Le Mouvement de la Paix à l’ONU: 3 questions à… Henry Xavier Hofbauer


  • Pourquoi êtes-vous au siège de l’ONU ?

    Henry Xavier Hofbauer

Je suis à l’ONU pour représenter le Mouvement de la Paix au côté de la Campagne pour l’interdiction des armes nucléaires (ICAN) durant la conférence préparatoire à la révision du Traité de Non Prolifération (TNP). Tous les cinq ans, les Etats-parties se réunissent pour faire le point sur les avancées du désarmement nucléaire et définir les prochaines étapes. Il est important que la société civile soit présente dans les négociations internationales car les débats qui ont lieu concernent la sécurité de l’Humanité toute entière. Là où les Etats pourraient se concentrer sur des intérêts stratégiques relativement abstraits, il nous appartient de leur rappeler que les potentielles conséquences humanitaires sont bien réelles.

  • Quels sont les enjeux de cette réunion à l’ONU ?

Notre espérance est de parvenir à avancer dans le désarmement nucléaire. Les mesures adoptées en 2010 ne sont toujours pas mises en oeuvre et la révision du TNP en 2015 avait échoué à parvenir à un accord final. Ces dernières années, les Etats disposant d’armes nucléaires semblent toujours moins motivés au désarmement, voire réaffirment leur volonté de les conserver.
Pour les ONGs, on peut identifier trois enjeux qui influent sur la conduite des discussions.
D’abord, la dénonciation par les Etats-Unis du traité sur les forces nucléaires à portée intermédiaire avec la Russie risque de relancer une course aux armements entre ces deux Etats qui possèdent 90% des armes nucléaires du monde.
Ensuite, la décision américaine, encore une fois, de sortir de l’accord de Vienne sur le nucléaire iranien va renforcer le sentiment de ce dernier de se trouver dans un environnement hostile et le pousser à chercher à obtenir l’arme nucléaire. Parvenir à faire du Moyen-Orient une zone exempte d’armes nucléaires, un engagement des Etats-parties du TNP depuis 1995, deviendrait un objectif inatteignable.
Enfin, il s’agit de défendre la complémentarité du Traité d’Interdiction des Armes Nucléaires (TIAN) avec l’article 6 du TNP par lequel les Etats-parties s’engagent au désarmement.

  • Quelles sont les chances de faire avancer le Traité d’interdiction des armes nucléaires ?

Il s’agit de la première conférence de l’ONU sur le désarmement nucléaire depuis l’ouverture du TIAN à la signature le 7 juillet 2017. Evidemment, il en sera fait beaucoup mention car une des motivations à l’adoption du TIAN est l’absence d’avancées observées au TNP ces dernières décennies. Les opposants au TIAN, essentiellement les pays détenteurs d’armes nucléaires et leurs proches alliés, argumentent que le TIAN sape la légitimité du TNP et que ce dernier est le cadre légitime à un désarmement négocié et gradué. Mais face à l’apparent manque de volonté des Etats nucléaires de faire avancer les choses au sein du TNP, obtenir l’entrée en vigueur du TIAN permettrait de faire pression sur ces derniers pour qu’ils renoncent à la capacité de détruire toute vie sur terre.

Henry Xavier HOFBAUER
Diplômé de l’Institut d’Etudes Politiques de Rennes
et de l’Institut Français de Géopolitique

 

Plus d’info sur le Mouvement de la paix aux Nations unies

 

 
Facebooktwittermail

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *