Quel avenir pour l’humanité ? Mondialiser la guerre ou stopper les guerres, premier pas pour mondialiser la paix ?

Déclaration du Mouvement de la Paix à l’occasion du 8 mai 2022

Résumé de la déclaration – abstract

Le 8 mai 1945 symbolise pour nous la victoire sur le nazisme et la fin de la Seconde Guerre mondiale qui a causé 60 à 70 millions de morts dont 45 à 50 millions de civils tués entre 1937 et 1945 (chiffres du mémorial de Caen). C’est aussi la date des massacres à Sétif d’algériens qui aspiraient à plus de liberté, massacres qui ont constitué les prémisses de futures guerres coloniales.

De cette deuxième guerre mondiale, marquée par les bombardements d’Hiroshima et Nagasaki (premiers pas vers la prolifération des armes nucléaires et la possibilité d’un holocauste nucléaire), est cependant sortie une lueur d’espoir à travers la Charte des Nations Unies signée par 51 pays représentant 80 % de la population mondiale. Elle marque l’émergence d’un nouveau droit international porteur d’espoir pour l’humanité et constitue un appel à agir pour la paix en déclarant : « Nous, peuples des Nations Unies, résolus à préserver les générations futures du fléau de la guerre qui deux fois en l’espace d’une vie humaine a infligé à l’humanité d’indicibles souffrances ».

A ce moment de l’histoire de l’humanité, l’agression de la Russie contre l’Ukraine génère des peurs de nouvelles inquiétudes. Cette guerre va-t-elle entrainer le monde entier à travers la volonté de certains Etats et chefs d’État, dans une extension de la guerre dans le temps et l’espace avec le risque de sa mondialisation avec des millions de morts possibles, voire, en cas d’utilisation des armes atomiques une catastrophe humanitaire d’une ampleur encore jamais connue. S’il faut bien sûr, poursuivre la condamnation de l’agression de la Russie contre l’Ukraine par Vladimir Poutine qui met en œuvre les mêmes solutions militaires pour l’Ukraine que celles que les USA ont mis en œuvre en Irak, il est urgent et vital de sortir de ces logiques de puissance et de domination, qui entendent résoudre les crises par la force et la guerre, mais ne résolvent rien. Certains pays occidentaux emmenés par les USA et l’OTAN ne cherchent pas hélas prioritairement l’arrêt des combats et une solution politique mais contribuent de par les choix qu’ils engagent à l’amplification de la guerre, l’installant dans la durée, espérant une hypothétique victoire de l’Ukraine sans se soucier des souffrances des populations et des risques de l’extension du conflit, mais aussi du risque d’utilisation (volontaire ou par erreur) des armes atomiques qui sont principalement entre les mains des deux principaux protagonistes (Russie et USA/OTAN). Ecoutons la leçon tirée par les peuples en 1945 après les indicibles souffrances générées par deux guerres qui avaient fait un total de l’ordre de 90 millions de morts.

L’alternative, c’est d’unir tous les peuples, les forces politiques, sociales, syndicales, pacifistes, féministes, citoyennes, institutionnelles, au plan national et mondial pour préserver non seulement l’Ukraine mais aussi le peuple russe et l’humanité entière (dont le Yémen, le Moyen Orient, la Palestine, l’Afrique subsaharienne) d’indicibles souffrances. En effet au-delà d’une complexité non négligeable de la crise ukrainienne, il existe des solutions politiques et diplomatiques, comme l’ont montré il y a seulement 8 ans les accords signés à Minsk par la Russie, l’Ukraine et l’OSCE validés par la France et l’Allemagne et appuyés par l’ONU. De tels accords permettraient un règlement non militaire de cette crise.

