accès a ces déclarations en allant sur : http://papersmart.unmeetings.org

Les grandes lignes dans le débat général.

– ZEAN au Moyen Orient.

Presque tous les intervenants déplorent que la conférence prévue en 2012 sur cette question ne se soit pas tenue. Ils demandent qu’elle se tienne leplus vite possible et beaucoup sont prêt à aider les facilitateurs pour cela. Pour beaucoup c’est grave et remet en cause la situation et la sécurité de cette région.

L’Egypte dit même que les pays de la région ont adhéré au TNP après 1995 pour cette raison et que 30 ans après rien est fait et un seul pays reste hors TNP.

– Beaucoup de déclarations, pour ne pas dire toutes, ont souligné l’importance de la Conférence d’Oslo sur les conséquences humanitaires suiteà une explosion nucléaire.Bien entendu les déclarations du P5 ne l’a pas relevé même certain on critique cette initiativeen disant qu’elle était contre-productive par rapport au TNP. Ce n’est pas lesentiment qui ressort, même que le P5 a été montre du doigt pour avoir boycotté Oslo.Beaucoup demandent au P5 de réviser leur position et de participer a la prochaine conférence qui aura lieu au Mexique. Lié à cette question des conséquences humanitaires, plusieurs déclarations demandaient la poursuite de négociations sur uneconvention d’abolition des armes nucléaires.

– Le dernier essai de la Corée du Nord a été vivement critique pour ainsi dire par l’ensemble des déclarations. Cette situation soulevé deux points : la prolifération et la possibilité de sortie du TNP. Beaucoup se sont appuyé sur cet événement pour demander que le TICE soit ratifie pour qu’il puisse devenir universel et donc éviter de telle situation. Il en a été de même par rapport à la politique nucléaire de l’Iran : beaucoup de condamnations.

Il y a eu beaucoup de déclarations demandant que ces deux pays arrêtent leurs expériences et politiques d’armement.

– Pour ainsi dire tous sont d’accord pour dire que le TNP est la pierre angulaire du désarmement avec cependant une différence d’appréciation selon que le pays est doté de l’arme nucléaire ou que le pays est non dote de l’arme nucléaire. Ces dernier s’appuyant beaucoup plus sur l’article 6 (désarmement). Tout le monde est d’accord qu’il y a nécessité de promouvoir les 3 piliers du TNP et avancer équitablement sur les trois piliers.

– Evidemment la question de l’accès a l’énergie nucléaire a des fins pacifistes est fortement venue dans le
débat.L’AIEA a fait une déclaration sur ce point en précisant la question de sécurité. Elle a dit aussi qu’il y avait 437 réacteurs nucléaires dans 30 pays. Petite phrase : la prorogation indéfinie du TNP en 1995 n’est pas une autorisation indéfinie de posséder des armes nucléaires. Citation de Ban Ki-moon : « Il n’y a pas de bonnes mains pour de mauvaises armes. »

Dany Allaire

RV avec l’Ambassade de France

Une délégation de sept membres du Mouvement de la paix a rencontré le Représentant permanent de la France auprès de la Conférence du Désarmement, l’ambassadeur Jean-Hugues Simon-Michel et son adjointe Mme Minh-di Tang. Pendant une heure, les militants pacifistes ont exprimé leur conviction que la France pouvait et devait faire plus pour le désarmement nucléaire tandis que l’ambassadeur s’efforçait de justifier la politique française. Michel Dolot au nom de la délégation a insisté sur la déception qui avait prévalu dans les milieux pacifistes français à l’annonce de l’absence de la France à la Conférence qui s’est tenue à Oslo les 4 et 5 mars derniers, sur les conséquences humanitaires d’une explosion nucléaire.

Pour l’ambassadeur, la Conférence portait en germe le débouché vers un Traité d’interdiction générale des armes nucléaires sans étape intermédiaire et sans être sûr d’un consensus des puissances. La France reste persuadée que seul un processus progressif, basé sur le consensus des “P5” est efficace et que, dans ce cadre, la prochaine étape est un Traité d’interdiction de production des matières fissiles nucléaires (FMCT) à la Conférence du Désarmement. Pour la France officielle, la légalité de la force nucléaire est tranchée depuis 1996, comme étant destinée uniquement à un “cas extrême de légitime défense”.

