Déclaration du Mouvement de la Paix à l’occasion de la journée internationale contre les essais nucléaires

Les Etats ayant réalisé des essais nucléaires doivent assumer la totalité de leurs responsabilités pour ce qui concerne les conséquences de ces essais.

À l’occasion de la journée internationale des Nations-Unies contre les essais nucléaires, le Mouvement de la Paix attire l’attention sur le fait que depuis 1945 plus de 2000 essais nucléaires ont été réalisés dans le monde. La France pour sa part entre 1960 et 1996 a réalisé 17 essais en Algérie et 193 essais en Polynésie. Ce sont les mobilisations populaires en France qui ont contribué à l’arrêt des essais nucléaires français en Polynésie. Cependant, en France les essais nucléaires se poursuivent en laboratoire au Barp pour mettre au point de nouvelles armes nucléaires en violation de traité de non-prolifération nucléaire.

Les conséquences des essais nucléaires, pour ce que nous en connaissons, car les études scientifiques sur les conséquences y compris pour les générations futures sont très insuffisantes, ont été désastreuses pour les populations et les régions concernées tant au plan environnemental qu’au plan économique et pour la santé des populations. Ces conséquences ont marqué les populations autochtones, mais aussi des salariés et des militaires français.


Rendons hommage aux Vétérans ayant participé aux essais nucléaires effectués par la France

Les études et films réalisés depuis parlent de l’ordre de 30 000 victimes irradiées entre 1960 et 1996. L’action des vétérans des campagnes d’essais nucléaires français a montré l’étendue des retombées radioactives des essais nucléaires dans le Sahara dès le début des années 1960 puis en Polynésie. En particulier, le parcours d’un nuage radioactif pendant une quinzaine de jours sur une partie de l’Afrique après l’essai du 13 février 1960.

Les études du Dr Sueur, en janvier 2018, sur les enfants et petits-enfants, ont permis de relever des pathologies liées à des déficiences génétiques, susceptibles d’avoir été provoquées par des retombées radioactives sur les « cellules germinales » des grands-parents, avant de se transmettre sur plusieurs générations. Lire ici l’article

Depuis 2010, un dispositif existe afin que les « irradiés du Sahara et du Pacifique » fassent valoir leurs droits ou obtenir réparation pour leurs proches.

Mais les lois, les décrets et les décisions contradictoires se succèdent pour freiner l’indemnisation des victimes.

Le Mouvement de la Paix à l’occasion de cette  journée internationale contre les essais appelle le gouvernement français à agir pour que les États-Unis et les autres pays qui  n’ont toujours pas signé le Traité d’interdiction complète des essais nucléaires (TICEN), à le signer pour qu’il puisse entrer en vigueur. Le Président Hollande durant son mandat a reconnu en 2016 les conséquences des essais nucléaires en Polynésie. En décembre 2012 dans une déclaration commune avec le président Algérien Bouteflika il a accepté la poursuite du travail de la commission mixte franco-algérienne sur les essais nucléaires réalisés au Sahara. C’est une bonne chose à condition de faire le travail et d’en tirer toutes les conséquences en matière d’indemnisation des victimes et de réparation de toutes les conséquences. Le Mouvement de la Paix condamne avec vigueur tous les retards qui sont pris par les pays qui ont procédé à ces essais,  pour reconnaître les conséquences économiques, sanitaires, sociales des essais nucléaires et pour indemniser les victimes directes, les populations et les Etats concernés.

Le Mouvement de la Paix estime que la France qui a signé le Traité de Non-Prolifération Nucléaire et le traité contre les essais nucléaires (Ticen) devrait logiquement signer et ratifier le traité d’interdiction les armes nucléaires (TIAN), adopté au Nations Unies le 7 juillet 2017, dans la mesure où ce traité aborde l’ensemble des questions liées à la possession ou à la menace l’utilisation des armes nucléaires y inclus les conséquences des essais nucléaires.

En effet, le TICEN sert à la fois les objectifs de désarmement et de non-prolifération en stipulant  que : « Il ne faut ménager aucun effort pour mettre fin aux essais nucléaires, afin d’éviter leurs effets dévastateurs et nocifs sur la vie et la santé des populations ainsi que sur l’environnement » et que « l’arrêt des essais nucléaires est l’un des principaux moyens d’atteindre l’objectif d’un monde sans armes nucléaires ».

Le Système de Surveillance International (SSI), composé de 337 centres partout dans le monde, surveille constamment la planète à la recherche de signes d’explosions nucléaires. Si les données des stations du Système de surveillance international (SSI) détectent un essai nucléaire, chaque État Membre peut demander une inspection sur place pour rassembler les preuves qui permettront l’évaluation de la nature nucléaire ou non d’une explosion – et le cas échéant les preuves qu’une violation du Traité a bien eu lieu.