Les guerres ne résolvent aucun problème et profitent seulement à l’enrichissement du complexe militaro-industriel et de ses actionnaires. Pour notre avenir commun nous n’avons d’autres chemins que la paix et la Charte des Nations Unies est un repère qui doit nous aider à construire des relations internationales basées sur la coopération et l’amitié entre les peuples. Agissons toutes et tous ensemble pour la Paix, pour l’élimination totale des armes nucléaires et la ratification par la France et tous les Etats du monde du traité sur l’interdiction des armes nucléaires (TIAN), entré en vigueur le 22 janvier 2021 (pétition ici)

Le Mouvement de la Paix – 7 mai 2022

 

Déclaration du 8 mai 2022 dans sa totalité

Le 8 mai 1945 symbolise pour nous la victoire sur le nazisme et la fin de la Seconde Guerre mondiale qui a causé 60 à 70 millions de morts dont 45 à 50 millions de civils tués entre 1937 et 1945 (chiffres du mémorial de Caen). Mai 45, c’est aussi l‘horreur du génocide de 6 millions de Juifs. Le 8 mai 1945, ce furent aussi les massacres de Sétif, prémisses d’une guerre coloniale qui a causé des dizaines de milliers de morts.

Au-delà du 8 mai, l’année 1945 ce fut aussi la pleine révélation du passage à la guerre industrielle et à l’utilisation d’armes de destruction massive telles que les bombes atomiques dont l’expérimentation a été faite à travers les bombes larguées sur Hiroshima et Nagasaki par les USA les 6 et 9 aout 1945. Déjà la Première Guerre mondiale avait fait 20 millions de morts et 21 millions de blessés (source : le centre Robert Schuman).

Moins de deux mois après le 8 mai 1945, le 26 juin 1945, à San Francisco la Charte des Nations Unies signée par 51 pays représentant 80 % de la population mondiale, marque l’émergence d’un nouveau droit international porteur d’espoir pour l’humanité et constitue un appel à agir pour la paix  en déclarant: « Nous, peuples des Nations Unies, résolus à préserver les générations futures du fléau de la guerre qui deux fois en l’espace d’une vie humaine a infligé à l’humanité d’indicibles souffrances ».

En ce 8 mai 2022, deux mois après le début de l’agression de la Russie contre l’Ukraine, nos dirigeants, mais aussi nous les citoyens-es en France et dans le monde entier, nous devons prendre le temps de la réflexion pour envisager, en s’inspirant de la Charte des Nations Unies, les moyens d’éviter un nouveau conflit mondialisé, une nouvelle catastrophe mondiale s’ajoutant aux défis posés par la crise climatique et par les pandémies mondiales.

Le monde entier à travers la volonté de certains Etats et chefs d’État, va-t-il être entrainé dans une extension de la guerre dans le temps et l’espace avec le risque de sa mondialisation avec des millions de morts possibles, voire, en cas d’utilisation des armes atomiques une catastrophe humanitaire d’une ampleur encore jamais connue, pour prétendument résoudre une crise qui peut être réglée de manière durable par d’autres moyens que la guerre.

S’opposer à l’agression de l’Ukraine par la Russie, agir pour un cessez-le feu immédiat, mobiliser en urgence tout ce qu’il faut pour protéger les populations civiles et accueillir les réfugiés-es, relève d’une évidence et d’un devoir. En revanche l’appel à une militarisation accrue du monde et en particulier des Etats membres de l’OTAN, à l’envoi et à la concentration de quantités colossales d’armes à l’Est de l’Europe sans proposer d’autres alternatives et en occultant qu’il existe d’autres solutions, est pour le moins irresponsable.

En effet au-delà d’une complexité non négligeable de la crise ukrainienne, il existe des solutions politiques et diplomatiques, comme l’ont montré il y a seulement 8 ans les accords signés à Minsk par la Russie, l’Ukraine et l’OSCE validés par la France et l’Allemagne et appuyés par l’ONU. Alors que de tels accords permettraient un règlement non militaire de cette crise, il n’est pas possible d’accepter la condamnation à la mort de centaines de milliers, voire de millions de personnes du fait de la guerre ou des conséquences de la guerre (famines dans les pays moins avancés, etc.) et donc de condamner à des souffrances physiques et sociales inutiles des milliards de personnes à travers le monde, y compris en France, pour une guerre que les peuples n’ont pas voulue.

L’alternative, c’est d’unir tous les peuples, les forces politiques, sociales, syndicales, pacifistes, citoyennes, institutionnelles, au plan national et mondial pour préserver non seulement l’Ukraine mais aussi le peuple russe et l’humanité entière (dont le Yémen, le Moyen Orient, la Palestine, l’Afrique subsaharienne) d’indicibles souffrances.

S’il faut bien sûr,  poursuivre la condamnation de l’agression de la Russie contre l’Ukraine par Vladimir Poutine qui met en œuvre les mêmes solutions militaires pour l’Ukraine que celles que les Usa ont mis en œuvre en Irak, s’il faut organiser la solidarité avec les Ukrainien-ne-s, soutenir les forces de paix en Russie (voir lien vers notre site en note 1), il faut aussi stopper les va t-en guerre qui ne tirent pas les conséquences des échecs de toutes les guerres dont celles de l’OTAN en Afghanistan, en Irak (avec 800 000 morts) en Libye etc.

Il est urgent et vital de sortir de ces logiques de puissance et de domination, qui entendent résoudre les crises par la force et la guerre, mais en vrai ne résolvent rien mais sont causes de morts, destructions, crimes de guerre. Il convient donc arrêter de disserter sur l’efficacité des engagements militaires , alors qu’en fait si les guerres tuent beaucoup de personnes et essentiellement des civils, elles ne résolvent aucun problème et profitent seulement à l’enrichissement du complexe militaro-industriel et de ses actionnaires.

L’urgence c’est l’action pour gagner une fin rapide de ce drame et empêcher une nouvelle catastrophe mondiale en revenant au droit international et aux principes et valeurs de la Charte des Nations unies. Il faut reprendre la parole et l’action pour la paix et contester les discours nationalistes et guerriers entretenus sciemment par les forces du complexe militaro-industriel et ses multinationales qui dominent la vie économique, sociale et médiatique aussi bien en Occident, qu’en Russie, en Ukraine, aux USA …. Leur domination sur un trop grand nombre de médias qui leur sont nécessaires pour conditionner les opinions publiques devient un vrai problème pour la démocratie et la Paix (exemple du rachat de tweeter pour 40 milliards de $).

Malheureusement ce n’est pas le chemin que prend l’humanité aujourd’hui semble-t-il. En effet le processus, entamé en 2001, d’augmentation criminelle des dépenses militaires mondiales se poursuit à une vitesse vertigineuse. En une vingtaine d’années les dépenses militaires mondiales ont doublé, passant de 1000 milliards de $ à 2113 milliards de $ en 2021(source SIPRI). Elles connaissent de nouvelles augmentations faramineuses après l’attaque de l’Ukraine. La majorité des pays européens s’est engagée à atteindre les 2 % du PIB pour leur  budget militaire, voire plus de 3 % pour la Pologne, l’Allemagne vient de voter une enveloppe de 100 milliards d’euros, une augmentation de 40 % des dépenses est prévue par la Finlande, aux USA  le gouvernement Biden a annoncé une proposition de budget pour 2023 de 813 milliards de dollars contre 782 milliards en 2022 et au Royaume-Uni les dépenses sont passées de 59,4 milliards à 61 milliards puis 71 milliards, celles de la France passent de 52,1 à 54,9 puis 59,3 milliards, celles de l’Allemagne de 48,4 milliards à 52,1 puis 56,1 (source IDRP). Les ventes ou fournitures d’armes à l’Ukraine se développent dans la plupart des pays de l’Otan, y compris la France. Pour sa part Biden envisage d’y affecter 33 milliards de $.

