Rassemblement de Paris contre toute guerre contre l’Iran le 25 janvier

Samedi dernier, 25 janvier, pour dénoncer une possible guerre des USA contre l’Iran, un rassemblement s’est tenu à Paris, pour l’Ile de France, à la Fontaine des Innocents à l’appel des collectifs « En Marche pour la paix », « Ni Guerre ni État de Guerre » et « Non à l’OTAN, non à la Guerre ».

Nous nous y sommes retrouvés entre 400 et 500 personnes, plus de 40 organisations nous ont exprimé directement leur soutien. La première intervention a été faite par le Mouvement de la Paix, YJ Gallas, avec le texte diffusé précédemment dans nos réseaux. 17 organisations ont pris la parole, la conclusion étant tirée par A. Nicolas de « Ni guerre, ni État de Guerre ». Ce chiffre est à mettre en rapport avec le fait que de nombreux militants appartenant à des organisations membres de ces collectifs, très engagés dans cette mobilisation sociale, avaient défilé la veille contre le projet de retraites. Nous sommes convenus de rester mobilisés, de nous retrouver sous 3 semaines environ et, si une guerre avait lieu, de se retrouver automatiquement à 18 heures place de la République à Paris le lendemain du déclenchement des combats.

Nous avons eu quelques soucis avec une organisation iranienne pour le retour du Shah, mais ils n’ont pas réussi à empêcher notre expression.

Yves-Jean Gallas
Conseil francilien




Paris : Grande Manifestation européenne kurde du samedi 11 janvier

Le Mouvement de la Paix était présent aux côtés de nos ami(e) s kurdes en souvenir de l’assassinat des 3 militantes kurdes: SAKINÉ, FIDA ET LEYLA il y a 7 ans déjà (9/1/2013).

La grande scène, place de la République :

Daniel Claeysen est aux côtés de BERIWAN AKYOL, une extraordinaire militante kurde qui interviendra lors d’une conférence débat sur le Rojava, samedi 25 janvier à 18 h, 32 Rue Saint Yves à Paris. Vous pouvez venir !

La présence du Mouvement a été très appréciée.




Lettre ouverte à Anne Hidalgo : « Pour une “place Jérusalem” à Paris, symbole de la Paix entre Palestiniens et Israéliens »

A Paris, le 26 juin 2019

Objet : lettre  ouverte à Anne Hidalgo : « Pour une “place Jérusalem” à Paris, symbole de la Paix entre Palestiniens et Israéliens ».


Madame la Maire,

Le 30 juin, dans la précipitation, une place Jérusalem sera inaugurée à Paris, suite au vœu voté le 12 juin par le Conseil de Paris.

Cette décision prend une forte valeur symbolique, avec le choix du lieu ou s’élèvera le futur Centre européen du Judaïsme, suggéré par le Consistoire de Paris si l’on en croit l’échange de courrier entre celui ci et la mairie.

Le motif de cette décision, rappel des liens qui unissent la ville de Paris à la communauté juive, ne semble pas animé par le souci du droit, du respect de l’autre, de l’amitié et de la solidarité entre les peuples. En effet, le Conseil de Paris, en considérant que Jérusalem n’aurait d’importance que pour le judaïsme, oublie les 2 autres religions monothéistes pour qui Jérusalem est aussi une ville sainte.

En plaçant cette décision sous le signe exclusif de “l’amitié avec Israël”, ce vote bafoue les résolutions des Nations Unies, créant 2 États avec Jérusalem pour capitale (un seul a vu le jour !).