Comme l’a déclaré Paul Quiles, « Travaillons à la promotion de la paix et de la sécurité dans le monde entier. A l’heure où les esprits sont tournés vers les effets désastreux du réchauffement climatique et alors qu’il nous faut redouter de terribles pandémies, la prise en compte du risque que font peser les cybermenaces sur les systèmes d’armes nucléaires, dont la puissance destructrice dépasse l’entendement, est essentielle. Cette menace est d’autant plus maîtrisable qu’elle est entièrement et directement de notre fait. »

Le Mouvement de la Paix appelle à poursuivre  les mobilisations pour l’élimination totale des armes nucléaires en contribuant en Septembre au succès de la journée internationale de la Paix et en particulier aux marches pour la paix le samedi 19 Septembre et de la journée des Nations unies pour l’élimination totale des armes Nucléaires le 26 Septembre.

 

Le Mouvement de la Paix
Le 29 août 2020

 

 

Un plus : l’appel du DR ZERBO
Dr Lassina Zerbo, le Secrétaire exécutif de l’Organisation du traité d’interdiction complet des essais nucléaires; propos recueillis par Cristina Silveiro

Post Scriptum : L’annexe 1 du TICEN liste les 195 États qui peuvent signer et ratifier le texte : à savoir, les 192 membres des Nations unies ainsi que les îles CookNiévès et le Saint-Siège. À la date du 1er mars 2020, le TICEN compte 184 États signataires et 168 États parties.

L’annexe 2 du TICEN liste les 44 États qui, au moment de la négociation du traité en 1996, ont participé à la conférence du désarmement et dont le nom figure au tableau 1 de la publication de l’Agence internationale de l’énergie atomique consacrée aux réacteurs de puissance nucléaire et aux réacteurs de recherche nucléaire.

Pour que le traité entre en vigueur, ces 44 États doivent l’avoir ratifié. Au 1er mars 2020, cinq États ont signé le traité mais ne l’ont pas ratifié, la Chine, l’Égypte, les États-Unis, l’Iran et Israël, et trois États ne l’ont ni signé, ni ratifié, la Corée du Nord, l’Inde et le Pakistan. Parmi les neuf puissances nucléaires, seules trois, la France, le Royaume-Uni et la Russie l’ont ratifié.

Contact : Roland Nivet
Co-porte-parole national du Mouvement de la Paix

roland.nivet@mvtpaix.org

 

Voir cette déclaration en PDF




La Bobine 11004 de Mirabelle Freville

Un court-métrage expérimental de Mirabelle Fréville

20 mn, 2020, produit par En Roue Libre et les 48e Rugissants

Avec l’aide de la région Bretagne, du CNC et de Via Vosges

et en partenariat avec le Mouvement de la Paix et Sortir du Nucléaire pays de Rennes

En 1946, huit mois après les bombardements atomiques, une équipe de cinéma de l’armée américaine réalise au Japon un long-métrage documentaire.
Plusieurs bobines sont tournées à Hiroshima et Nagasaki mais à leur arrivée aux Etats Unis, les images visionnées sont immédiatement classées «secret défense ».
La bobine 11004 explore les 19 minutes d’une bobine de ces rushes et révèle, image par image, la première censure de l’histoire du nucléaire.

Intentions

La valeur ontologique de l’image, écrit Bazin, sert à sauver les disparus d’une seconde mort spirituelle. Par ce film, j’ai voulu faire exister les victimes de la bombe d’Hiroshima et de Nagasaki, ces vivants d’alors, se faire croiser nos regards et leur donner l’attention dont ils ont été privés le temps d’une projection.

BIOGRAPHIE

Mirabelle Fréville est réalisatrice, programmatrice et documentariste. Après des études d’anthropologie politique et de cinéma, elle rentre à la chaîne de télévision la sept-arte pour acheter les courts et moyens métrages. En 1995, elle part s’installer en Bretagne où elle devient documentaliste sur des films d’archives et programmatrice de Festival de films (Brest, Doc Ouest Travelling). Elle réalise son premier film La Source  en 2012, co-écrit L’Or Rouge avec Philippe Baron en 2014 et vient de réaliser La Bobine 11004 en 2020.




Regardez la vidéo du Comité International de la Croix Rouge «Et si on faisait sauter une ville » …. avec une arme nucléaire !

