POUR DES OCEANS AU SERVICE DE LA VIE, DU CLIMAT ET DE LA BIODIVERSITE – POUR DES OCEANS SANS ARMES NUCLEAIRES

A l’occasion du sommet mondial pour la protection des océans à Brest du 9 au 12 février 2022

Alors que se réunit à Brest les 9, 10 et 11 février 2022 le One Ocean Summit, sommet mondial consacré à la protection des océans, le Mouvement de la paix rappelle une nouvelle fois son exigence d’océans et d’un monde sans armes nucléaires. Pour le Mouvement de la paix, les océans doivent être au service de la vie, du climat et de la préservation de la biodiversité.

Dès 2012 le Mouvement de la paix, se réjouissant de la mise en œuvre par l’ONU d’une journée mondiale des océans, avait alerté sur le danger pour la survie de l’humanité de la circulation de nombreux sous-marins nucléaires qui sillonnent l’ensemble des fonds marins, bondés d’armes nucléaires (Voir chiffres en note 1).

Dans un communiqué de juin 2012, le Mouvement de la Paix soulignait, à l’occasion de la journée mondiale des océans 2012 que « 90 % des armes nucléaires françaises sont installées sur les sous-marins nucléaires lanceurs d’engins (SNLE-NG) basés à l’Ile Longue près de Crozon. Ces quatre sous-marins qui sillonnent les océans, outre les centrales nucléaires dont ils sont dotés, peuvent porter au total 384 bombes atomiques qui représentent au minimum de l’ordre de 4000 à 6000 fois la puissance de destruction de la bombe d’Hiroshima. Ils constituent une menace majeure pour les océans et donc pour l’humanité entière ».

Dans son édition du 14 juin 2012, Ouest France indiquait : « Le Mouvement de la Paix lance un appel pour l’élimination des armes nucléaires, notamment celles installées sur les sous-marins nucléaires de l’Ile Longue. Il défend l’émergence des énergies renouvelables et « une exploitation rationnelle des immenses possibilités que recèlent les océans. » »

Le Mouvement de la paix persiste et signe. Il s’insurge contre les ressources gaspillées pour des armes nucléaires illégales, dangereuses, coûteuses, militairement inutiles et moralement inadmissibles. Il renouvelle son appel pour que la France signe le Traité sur l’Interdiction des armes nucléaires (TIAN), gèle immédiatement ses programmes de modernisation des armes nucléaires, participe à la première réunion du TIAN à titre d’observateur et demande au GIEC la création d’un groupe de travail spécifique sur les conséquences des activités militaires sur le réchauffement climatique. (Pour signer la pétition cliquer ici)

Le Mouvement de la Paix renouvelle son appel lancé depuis Brest lors de la manifestation du 9 janvier 2022 à l’occasion de la réunion des 54 ministres de la défense et des affaires étrangères de l’Union européenne (en présence du secrétaire général de l’Otan – voir note 2) rappelant que pour faire face aux défis actuels (sanitaire, social, écologique-climatique) les urgences pour les peuples se nomment paix, désarmement nucléaire, climat, justice sociale et réalisation des droits humains.

Nous n’avons qu’une seule planète pour vivre, préservons-la. Les océans en sont un des poumons, préservons-les, agissons pour des océans sans armes nucléaires, soutenons les collaborations scientifiques internationales pour la Paix et le bien-être favorisées par l’Onu à travers entre autres le rôle de l’Unesco.

Le Mouvement de la Paix,
Le 10 février 2022

 

Note 1 : D’après les chiffres du ministère des armées, de l’ordre de 500 sous-marins militaires sillonnent les océans. D’après Ouest France du 26 avril 2016 (atlas de la mer Le Marin), il y a 40 SNLE (sous-marins nucléaires lanceurs d’engins – c’est-à-dire d’ogives nucléaires) répartis comme suit : USA 14, Russie 13, France 4, Royaume Uni 4, Chine 4, Inde 4. Tous ces sous-marins sont à propulsion nucléaire. Le nombre de bombes atomiques embarquées sur des SNLE s’établit comme suit USA :  3616, Russie : 2272, France : 384 (300 selon la France), Royaume Uni : 185, Chine et Inde : non indiqué. (Source : Center for Defense Information 2002)

Note 2 : La dépendance institutionnelle de l’UE vis à vis de l’Otan a son fondement dans l’article 42-2 du Traité de Lisbonne:
La politique de l’UE au sens de la présente section n’affecte pas le caractère spécifique de la politique de sécurité et de défense de certains États membres, elle respecte les obligations découlant du Traité de l’Atlantique Nord pour certains États membres qui considèrent que leur défense commune est réalisée dans le cadre de l’Organisation du traité de l’Atlantique Nord (OTAN) et elle est compatible avec la politique commune de sécurité et de défense arrêtée dans ce cadre.”

 

 

Voir cette déclaration en PDF

image_print
Facebooktwittermail

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *