Déclaration du Collectif Bretagne et Pays de la Loire du Mouvement de la Paix à l’occasion de la visite de la Ministre des armées en Bretagne les 7, 8 et 9 septembre 2020

« La Bretagne doit avoir d’autres ambitions que de devenir un laboratoire ou un arsenal pour les guerres du futur »

Mme Florence Parly, ministre des armées, vient une nouvelle en fois en Bretagne début septembre pour poursuivre la mise en place des outils “nécessaires” selon le gouvernement pour mettre en œuvre sa stratégie basée sur une croissance démesurée des moyens militaires en particulier nucléaires.

La Bretagne est pour le gouvernement un des espaces prioritaires pour le développement du complexe « scientifique et militaro-industriel » pour préparer les guerres du futur. Cette stratégie prévue dans la loi de programmation militaire est celle de gouvernants sourds aux aspirations des populations.

En 2017 Madame La Ministre avait déjà annoncé lors d’une visite à Brest la nécessité d’une augmentation du budget militaire afin par exemple d’investir 7 milliards d’euros par an pour la flotte de sous-marins nucléaires basée à Crozon (Fost) et ce, en violation du Traité de non-prolifération nucléaire (TNP) signé par la France qui prévoit en son article 6 l’élimination des armes nucléaires.

Depuis, elle est venue en particulier en mai 2020 pour renforcer la base d’ingénierie et de recherche militaire avec le projet Ensta et le renforcement du Celar etc, au nom de l’innovation et de la Cyberdéfense.

Ce qu’attendent les populations ce ne sont pas de nouveaux drones, de nouveaux sous-marins, de nouveaux outils pour la guerre de l’espace ou la guerre des étoiles.

Les populations en Bretagne, comme en France, en Europe et dans le monde rejettent ces stratégies dépassées qui sont inspirées par l’Otan.

Ce que les populations attendent ce sont des moyens pour une véritable sécurité humaine prenant en compte les dimensions sanitaire, sociale, environnementale et géopolitique. En pleine pandémie et face à un dérèglement climatique inquiétant, les populations en Bretagne attendent des investissements et des emplois pour les hôpitaux publics, la recherche universitaire, l’éducation, le bien-être, la protection des personnes âgées entre autres et non des milliards de plus pour les armes nucléaires.

En guise d’ambition pour l’avenir, le logiciel gouvernemental est destructeur et très dangereux, tant pour les conditions de vie d’une société humaine moderne, que pour l’évolution de la planète et plus largement une sécurité humaine qui ne peut se construire par l’hypertrophie des moyens militaires mais en créant les conditions politiques et économiques de la paix.

Pour ce faire, le collectif Bretagne-Pays de Loire du Mouvement de la Paix appelle les citoyens, leurs représentants élus, leurs organisations à agir afin de faire respecter la volonté majoritaire de paix et de concorde que notre époque doit prioriser pour faire face aux enjeux actuels.

Construire la paix dans le respect de la charte des Nations Unies est en effet l’enjeu prioritaire du moment pour assurer notre sécurité.

Le collectif Bretagne-Pays de Loire  du Mouvement de la paix appelle dans toutes les communes de ces régions les populations à exprimer leurs aspirations pour la paix, la justice sociale et les droits humains, pour le climat et le désarmement nucléaire, pour une économie de paix développant les atouts et potentiels de ces régions. En Septembre 2020, dans le cadre de la journée internationale de la paix, des marches pour la paix sont organisées partout en France, le samedi 19 septembre par le collectif national « En marche pour la Paix » et le 26 septembre dans le cadre de la journée internationale de l’ONU pour l’élimination totale des armes nucléaires, afin de demander le respect du TNP par la France et la ratification du Traité d’interdiction des armes nucléaires adopté à l’ONU le 7 juillet 2017.

 

Le collectif Bretagne-Pays de Loire du Mouvement de la Paix.

Comités de Rennes, Guichen, Saint-Malo, Lannion, Morlaix-Brest, Concarneau ; Lorient-Lanester, Saint Nazaire, Nantes, Angers, Cholet.

Contacts : Roland Nivet 06 85 02 8714 – Christian Colimard 06 67 90 42 64