Genève (CICR) – Comité International de la Croix Rouge

Extrait d’un communiqué de presse du 22 Octobre 2019

Présentation de la vidéo « Et si on faisait sauter une ville » avec une arme nucléaire. Cette vidéo a été réalisée sous l’égide du CICR et du Croissant Rouge.

Si la bombe nucléaire n’a plus été utilisée depuis presque 75 ans, le risque qu’il en soit de nouveau fait usage est ravivé par l’exacerbation des tensions internationales.…..

…… « Tout le monde devrait se soucier du danger que représentent ces armes », déclare Enrique Mestre, responsable de la campagne du CICR pour l’interdiction des armes nucléaires. « Soixante-quatorze ans après les bombardements des villes japonaises de Hiroshima et Nagasaki, le risque que des armes nucléaires soient de nouveau utilisées va grandissant. Au CICR, nous sommes convaincus que cette vidéo peut aider à faire comprendre qu’il est important de regarder en face la menace que les armes nucléaires représentent pour l’humanité. » …..

La vidéo, intitulée « Et si on faisait sauter une ville » mise en ligne le 13 octobre 2019, est le fruit d’une collaboration entre le CICR et Kurzgesagt-In a nutshell, un studio d’animation munichois dont la chaîne YouTube diffuse des contenus sur des sujets essentiellement scientifiques, technologiques, politiques et philosophiques.

La vidéo montre les conséquences terribles qu’engendrerait une explosion nucléaire dans une ville moderne. Face à une explosion nucléaire, nous serions tous réduits à l’impuissance.  ….

 « Cette vidéo ne se contente pas d’exposer la profonde inhumanité des armes nucléaires. Elle montre aussi qu’il est possible d’éradiquer la menace qu’elles représentent en les interdisant et en détruisant les arsenaux nucléaires existants. » 

Le CICR et le Mouvement international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge appellent depuis longtemps à l’interdiction et à l’élimination des armes nucléaires. Nous considérons que l’adoption, en juillet 2017, du Traité d’interdiction des armes nucléaires est une avancée capitale vers la réalisation de ces deux objectifs. Ce traité est le premier instrument international contraignant qui interdit expressément ce type d’armes. Pour entrer en vigueur, il doit être ratifié par 50 États – à ce jour, il totalise 33 signataires. Aussi, nous demandons à tous les États qui ne l’ont pas encore fait d’y adhérer sans attendre. 

Nous invitons le public à visiter notre site (www.sansarmesnucleaires.org) pour de plus amples informations sur la menace des armes nucléaires et sur les moyens d’action à la disposition de chacun.

* La vidéo est en anglais, mais les sous-titres sont disponibles en français.

Le Mouvement de la Paix vous propose

  • De visionner et d’appeler à visionner (via mails, sms, réseaux sociaux, etc..) la vidéo via ce lien
  • De signer et d’appeler à signer (via mails, sms, réseaux sociaux, etc..) les deux pétitions suivantes :
  1. la pétition mondiale lancée par les survivants d’Hiroshima sur le site du Mouvement de la Paix
  2. la pétition nationale pour la ratification du traité d’interdiction des armes par tous les Etats du monde




En pleine crise sanitaire le gouvernement s’obstine en faveur de dépenses militaires inutiles et coûteuses au détriment des priorités sanitaires et environnementales

Au vu de la crise sanitaire du Covid 19 qui a mis en évidence des défaillances et des choix politiques nationaux à risques, nous étions, en fonction de déclarations du Président de la République reconnaissant certaines de ces défaillances, en droit d’attendre l’annonce d’un plan d’urgence pour le service public hospitalier, la création d’emplois de personnels hospitaliers et la revalorisation de leur carrière mais aussi un plan de reconstruction d’une filière industrielle française du médical en particulier pour tout ce qui concerne la pharmacologie, l’électronique et l’imagerie médicale afin de disposer d’une autonomie suffisante pour assurer la sécurité sanitaire des personnes vivant en France.

Nous aurions trouvé également opportun, dans la situation actuelle, l’annonce d’un plan de développement d’un grand service public de l’énergie afin mettre en œuvre une transition écologique dégagée des lobbies du pétrole et des multinationales plus préoccupées de rentabilité que de sécurité écologique.

Mais les priorités du gouvernement ne sont pas dans ces domaines. En effet le gouvernement a choisi cette période de crise sanitaire pour annoncer :      

  • la construction d’un deuxième porte-avions type Charles De Gaulle, vraisemblablement à propulsion nucléaire pour un coût de 5 milliards d’euros au minimum (hors le coût des deux chaudières nucléaires et la flotte des bateaux escorteurs). Ce porte-avions implique un budget minimum de fonctionnement de 220 millions d’euros par an (source commission défense assemblée nationale du 12 mars 2019 via journal Capital)
  • la reprise des essais du missile nucléaire M51 à la pointe de Penmarc’h en Bretagne autour du 10 juin.

Ces annonces s’inscrivent dans le cadre des orientations du livre blanc de la défense qui préconisent de dépenser de l’ordre de 100 milliards d’euros en 15 ans pour le seul programme de renouvellement de la flotte de sous-marins nucléaires (SNLE-NG) qui constitue en lui-même une violation du Traité de Non- Prolifération Nucléaire (TNP).

Au plan mondial, le Mouvement de la paix s’inscrit dans le consensus qui se dégage dans les opinions publiques en faveur d’une diminution des dépenses militaires mondiales (1917 milliards de dollars en 2019) et en faveur du développement de coopérations au niveau mondial dans des domaines prioritaires tels que la sécurité sanitaire et la sécurité environnementale.

Le Mouvement de la paix estime que le gouvernement, dans le respect de ses engagements au titre de l’article 6 du TNP, aurait pu annoncer sa volonté d’agir en faveur du désarmement nucléaire en signant le Traité d’Interdiction des Armes Nucléaires (TIAN) adopté aux Nations Unies en juillet 2017. Une telle décision constituerait un signal politique fort en faveur de solutions humanistes à la crise actuelle, en faveur du respect du droit international concernant le désarmement nucléaire et aurait dans le même temps dégagé des moyens pour la santé, la recherche médicale et pour un développement durable compatible avec le respect de la planète.

L’heure est à l’action pour le respect des priorités portées par les peuples en faveur du respect de la vie et de la planète, priorités dont la réalisation permettrait d’avancer dans la construction d’un monde plus sûr pour tous.

Le Mouvement de la Paix

Le 3 juin 2020

 

Voir ce communiqué en PDF




En se retirant de nouveau d’un traité international de désarmement, Donald Trump menace la sécurité de la planète

Le Mouvement de la Paix condamne la décision annoncée par Donald Trump le 22 mai 2020 de retirer les Etats-Unis du Traité « Ciel ouvert » (« Treaty on Open Skies » en anglais). Ce traité signé en 1992 entre les États-Unis, la Russie et les pays de l’Otan autorise des vols réciproques d’observation du territoire des pays signataires pour contrôler leurs forces militaires et leurs mouvements. Signé par 34 pays et entré en vigueur en 2002, il a été conçu comme un instrument visant à la désescalade militaire entre l’OTAN et la Russie.

Il s’agit du troisième traité international dénoncé par le président des USA qui poursuit ainsi son entreprise de démolition des accords de sécurité internationale : après s’être retiré de l’accord sur le nucléaire iranien en 2018, Trump a remis en cause en 2019 l’accord sur les forces nucléaires à portée intermédiaire (traité INF) qui portait sur la limitation des missiles terrestres de moyenne portée.

Le prochain sur la liste pourrait être le Traité « New Start » adopté en 2010 par les USA et la Russie qui limite à 1 550 ogives nucléaires la capacité stratégique de chacun des deux pays. Ce traité arrive à échéance en février 2021 et l’administration américaine semble opposée à sa reconduction. Par ailleurs, le Washington Post du 22 mai rapporte que l’administration de Donald Trump a évoqué la possibilité de procéder à un essai nucléaire, ce qui serait le premier test américain depuis 1992 et constituerait une nouvelle rupture grave avec les engagements pris dans le Traité d’Interdiction Complète des Essais nucléaires (TICE) de 1996. Les Etats-Unis ont signé ce traité mais ne l’ont pas ratifié, et même s’il n’est pas encore entré en vigueur, les puissances nucléaires en ont jusqu’à présent respecté les dispositions.

Si l’on ajoute le retrait de l’Accord de Paris sur le climat, on constate que Donald Trump n’hésite pas à remettre en cause des décennies d’efforts et de négociations diplomatiques. Sa volonté d’assurer l’hégémonie politique et économique des Etats-Unis par tous les moyens, y compris militaires, conduit à saper les fondements du multilatéralisme et les principes de la Charte de l’ONU.

Le Mouvement de la Paix déplore que la France et l’Union Européenne soient si timides dans leurs réactions aux décisions unilatérales de l’administration Trump et les appelle à s’y opposer vigoureusement. La situation internationale réclame des actes forts et déterminés, comme la signature et la ratification du Traité d’Interdiction des Armes Nucléaires (TIAN).

En cette période de pandémie mondiale, il est plus urgent que jamais de redéployer les sommes colossales vouées aux armements et à la militarisation de la planète vers les budgets consacrés à la santé, à l’éducation, au logement et à la satisfaction des besoins sociaux.

 

Le Mouvement de la Paix

Le 28 mai 2020

 

Voir ce communiqué en PDF




Lettre personnalisée adressée à 75 ambassadeurs présents en France : Conférence d’examen du TNP et du TIAN

Voilà un exemplaire des courriers adressés à l’adresse email personnelle d’une soixantaine d’ ambassadeurs représentants de leur Etat en France, en mai 2020.
Cette initiative suscitée par le Mouvement de la Paix a été réalisée dans le cadre et avec le soutien du collectif national “En marche pour la paix”; C’est une manière de faire le travail que nous n’avons pas pu faire in vivo dans le cadre des initiatives militantes prévues à New York; nous publierons un recensement des réponses reçues et allons continuer à interroger les ambassades pour avoir des réponses.


A Son excellence Monsieur Nikolaus Meyer-Landrut, Ambassadeur d’Allemagne en France
 
Nous nous adressons à vous au nom du collectif français «En marche pour la paix» dont la coordination est assurée le Mouvement de la Paix, association reconnue d’éducation populaire et bénéficiant du statut consultatif ECOSOC à l’Onu.
Ce collectif national est composé de plus de 150 organisations très diverses comme vous pourrez le voir dans la pièce jointe à ce courrier.
 
Comme vous le savez, la conférence d’examen du Traité de Non-Prolifération Nucléaire (TNP), qui fête cette année son 50e anniversaire, devait se dérouler aux Nations Unies durant le mois de mai 2020. Elle a été reportée à une date ultérieure en fonction des conséquences de la crise sanitaire du Covid 19.
Quelle que soit la date, les problématiques qui seront évoquées sont d’une grande actualité. C’est la raison pour laquelle nous vous adressons cette requête.
 
Dans le préambule du TNP les 191 Etats signataires affirment leur désir « de promouvoir la détente internationale et le renforcement de la confiance entre Etats afin de faciliter la cessation de la fabrication d’armes nucléaires, la liquidation de tous les stocks existants desdites armes et l’élimination des armes nucléaires et de leurs vecteurs des arsenaux nationaux en vertu d’un traité sur le désarmement général et complet sous un contrôle international strict et efficace ».
 
A travers l’article 6 du TNP les 191 Etats signataires s’engagent « à poursuivre de bonne foi des négociations sur des mesures efficaces relatives à la cessation de la course aux armements nucléaires à une date rapprochée et au désarmement nucléaire et sur un traité de désarmement général et complet sous un contrôle international strict et efficace »
 
Or le 7 juillet 2017 à l’ONU, en s’appuyant sur le droit international humanitaire mais aussi sur le TNP et son article 6, par le vote de 122 États, un Traité sur l’Interdiction des Armes Nucléaires (TIAN) a été adopté. Cet élément nouveau sera sans aucun doute au coeur des discussions de la prochaine conférence d’examen du TNP.
En matière d’armes de destruction massive, la Convention sur les armes biologiques (CAB) ou Convention sur les armes biologiques ou à toxines (CABT), est entrée en vigueur en 1975.Elle fut le premier traité multilatéral de désarmement bannissant une catégorie entière d’armes de destruction massive, car les États Parties de la Convention sur les armes biologiques se sont engagés « à ne jamais, et en aucune circonstance, mettre au point, fabriquer, stocker, ni acquérir d’une manière ou d’une autre ni conserver ce type d’armes »
 
En avril 1997 la Convention sur l’interdiction des armes chimiques (CICAC) est entrée en vigueur.
Pour les armes nucléaires, l’entrée en vigueur du Traité sur l’Interdiction des Armes Nucléaires des lors qu’il aura été ratifié par 50 Etats, ouvrira la voie à un processus de désarmement nucléaire général et complet sous un contrôle international strict et efficace.
 
A la date du 30 Mars 2020, 81 Etats l’ont déjà signé et 36 Etats l’ont ratifié. Il ne fait donc aucun doute qu’il entrera en vigueur sans tarder.
 
Son application stricte permettrait enfin au monde de se débarrasser de la dernière catégorie d’armes de destruction massive encore existante.
 
Des citoyens du monde entier dont des survivants d’Hiroshima et de Nagasaki et de nombreuses ONG accréditées auprès de l’ONU, comme le Mouvement de la Paix, préparent activement cette conférence d’examen du TNP.
Dans le monde entier des citoyens, des scientifiques, des maires, des parlementaires, des syndicalistes, des intellectuels, des autorités religieuses , mais aussi des responsables d’institutions ou d’organisations internationales aussi prestigieuses que la Croix rouge internationale , etc font entendre la voie des peuples qui exigent l’élimination des armes nucléaires. Ils sont conscients que les 2 principaux dangers qui menacent l’humanité sont d’une part le risque d’une guerre nucléaire déclenchée par volonté ou par erreur ou accidentellement et d’autre part le dérèglement climatique. La pandémie du Covid 19 renforce cette exigence.
 
Le Mouvement de la Paix qui devait conduire à l’ONU fin avril 2020 une délégation de 103 personnes ( délégation rendue impossible à cause de la crise sanitaire actuelle ) porte avec le collectif « En marche pour la Paix » les exigences des 76 % de françaises et francais qui sont favorables à l’engagement de la France dans un processus international d’élimination totale et contrôlée des armes nucléaires et des 68 % qui sont favorables à la signature immédiate et à la ratification du Traité sur l’interdiction des armes nucléaires par la France. (Sondage Ifop 2018
journal pour La Croix/Le Mouvement de la Paix/mensuel Planète Paix).
 
Nous serions très heureux de connaitre le point de vue de votre pays sur les enjeux de cette conférence, sur le contenu du TIAN, le positionnement de votre pays pour aborder cette conférence et plus généralement sur les possibilités de construire un monde de paix sans armes nucléaires dans le respect de la Charte des Nations Unies.
Nous vous remercions de bien vouloir examiner avec bienveillance notre requête et de nous communiquer votre réponse si possible avant le 15 Mai 2020.
 
Si vous en acceptez le principe nous serions heureux de pouvoir poursuivre cette première démarche lors d’une rencontre dans votre ambassade avec 2 ou 3 membres du collectif dès que les circonstances sanitaires le permettront y inclus après le 15 mai.
 
Dans l’attente de votre réponse recevez, l’expression de nos salutations très respectueuses.
 
Pour le Collectif National « En marche pour la Paix », la coordination du Collectif
Roland Nivet, co-secrétaire national du Mouvement de la Paix tel 06 85 02 8714 roland.nivet@mvtpaix.org
Michel Thouzeau, co-secrétaire national du Mouvement de la Paix et représentant de l’association « Enseignants pour la Paix » 06 63 00 84 61. michel.thouzeau@mvtpaix.org
Muriel Vaillant, Présidente de l’Association Appel des Cent pour la Paix Bagnolet
Véronique Martin, Confédération Générale du Travail – CGT
Michel Cibot, délégué général de l’Association Française des Communes, Départements et Régions pour la Paix (AFCDRP)
 
 

Voir cette lettre en PDF

 




Journées mondiales sur les dépenses militaires : Investir dans la santé et non dans les armes !

Du 10 avril au 9 mai se déroulent les Journées d’action mondiales sur les dépenses militaires, dans le cadre de la Campagne Mondiale sur les Dépenses militaires (acronyme anglais : GCOMS), coordonnée par le Bureau International de la Paix.
Le Mouvement de la Paix soutient activement cette campagne d’autant plus urgente en période de pandémie Covid-19 où les besoins en matière de santé sont devenus criants.

Agir dans les conditions du confinement, c’est diffuser les informations sur les réseaux sociaux et autour de soi, signer et faire signer les pétitions, commander et distribuer le dépliant du Mouvement de la Paix sur le commerce des armes.

Le Mouvement de la Paix appelle à contribuer activement à la campagne mondiale sur les dépenses militaires et à la faire vivre en participant aux actions.

Pétition internationale à destination de l’Assemblée Générale de l’ONU

Site de la campagne internationale sur les dépenses militaires

Pétitions du Mouvement de la Paix :

Dépliants du Mouvement de la Paix :

Le Secrétariat National du Mouvement de la Paix
Paris, le 5 mai 2020

 

 

 




Pour un monde de paix, solidaire et sans armes nucléaires

Déclaration commune CGT – Mouvement de la Paix

La France et tous les Etats du Monde doivent ratifier le Traité sur l’Interdiction des Armes Nucléaires (TIAN)

La CGT et le Mouvement de la Paix devaient prendre part ensemble fin avril/début mai 2020 à la conférence d’examen du Traité de Non-Prolifération Nucléaire (TNP) à l’Onu à New York et participer aux initiatives militantes rassemblant les organisations qui, au plan mondial, luttent pour l’élimination des armes nucléaires. En raison de la pandémie, la conférence, moment d’intenses activités pour le désarmement nucléaire, est annulée. Mais plus que jamais la nécessité d’agir pour le désarmement nucléaire demeure.

Depuis le 7 juillet 2017, en s’appuyant sur le Traité de non-prolifération nucléaire (TNP) et au vu des conséquences humanitaires catastrophiques de l’utilisation de ces armes, les Nations Unies, grâce au vote de 122 Etats, ont adopté un Traité sur l’Interdiction des Armes Nucléaires (TIAN). Ce traité a été signé par 81 Etats et ratifié par 36. Il doit entrer en vigueur lorsqu’il aura été ratifié par 50 Etats.

La France, non seulement tente d’empêcher le processus de ratification du TIAN, mais viole le TNP en s’engageant dans un programme de 100 milliards d’euros sur 15 ans pour le renouvellement et « la modernisation » de son arsenal en armes nucléaires.

C’est pourquoi, la CGT et le Mouvement de la Paix demandent l’arrêt immédiat de ces programmes car ils constituent une violation du TNP et que l’utilisation même partielle de l’arme atomique peut mettre en danger l’existence même de l’humanité.

Ces programmes détournent des moyens financiers importants pour la sécurité sociale, la sécurité sanitaire et écologique des populations vers la fabrication d’armes illégales, immorales et dangereuses.

La crise sanitaire actuelle a mis en évidence les carences de l’Etat à assurer correctement la sécurité sanitaire des populations, compte tenu des ravages des politiques d’austérité en matière de santé et de protection sociale.

Au vu de ces éléments, la CGT et le Mouvement de la Paix appellent à signer et à faire signer massivement la pétition initiée par le collectif national « En marche pour la paix » pour que la France et tous les Etats du monde ratifient le Traité sur l’Interdiction des Armes Nucléaires qui défend « à tout État partie de s’engager dans le développement, le test, la production, la fabrication, l’acquisition, la possession ou le stockage d’armes nucléaires ou d’autres dispositifs nucléaires explosifs. »

Selon un sondage IFOP/La Croix/Planète Paix de 2018, 76 % des français estiment que la France doit s’engager dans un processus de convention internationale d’élimination totale et contrôlée des armes atomiques, tel que prévu par les Nations-Unies et 67 % demandent que la France signe et ratifie immédiatement le Traité sur l’Interdiction des Armes Nucléaires.

Pour faire face à la crise économique, sociale, écologique et sanitaire, l‘humanité a besoin de paix, de coopération, de solidarité, de justice et de fraternité. Non à la guerre, oui à la paix dans un monde solidaire et sans armes nucléaires.

La Cgt et le Mouvement de la Paix appellent, en conséquence, leurs militants et adhérents à faire connaitre cet appel et à développer toutes les initiatives utiles avec l’objectif de rassembler un maximum de signatures d’ici le 26 septembre 2020, journée internationale de l’ONU pour l’élimination totale des armes nucléaires.

Nous avons gagné le traité d’interdiction des armes nucléaires, gagnons sa ratification !

Pour signer cliquer sur https://petition.mvtpaix.org

CGT / Mouvement de la Paix, le 28 avril 2020

 

Voir cette déclaration en PDF

 

 




«Cessez-le-feu mondial» et «Covid-19»

Le Mouvement de la paix soutient l’appel du secrétaire général de l’ONU.
L’urgence première est d’investir pour la vie humaine et la protection de la planète !
Il appelle à l’action pour la ratification du Traité sur l’interdiction des armes nucléaires.

 

Antonio Guterres, Secrétaire général de l’ONU a lancé un appel (2) en faveur d’un cessez-le-feu mondial dans le cadre de la pandémie du COVID-19 et appelé à «mettre un terme au fléau de la guerre et à lutter contre la maladie qui ravage notre monde. Cela commence par l’arrêt des combats. Partout. Tout de suite. C’est ce dont nous tous, membres de la famille humaine, avons besoin. Aujourd’hui plus que jamais ».
Le Mouvement de la Paix apporte son soutien total à cet appel.

En France, la pandémie révèle que les hôpitaux et les services publics de santé sont sous-équipés et sous-dotés en personnels en raison de politiques qui mettent en cause la capacité de l’Etat à assurer sa mission de sécurité sanitaire de la population.

Le Mouvement de la Paix, qui a en permanence soutenu les luttes des personnels de santé (1) remercie ces personnels et tous les corps de métier qui travaillent d’arrache-pied au service de la population. Il continuera à apporter son soutien à toutes celles et ceux qui agissent pour une société de justice, de solidarité et de bien-être.

La situation dans d’autres pays dont la plus grande puissance mondiale, les USA est identique.