Pressé de questions, l’ambassadeur a reconnu que la France et les autres pays nucléaires ne voulaient pas d’un processus de négociations de type Ottawa (comme pour les mines anti-personnel) où l’accord de tous les pays nucléaires ne serait pas assuré : “on ne peut pas accepter un traité qui n’engage pas tout le monde”.

En fait, il était clair que la diplomatie française craignait surtout tout processus de désarmement que les puissances nucléaires ne puissent pas contrôler de bout en bout.

Interrogé sur les efforts supplémentaires de transparence sur les armes nucléaires françaises d’ici la prochaine réunion en 2014, comme l’ont fait récemment Britanniques et Américains, l’ambassadeur est resté évasif tout comme sur l’annonce d’éventuelles futures réductions (forces aéroportées par exemple).

Les militants français ont certes apprécié la disponibilité et la courtoisie des diplomates français pour écouter leurs questions et interrogations mais sont restés frustrés par le peu d’avancées significatives dans les positions françaises en matière de désarmement nucléaire.

Anne Marie et Daniel Durand


Rencontre avec le Représentant
permanent de la France auprès de la Conférence du Désarmement

RV avec l’Ambassade du Pakistan

Nous avons été chaleureusement reçus par M. Shafqat Ali Khan, Deputy Permanent Representative of Pakistan auprès de l’ONU dans les locaux de la Mission.

Nous avons félicité le Pakistan pour sa présence courageuse à la Conférence d’Oslo et nous leur avons demandé quels étaient leurs sentiments après cette réunion. L’ambiance sérieuse et efficace d’Oslo a été reconnue et encourage le Pakistan à se rendre au Mexique. Toutefois, la décision n’est pas encore prise.

Nous avons évoqué ensuite la création d’une ZEAN au Moyen Orient. Le Pakistan soutient sans équivoque cette initiative et rappelle que la création de cette ZEAN est l’argument qui avait conduit de nombreux pays arabes à adhérer au TNP.

Le Pakistan semble avoir un regard critique sur le TNP en évoquant un certain nombre de « désordres » et d’immobilisme qui ne l’incite pas à y adhérer.

Le Pakistan compte beaucoup sur la société civile des pays du P5 pour créer des circonstances favorables à la mise en œuvre d’un traité d’élimination des armes nucléaires.

RV avec la Mission Palestine

Nous sommes reçus à la Mission de Palestine par M. Ibrahim M.M. KHRAISHI Ambassadeur de Palestine en Suisse et Observateur permanent auprès des Nations Unies.

Nous commençons l’entretien par un point sur le retard pris hier matin dès l’ouverture de la première séance du Prepcom. Nous avons demandé à M. l’Ambassadeur à connaitre le fin mot de l’histoire. Depuis que la Palestine est reconnu comme état à l’ONU, elle siège avec une pancarte portant « State of Palestine » mais le TNP n’est pas une réunion onusienne et les USA ont demandé à ce que la pancarte ne porte que «Palestine». Dès qu’il s’agit de la Palestine, les tracasseries administratives qui font obstacle à nos initiatives apparaissent, même ici… Mais tout est bien qui finit bien, la bonne pancarte est à sa place et la Palestine peut écouter les débats de ce second Prepcom.

Sur la question concernant un état de Palestine, l’Ambassadeur insiste sur le rôle important des ONG pour que l’on arrive très rapidement à la création de deux états souverains, Palestine et Israël. Il s’inquiète du peu de temps disponible pour que la possibilité de deux états demeure possible. La solution d’un seul état qui se précise à cause des atermoiements ouvre des perspectives inconnues compte tenu de la situation politique de la région.