Ce vote de Paris encourage la poursuite de la colonisation par Israël des territoires palestiniens : «la création par Israël de colonies de peuplement dans le Territoire palestinien occupé depuis 1967, y compris Jérusalem-Est, et de la judaïsation de Jérusalem. Il constitue une violation flagrante du droit international. Dans les plans de partage de l’ONU en 1947, il était noté que la ville de Jérusalem devait être « sous un régime international spécial ». Les résolutions de l’ONU prévoient une solution à deux États dans les frontières de 1967, avec Jérusalem comme capitale des deux États. Elle condamne la colonisation et l’annexion des territoires par Israël. En particulier, la résolution du Conseil de sécurité 2334 de décembre 2016, stipule que « la création par Israël de colonies de peuplement dans le Territoire palestinien occupé depuis 1967, y compris Jérusalem-Est, n’a donc aucun fondement en droit et constitue une violation flagrante du droit international ».  

Cela cautionne  les choix actuels du gouvernement d’Israël, qui a adopté une loi fondamentale raciste et suprémaciste, plaçant la colonisation au rang des valeurs nationales, et appuie la décision de Donald Trump de reconnaître Jérusalem comme seule capitale d’Israël, en dépit de la position française.

Pour le Mouvement de la Paix, l’inauguration d’une place Jérusalem n’a de sens que sous le signe de la paix et la reconnaissance de 2 États avec pour capitale Jérusalem. Elle ne peut se faire qu’en présence des autorités israéliennes et palestiniennes de la Ville (et aussi des représentants des 3 religions de la ville) et non en présence du maire de l’annexion et de l’oppression des Palestiniens de Jérusalem.

Cette inauguration se fait dans le sens de la précipitation (18 jours entre le vote et l’exécution !).
Le Mouvement de la Paix demande à Madame la Maire de Paris de reconsidérer cette décision dans le sens de la paix et de la coexistence entre tous les peuples.

Veuillez croire, Madame la Maire, en notre parfaite considération.

Le Mouvement de la Paix

 

Voir cette lettre ouverte en PDF




Manifestation du 1er mai à Paris

Le Mouvement de la paix était bien représenté dans la manifestation et a pu échanger notamment avec de nombreux “gilets jaunes”. Une expérience à continuer et amplifier !




Le Mouvement de la Paix à la Conférence internationale des ONG à l’Unesco

Le Mouvement de la Paix était présent à la Conférence internationale des ONG qui s’est tenue au Siège de l’UNESCO, à Paris du 17 au 19 décembre 2018.

Voilà quelques photos des participants, membres de l’AIEP (Association Internationale des Educateurs à la Paix) avec la photo de Gloria Ramirez, sa présidente mexicaine.

Plus d’infos sur le site du comité de liaison ONG Unesco où vous pourrez trouver également les films de Claude Yvans.

Le nouveau comité de liaison et sa nouvelle présidente Marie-Claude Machon-Honoré.

Avec la photo de Gloria Ramirez, la présidente mexicaine de l’AIEP.




Paris (75) : Marches pour la Paix

Combien étions-nous à marcher samedi dernier ? Certainement plus qu’il y a deux ans et sensiblement moins que l’année dernière: sans doute dans une fourchette de 3500 à 4000 participants (500 m d’un demi-boulevard Magenta plutôt dense !)

Malgré la pluie qui nous a accompagnés pratiquement d’un bout à l’autre du parcours, la majorité des participants étaient heureux de se retrouver sur le thème précis de la paix. Nous nous retrouvons souvent sur d’autres revendications, mais cela fait du bien de marcher sur ce qui fédère finalement toutes les préoccupations, revendications et actions des partenaires de notre collectif, c’est-à-dire la Paix.

En fonction des personnes avec qui nous avons échangé, de 30 à 40 organisations étaient présentes, beaucoup avec leur banderole et leurs drapeaux. Dont bien sûr celles qui participent à toutes les initiatives que nous proposons en commun. Pour la CGT étaient surtout présents des représentants de l’UD Paris, de l’UD 93 et de la FNTE.

