Solidarité avec la population de Gaza et le peuple palestinien dans son entier

Monsieur le président de la République,

La population enfermée de la Bande de Gaza, sous blocus, n’en peut plus. Cette population active, inventive, éduquée, qui comme nous veut vivre, étudier, produire, se distraire, est confrontée à une catastrophe humanitaire sous le regard de la communauté internationale… impassible. 

Cela fait 50 ans que la Bande de Gaza est sous contrôle total de l’occupation israélienne, 20 ans qu’Israël détruit son économie, 10 ans qu’elle la pousse au désespoir par un blocus total. Tout en la rendant totalement dépendante des fournitures israéliennes… qu’elle fait payer au prix fort. 

La décision israélienne de réduire encore la fourniture d’électricité de Gaza est un pas de plus dans l’étranglement de cette population. Comment vivre avec deux heures d’électricité par jour ? La vie quotidienne devient impossible pour cette population courageuse. Et le fonctionnement de ce qu’il reste d’infrastructures (eau, assainissement, hôpitaux) risque de s’effondrer à court terme. 

Cette situation est rendue encore plus complexe par le jeu dangereux joué par Trump dans la région, les innombrables pressions sur l’Autorité palestinienne, la volonté d’isoler le Hamas après avoir accepté qu’il participe aux élections de 2005. 

Mais en fait, la situation est très simple. Il y a une puissance occupante qui a tout fait pour ruiner l’économie palestinienne, et singulièrement celle de Gaza. Le système sophistiqué mis en place pour faire payer aux Palestiniens et à leurs bailleurs internationaux le prix de l’occupation atteint ses limites. 

En tant que puissance occupante, dans le cadre du droit international pertinent, Israël a l’obligation de subvenir aux besoins de la population occupée. Elle doit rétablir l’approvisionnement en électricité de Gaza à son niveau antérieur, et en accepter les conséquences financières. 

La France et l’Europe doivent le lui rappeler avec la plus grande fermeté. Elles doivent maintenant œuvrer à la levée du blocus de Gaza, en exerçant de véritables pressions sur l’État d’Israël pour qu’il mette fin à ce blocus illégal et inhumain contre la population palestinienne de la bande de Gaza. 

Le Mouvement de la Paix exige donc que nos gouvernants et que l’Europe prennent enfin leurs responsabilités pour faire cesser cette situation inadmissible, et ne laissent pas se prolonger de l’autre côté de la Méditerranée, un massacre permanent; en témoigne le récent bombardement de Gaza qui a été passé sous silence par les médias occidentaux… Les moyens politiques et juridiques existent (suspension de l’accord d’association avec Israël, BDS, reconnaissance de l’Etat de Palestine etc).

Il est urgent que la France agisse pour le respect des droits du peuple palestinien dans son ensemble. C’est une des conditions pour l’émergence d’un processus de paix dans cette région.

Monsieur le Président de la République, recevez l’expression de nos sentiments respectueux.

A Paris, le 29 juin 2017

Le Mouvement de la Paix

 

Pour intervenir auprès du Président :

Copiez-collez cette lettre et envoyez-la par la poste, à l’adresse suivante :

À Monsieur le président de la République
Palais de l’Élysée – PARIS

(exempté d’affranchissement)

Ou par courriel : www.elysee.fr/ecrire-au-president-de-la-republique

Monsieur Le président de la République,

La population enfermée de la Bande de Gaza, sous blocus, n’en peut plus. Cette population active, inventive, éduquée, qui comme nous veut vivre, étudier, produire, se distraire, est confrontée à une catastrophe humanitaire sous le regard de la communauté internationale… impassible. 

Cela fait 50 ans que la Bande de Gaza est sous contrôle total de l’occupation israélienne, 20 ans qu’Israël détruit son économie, 10 ans qu’elle la pousse au désespoir par un blocus total. Tout en la rendant totalement dépendante des fournitures israéliennes… qu’elle fait payer au prix fort. 

La décision israélienne de réduire encore la fourniture d’électricité de Gaza est un pas de plus dans l’étranglement de cette population. Comment vivre avec deux heures d’électricité par jour ? La vie quotidienne devient impossible pour cette population courageuse. Et le fonctionnement de ce qu’il reste d’infrastructures (eau, assainissement, hôpitaux) risque de s’effondrer à court terme. 

 Cette situation est rendue encore plus complexe par le jeu dangereux joué par Trump dans la région, les innombrables pressions sur l’Autorité palestinienne, la volonté d’isoler le Hamas après avoir accepté qu’il participe aux élections de 2005. 

Mais en fait, la situation est très simple. Il y a une puissance occupante qui a tout fait pour ruiner l’économie palestinienne, et singulièrement celle de Gaza. Le système sophistiqué mis en place pour faire payer aux Palestiniens et à leurs bailleurs internationaux le prix de l’occupation atteint ses limites. 

En tant que puissance occupante, dans le cadre du droit international pertinent, Israël a l’obligation de subvenir aux besoins de la population occupée. Elle doit rétablir l’approvisionnement en électricité de Gaza à son niveau antérieur, et en accepter les conséquences financières. 

La France et l’Europe doivent le lui rappeler avec la plus grande fermeté. Elles doivent maintenant œuvrer à la levée du blocus de Gaza, en exerçant de véritables pressions sur l’État d’Israël pour qu’il mette fin à ce blocus illégal et inhumain contre la population palestinienne de la bande de Gaza. 

Le Mouvement de la Paix exige donc que nos gouvernants et que l’Europe prennent enfin leurs responsabilités pour faire cesser cette situation inadmissible, et ne laissent pas se prolonger de l’autre côté de la Méditerranée, un massacre permanent; en témoigne le récent bombardement de Gaza qui a été passé sous silence par les médias occidentaux… Les moyens politiques et juridiques existent (suspension de l’accord d’association avec Israël, BDS, reconnaissance de l’Etat de Palestine etc).

Il est urgent que la France agisse pour le respect des droits du peuple palestinien dans son ensemble. C’est une des conditions pour l’émergence d’un processus de paix dans cette région.

Monsieur le Président de la République, recevez l’expression de nos sentiments respectueux.

A Paris, le 29 juin 2017

Le Mouvement de la Paix

À Paris, le XX XXXX 2017

Nom :

Prénom :

Qualité :

Ville :


Lettre ouverte en pdf

image_print
Facebooktwittermail