Sur la ZEAN du moyen orient, il reconnait que le P5 ne fait que peu de pression sur les pays concernés pour que cette conférence, -prévue depuis 1995, dont la demande a été confirmée en 2010 et qui devait se tenir avant la fin 2012-, se tienne. Il émet des doutes quant à sa tenue avant 2015.

Il nous informe que la Palestine souhaite adhérer au TNP, mais cela lui est refusé car elle n’est toujours pas reconnu comme état plein et entier et n’a qu’un rôle d’observateur.

Toutefois, étant présent à la séance d’ouverture lundi, il se dit étonné de voir autant d’appels du pied de différents états pour que l’Inde et le Pakistan entrent dans le TNP comme états non dotés et que personne ne fasse la même chose pour Israël.

En abordant avec lui le soutien que nous pouvons adresser à son pays, nous l’avons informé des problèmes que rencontre actuellement notre délégation pour la Palestine avec le refus des autorités israéliennes de délivrer les visas. Il nous répond que la principale aide que nous pouvons leur apporter pour que les choses avancent est d’aider Israël en l’amenant à accepter la création d’un état de Palestine et à respecter les lois internationales.


Michel Dolot et Nathalie Gauchet
reçus par son Excellence Ibrahim Khraishi

Commémoration du bombardement d’Hiroshima : une délégation française au Japon

Le 7 août 2012,

9h : Au moment où je tape ces lignes, nous nous trouvons dans le bus qui nous emmène à Nagasaki, l’arrivée est prévue à 15h30.

Une fois à Nagasaki, une visite du parc de la paix et du musée est programmée pour toute la délégation.

23h : seul dans ma chambre.

Le bus nous a déposé à 16h à proximité du parc de la paix, sous un soleil de plomb. L’ensemble de la délégation s’est recueillie devant le monument marquant le point zéro de l’explosion. Chacun de nous s’est incliné devant le monument et a déposé une fleur, personnellement, j’ai prié pour les âmes des victimes et pour la paix au monde.

La visite de Nagasaki A-Bomb Museum, a plongé tout le monde dans la froideur de l’horreur, les photos des enfants défigurés, des bâtiments anéantis, de la ferraille tordue, des verres fondus et des montres arrêtées sont les indices de l’indescriptible.

Le silence se substitue au commentaire.

La révolte et l’incompréhension nous envahit tous quand sur une carte du monde, s’érigent des petits missiles rouges à côté du drapeau français et le nombre des bombes en possession de la France (300).

Savoir que notre pays a la capacité de commettre de telles horreurs, rajoute le froid à l’incompréhension et la révolte.

Mais pas seulement, cela conforte nos convictions dans le juste engagement du Mouvement de la paix et la nécessité de le renforcer.

Une idée me traverse l’esprit, l’entrée à ce musée est gratuite, il faut inviter le président de la République !

Nous avons retrouvé notre hôtel peu après. Alexandre me dit qu’il veut y retourner demain.

Majid Wannass, pour la délégation

5 août 2012 – Cela fait trois jours de réunions et de rencontres sans relâche depuis notre arrivée. La famille qui reçoit Alexandre et Titziana sont d’une gentillesse extrême, Mr et Mme SANUKI deposent les deux dionysiens le matin au où se passent le forum et les attendent à la sortie le soir pour les ramener chez eux, partager le diner et découvrir le secret de la cuisine Japonaise.

La chaleur à Hiroshima est constante, le thermomètre affiche dès 8h du matin les 30° et plus et cela dure
toute la journée, la proximité de la mer rajoute de l’humidité pour tous. Cette chaleur on la retrouve dans la sympathie des autres délégations et des organisateurs , qui malgré une gestion tres complexe et des sollicitations très variées (allant du cachet d’aspirine au besoin d’un adaptateur de prise) répondent à tout le sourire en plus.

Les moments les plus forts restent ceux des témoignages des « hibakushas », qui imposent un silence lourd comme le bruit de l’explosion, que nous n’avons pas entendu, mais que la dévastation et les douleurs racontées, force notre à écoute à imaginer la troisième dimension de ses témoignages.