Les photos jointes montrent toute la couleur du défilé et la chaleur de l’ambiance. Les mots d’ordre reprenaient à la fois les 8 domaines d’action de la Culture de la Paix et la nécessité pour la France de ratifier le Traité d’interdiction des armes atomiques. Avec les effets voulus sur les budgets de la Défense, à diminuer, et les budgets sociaux, à augmenter.

Alain Rouy (Mouvement de la Paix) et Michèle Decaster (AFASPA) ont également pris la parole à la fin de la Marche et trois femmes représentant trois générations différentes ont lu des poèmes ; un slam pour la Paix, créé par Brigitte Loigerot a été déclamé à cette occasion.

Nous avons l’intention de réunir rapidement les organisations franciliennes pour en tirer un bilan et décider des initiatives à prendre jusqu’au 21 septembre 2019. L’itinéraire sera sans doute à revoir.

Plus que jamais, nous devrons marcher avec persévérance !

 

Clôture de la Marche pour la Paix, Paris, 22 septembre 2018

Chers amis qui participez à la marche parisienne pour la paix,

Je m’adresse à vous au nom du Collectif « En marche pour la paix » qui organise aujourd’hui des marches et des rassemblements dans des dizaines de localités françaises (150) pour vous remercier de votre participation. Ce collectif coordonné par le Mouvement de la Paix rassemble 160 organisations, associations, ONG, syndicats et partis politiques qui, ensemble, veulent exprimer une volonté commune d’agir pour la paix. Je salue donc les militants et les responsables de ces organisations ici présents qui, au-delà de leurs différences de convictions, d’appartenances ou de sensibilités philosophiques, au-delà de leurs différences politiques, religieuses, syndicales ou autres, disent d’une seule voix : Stop la guerre–Stop la violence–Stop la misère.

Chaque année, la Journée Internationale de la Paix fournit l’occasion de donner une visibilité aux partisans de la Paix. Dans notre pays, les voix en faveur de la paix sont trop peu audibles, que ce soit dans les médias ou dans la société.

Et pourtant :

Nous sommes la majorité à vouloir vivre en paix en agissant dans les 8 domaines d’action de la culture de la Paix pour construire un monde de solidarité, de justice et de fraternité.

Nous sommes la majorité à vouloir préserver notre planète par un développement économique et social qui soit à la fois durable et juste.

Nous sommes la majorité à vouloir l’élimination des armes nucléaires ; un sondage de juillet dernier indique que 76% des Françaises et des Français souhaitent que la France s’engage dans un processus international d’élimination des armes atomiques, tel que le permet  le traité adopté à l’ONU pour l’interdiction des armes nucléaires. La France doit le signer et le ratifier !

Nous sommes la majorité à vouloir diminuer le commerce des armes – mais Eurosatory 1er salon international de l’armement continue de se tenir en France, qui est le  3ème exportateur d’armes, et bientôt le 2ème !

Nous sommes la majorité à vouloir que la recherche scientifique se fasse pour le bien-être de l’humanité et non pour développer de nouvelles technologies militaires et de nouvelles armes, comme les drones, ou pour militariser l’espace et moderniser l’arsenal nucléaire

Nous sommes la majorité à vouloir œuvrer pour la satisfaction des besoins sociaux et y consacrer l’argent actuellement gaspillé dans les budgets d’armement qui ne cessent d’augmenter.

Nous sommes la majorité à lutter pour la défense des services publics, contre la casse de notre service public, comme à la SNCF ou à la Poste. Nous voulons qu’on investisse dans les hôpitaux, les écoles, les universités , les transports publics, les infrasructures.

Nous sommes la majorité à vouloir que la France ait une véritable politique d’accueil  à l’égard des migrants et des réfugiés  

Nous sommes la majorité à vouloir que les conflits sur terre se règlent par la médiation et la négociation, les guerres n’ayant jamais permis de résoudre durablement les conflits ; on le voit au Moyen-Orient, on le voit en Afrique et en Asie, où les grandes puissances nourrissent les guerres, ajoutant  à chaque fois la guerre à la guerre et semant le chaos

Cultiver la paix, c’est mettre fin aux injustices sociales, c’est lutter contre toutes les inégalités, c’est assurer partout l’égalité entre hommes et femmes , c’est lutter contre les comportements agressifs à tous les niveaux, entre les nations comme entre les individus.