Le Mouvement de la paix, dans le cadre de son domaine d’intervention, estime que les crises écologique, sanitaire, sociale, ainsi que la crise économique qui va s’aggraver, appellent des choix de société fondamentaux mettant l’intérêt des humains en première priorité.

Les sommes vertigineuses consacrées aux dépenses militaires sont dans le contexte actuel insupportables et inadmissibles (1830 milliards de dollars de dépenses militaires mondiales en 2019, aux USA un plan prévoit d’engloutir 1200 milliards de dollars de 2020 à 2046  dans  la course aux armements nucléaires au titre de la nouvelle posture nucléaire, en France 100 milliards d’euros sont prévus pour les 15 années à venir au titre de la « modernisation » de son  arsenal nucléaire etc..). Cette situation est hallucinante. Comme l’a dit le pape François l’an dernier à Hiroshima « la course aux armements nucléaires est criminelle » non seulement en raison du risque majeur d’élimination de toute vie humaine sur terre, mais aussi parce qu’elle prive l’humanité et les plus pauvres des moyens nécessaires pour vivre dignement et en sécurité.

L’urgence première est d’investir pour la vie humaine et la protection de la planète.

Plus que jamais c’est le moment d’exiger la ratification du Traité sur l’interdiction des armes nucléaires (TIAN) par la France et tous les Etats du monde et l’affectation des crédits correspondants aux besoins sociaux et en particulier pour la santé.

Une première action simple et utile consiste à signer la pétition pour la ratification du traité d’interdiction des armes nucléaires.

Cette action s’intègre dans la Campagne globale sur les dépenses militaires (Global Campaign on Military Spending – GCOMS) à laquelle participent de nombreux mouvements de paix au plan mondial.

Le Mouvement de la Paix
Le 8 avril 2020

 

 

  1. Communiqué du 14 novembre 2019 « De l’argent pour la santé, pas pour les armes nucléaires »
  2. Déclaration de A. Guterres et lien pour soutenir son appel

 

Voir cette déclaration en PDF

 

 




Lettre aux organisations membres du collectif national « En marche pour la Paix »

En cette période de crise sanitaire recevez tous et toutes nos salutations cordiales et solidaires en souhaitant qu’un minimum de personnes soit touché et que nous arrivions à surmonter cette crise dans les meilleures conditions.

Le forum international pour la Paix et le désarmement nucléaire prévu à Paris le 4 avril dans le cadre du collectif national « En marche pour la paix » avec des déclinaisons en région est annulé. Mais nous gardons le contact avec les militants étrangers qui devaient intervenir au cours de ce forum le soir du 4 avril à la bourse du travail de Paris.

Les actions prévues le vendredi 3 avril devant les ambassades des pays possédant des armes nucléaires sont reportées.

Par ailleurs une lettre est adressée à tous les ambassadeurs des Etats pourvus d’une ambassade en France pour les sensibiliser, pour connaitre les positions de leur Etat sur cette question et pour faire valoir la nécessité de la ratification du Traité sur l’interdiction des armes nucléaires (TIAN) par tous les Etats du Monde (voir lettre en lien plus bas)

La délégation citoyenne composée de 103 personnes et conduite par le Mouvement de la Paix pour la conférence d’examen du Traité de Non-prolifération nucléaire à l’Onu est, elle aussi, annulée. Pour le moment nous ne savons pas si la conférence elle-même est annulée, mais les informations dont nous disposons stipulent que les locaux des Nations unies sont actuellement accessibles seulement aux personnes travaillant aux Nations unies.

Le collectif va poursuivre ses activités en les adaptant et en recherchant les solutions de nature à permettre la continuité de nos actions et réflexions dans une situation difficile.

Cette continuité est d’autant plus nécessaire que cette crise révèle tant au plan international qu’au plan national combien les milliers de milliards dilapidés dans les dépenses militaires et en particulier pour la fabrication d’armes nucléaires manquent cruellement aujourd’hui pour faire face à la crise sanitaire.

Cordialement,

Comité d’animation du collectif

Roland Nivet, co-secrétaire national du Mouvement de la Paix
Michel Thouzeau, co-secrétaire national du Mouvement de la Paix et représentant de l’association « Enseignants pour la Paix »
Muriel Vaillant , Présidente de l’Association Appel des Cent pour la Paix Bagnolet
Véronique Martin Confédération Générale du Travail – CGT
Michel Cibot délégué général de l’Association Française des Communes, Départements et Régions pour la Paix

 

Lettre aux ambassadeurs modifiée vu la crise sanitaire (PDF)

Lettre aux organisations du collectif annulation du 4 avril (PDF)