Cette horreur nous projette dans l’incompréhension de cet acte et dans la révolte de savoir que cela pourrait se reproduire et que notre France a 300 bombes qui valent mille fois la petite bombe d’Hiroshima.

La visite du musée aujourd’hui, pendant le temps libre de 11 à 13h, a amplifié notre révolte, en effet sur un
mur au rez-de-chaussée sont collées toutes les lettres envoyées par le maire de Hiroshima au représentant diplomatique de chaque pays à chaque fois qu’un essai nucléaire est réalisé dans ce pays. Pour notre chère France, il y en avait des lettres d’envoyées. Notre troisième degré de révolte c’est que personne ne nous a relayé cette information, nous simples citoyens.

Le manque de ce débat en France (bien qu’une majorité de Plus de 75% des français souhaite qu’il ait lieu) pour ce qui concerne la modernisation des missiles M45, en augmentant leur portée à 9000 km et la capacité de leur tête nucléaire à ce qui équivaut 1000 fois l’explosion d’Hiroshima. Qui vise-t-on ?

Il y a un ennemi imaginaire qui fait dépenser la France des milliards d’euros, pour moderniser une bombe qui est censée juste dissuader. La logique de guerre est toujours en escalade permanente.

La présence d’ambassadeurs et de représentant d’autres gouvernements et pays, redonne l’espoir qu’un jour la menace d’une explosion nucléaire, volontaire ou accidentelle sera éloignée pour de bon et le mémorial d’Hiroshima restera la seule trace de ce qui ne devait jamais se produire.

La clôture des travaux du forum international, ce matin ne s’est bien sûr pas limitée à la question de l’abolition, il a été l’occasion de rappeler la solidarité les peuples en quête de liberté et de dignité comme le peuple syrien pour qui on doit trouver une solution non armée en conformité avec la démarche de l’ONU.

Les premiers jours bien remplis, nous donnent plein les yeux et la tête, que nous partagerons avec vous à notre retour.

Délégation du Mouvement
de la Paix de Saint Denis à Hiroshima

Tiziana, Alexandre, Majid

Draft du 4 août
2012 –
La fin de cette plénière, à 16h30 un rallye de jeunes est parti du Point Zéro.

Cette belle journée a été clôturée par une belle réception en l’honneur des délégations étrangères. Dans un climat convivial la délégation française a chanté la chanson d’Edith Piaf qui a enchanté tous les présents, bien que nous ne connaissons pas tous les paroles.

Majid Wannass

Jeûne d’interpellation et d’actions pour l’abolition des armes nucléaires,

c’était à Paris du 6 au 9 août 2010 :


Un die-in remarqué, sous la Tour
Eiffel le 7 août 2010

Le communiqué du 5 août 2010

Les autres infos Toutes les vidéosLes photos

New York 2010: la conférence de révision du TNP 2010,
à l’ONU avec près de 250 pacifistes français

Rejoignez la campagne
2010 sur www.icanfrance.org

Caen (14)
16, 17 et 18 Octobre 2009 :

4èmes Journées du désarmement nucléaire

Voir le site des JDN :
www.campagnedesarmementnucleaire.org

La plaquette de présentation (pdf)
La plaquette des JDN dans la ville (pdf)
La fiche d’inscription à remplir (doc)

Infos : 14@mvtpaix.org

Campagne pour le désarmement nucléaire

Mai 2009 : Suivre la délégation à
la conférence préparatoire à la révision de 2010 du TNP

L’ouverture de la séance plénière le 4 mai 2009, à l’ONU


La délégation
du Mouvement de la Paix aux commémorations d’Hiroshima et Nagasaki

 

L’affiche de la campagne

A voir aussi :

Les meetings 2007 et l’appel commun

Premier Comité de l’Assemblée générale de l’ONU sur le désarmement nucléaire

Le Mouvement de la Paix et le Peace Boat

Délibérations des collectivités locales pour le désarmement nucléaire

Facebooktwittermail

2 pensees sur “Le désarmement nucléaire

Commentaires clos.