Voilà pourquoi, tous ensemble, nous nous opposons à la militarisation des relations internationales, à l’augmentation sans frein des dépenses d’armement. En 2017, les dépenses militaires mondiales ont été de 1739 Mds de dollars , soit plus de 200 fois le budget de l’ONU.  5% de ces dépenses sur 10 ans suffiraient pour résoudre les principaux problèmes de l’humanité.

La France porte sa part de responsabilité dans cette situation: à nous de faire évoluer l’opinion publique de notre pays ! Prochaine échéance : le 14 octobre, nous organiserons des rassemblements sur les lieux où la France élabore et met en œuvre sa politique militaire nucléaire.

Il faut que notre voix soit de plus en plus forte pour dire non à la violence et aux guerres, non aux armes nucléaires et à la militarisation !

Chers amis, faisons grandir cette conviction qui est la nôtre :

Pour l’avenir de l’Humanité , il n’y a d’autre chemin que la paix.

Alain ROUY, Secrétaire National du Mouvement de la Paix,
co-Président de Enseignants pour la Paix

 

Voici le scan de la photo de Cristina Padovani-Barachin du Comité 19-20 de Paris qui marchait avec une de ses marionnettes géantes pour la Paix le 22 septembre à Paris; paru page 13 dans l’Humanité de mardi 25 septembre dans la rubrique “Les grands débats”, la culture pour construire la paix.




Paris : Manifestation du 22 mars pour les droits sociaux

Le Mouvement de la Paix y était bien représenté et toujours bien accueilli et photographié le long du trajet.
On notait la présence de nombreux jeunes dans le cortège.

Photo prise au départ à Bercy.




Comités parisiens : une place de la République dénucléarisée

Le 7 août dernier, les Comités parisiens du Mouvement de la Paix ont investi la place de la République pour une expo, un concert et des rencontres autour de la dénucléarisation militaire et en hommage à Hiroshima et Nagasaki.




Comités Franciliens : Paris et la région parisienne présents contre Eurosatory 2016

Le lundi 13 juin, les Comités Franciliens du Mouvement de la Paix étaient à l’entrée du salon de l’armement à Villepinte avec des associations et des pacifistes venus de toutes les provinces et d’autres pays d’Europe.

Pressés de faire des affaires, les visiteurs d’un des rares salons gratuits mais fermé au public n’ont pas daigné accepter nos documents ou discuter avec nous.

Peut-être ont-ils eu peur des terribles pacifistes que nous sommes…

A noter que les pétitions ont recueilli plus de 6.000 signatures.




Le Mouvement de la Paix à la “Rencontre internationale pour la paix et le progrès”

La Rencontre internationale  “Pour une Conférence mondiale pour la paix et le progrès” organisée par le Parti communiste français à l’espace Niemeyer le 1er juin.

Invités

– Roland Weyl : premier vice-président de l’association internationale des juristes démocrates et doyen du barreau de Paris.

– Roland Nivet, porte-parole du Mouvement de la Paix intervenant dans le débat de la table ronde “un autre monde est (toujours) possible !”.

– Nicolas Hulot, président de la Fondation pour l’homme et la nature et intervenant dans la table ronde “un autre monde est (toujours) possible !”.

Conférence de la Paix et du progrès

Roland Nivet à la Conférence mondiale pour la Paix et le progrès

Conférence pour la Paix et le progrès

Roland Weyl, à la Conférence mondiale pour la Paix et le progrès

Nicolas Hulot à la Conférence mondiale pour la Paix et le progrès

Nicolas Hulot à la Conférence mondiale pour la Paix et le progrès