Ces chiffres indiquent clairement que certains pays occidentaux emmenés par les USA et l’OTAN ne cherchent pas prioritairement l’arrêt des combats et une solution politique mais veulent l’amplification de la guerre et installent la guerre dans la durée en promettant une hypothétique victoire de l’Ukraine sans se soucier des souffrances des populations et des risques de l’extension du conflit mais aussi du risque d’utilisation (volontaire ou par  erreur) une nouvelle fois des armes atomiques qui sont principalement entre les mains des deux principaux protagonistes (Russie et USA/OTAN , détails en note 2).

En ce 8 mai 2022, nous invitons tous les Français-es à relire attentivement la Charte des Nations unies qui était la réponse et la leçon tirée par les peuples en 1945 après les indicibles souffrances générées par deux guerres mondiales qui ont causé au total de l’ordre de 90 millions de morts.

Nous attirons particulièrement l’attention sur les articles 1 et 2 de la Charte qui définissent les buts et les principes établis pour parvenir à la paix et sur l’article 26 qui prévoit « de favoriser l’établissement et le maintien de la paix et de la sécurité internationales en ne détournant vers les armements que le minimum des ressources humaines et économiques du monde ».

Pour notre avenir commun nous n’avons d’autres chemins que la paix. Agissons toutes et tous ensemble pour la Paix et pour obtenir que la France et le Président de la République s’engage réellement dans ce sens. Agissons aussi pour l’élimination totale des armes nucléaires et la ratification par la France et tous les Etats du monde du traité sur l’interdiction des armes nucléaires (TIAN), entré en vigueur le 22 janvier 2021. (pétition ici)

Le Mouvement de la Paix – 7 mai 2022

 

La Charte des Nations Unies est consultable en cliquant ici.

Note 1 : Les pétitions et appels des pacifistes du monde

Note 2 : Nombre de bombes atomiques par pays : Russie : 5977 / USA : 5428 / Chine :350 / France : 290 / Royaume Uni : 225 / Pakistan :165 / Inde :160 / Israël :90 / Corée du Nord : 9 (source : Libération du 3 mai 2022)

Devenir membre du Mouvement de la Paix

Contact national : national@mvtpaix.org

 

Voir cette déclaration en PDF

 

 

Voir cette déclaration en anglais
Voir cette déclaration en espagnol

image_print
Facebooktwittermail

2 pensees sur “Quel avenir pour l’humanité ? Mondialiser la guerre ou stopper les guerres, premier pas pour mondialiser la paix ?

  1. L’OTAN installe la guerre en Ukraine dans la durée : faut-il encore blâmer seulement la Russie pour son intervention en Ukraine, ou va-t-on reconnaître que la responsabilité de l’escalade repose aussi sur la France et l’Allemagne qui (pour le compte de Washington) ont torpillé les accords de Minsk ?
    Du PRCF, analysant la spirale guerrière et spéculative :
    « Pour les frigos, les assiettes et le porte monnaie des travailleurs du monde entier, le combat pour le pain doit rejoindre celui pour la paix, avec une évidence : celui pour le socialisme.
    Paix, Pain et Socialisme, cela a été face à la boucherie capitaliste la conclusion de la Première Guerre mondiale, une conclusion à imposer d’urgence avant que ne se déclare de façon ouverte et intense une Troisième Guerre mondiale qui risquerait bien de détruire totalement l’Humanité. »
    Poutine n’est pas l’homme de cette solution socialiste, mais les capitalistes non plus qui commémorent aujourd’hui, sans se souvenir de la contribution russe, la victoire contre un nazisme qu’ils soutenaient… et soutiennent encore en Ukraine !

  2. Les pacifistes dignes de ce nom sont opposés à l’OTAN et demandent sa disparition.
    Mais ce n’est pas l’OTAN qui installe la guerre en Ukraine , C’est monsieur Poutine et son armée.
    Cette guerre qu’il mène est accompagnée de son cortège de crimes , de tortures et de viols.
    Aujourd’hui c’est cela en priorité que doivent condamner et combattre les pacifistes.
    L’ONU hélas a reconnu par la voix de son secrétaire général avoir été totalement incapable de faire respecter le droit international par Mr Poutine, ce qui pose de sérieuses questions sur son fonctionnement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *