Situation critique pour les Kurdes du Rojava

Devant les propos irresponsables de D. Trump annonçant le retrait des troupes états-uniennes de la zone tampon entre la Turquie et la Syrie, le Mouvement de la Paix exprime sa crainte extrême que cela ouvre la porte à des massacres de la population kurde habitant depuis des siècles sur ce territoire. C’est la menace qui a été faite de manière très claire par le Président turc Erdogan. Celui-ci a déjà montré que ses menaces contre les Kurdes étaient suivies d’effets si des pressions internationales n’étaient pas faites.

En conséquence :

Nous demandons que notre pays demande la réunion urgente, dans les heures qui viennent, du Conseil de Sécurité des Nations Unies pour que des mesures soient prises afin d’assurer la sécurité de populations qui souffrent depuis de nombreuses années des attaques turques comme des attaques de Daesh.

Nous demandons que notre pays, avec la Grande-Bretagne, reste présente dans cette région comme force pacifique d’interposition.

Nous demandons que notre pays conditionne tout rapport économique avec la Turquie au respect des principes élémentaires des droits de l’homme et de la démocratie. Qu’elle libère en particulier tous les prisonniers politiques et rétablisse dans leurs droits toutes les personnes sanctionnées pour leurs positions politiques.

Nous proposons à nos ami.e.s partisans de la paix et à tous leurs partenaires d’appeler, et de participer, aux rassemblements qui sont en train de s’organiser dans de nombreuses villes de France. Les consulter sur le site du Conseil Démocratique kurde en France (cliquer ici)

A Paris, le 08/10/2019

Le Mouvement de la Paix

 

Voir ce communiqué en PDF

Facebooktwittermail

Une pensee sur “Situation critique pour les Kurdes du Rojava

  1. Les kurdes syriens restants sont-ils maintenant suffisamment protégés par les russes – quadrillant le secteur conjointement avec l’envahisseur turc ! – et par l’armée syrienne ?
    Ou : faudra-t-il que l’armée allemande prenne le relais des lâcheurs US pour “sécuriser une zone tampon”, qui n’aurait même plus le rôle d’initier un dépècement de la Syrie ?
    Voilà que ce que l’on admirait sous le nom de Rojava a disparu en quelques heures, et D Trump voudrait apparemment le faire revivre un peu plus loin, en concierge de réserves (syriennes!) de pétrole.
    Dans cet Orient si compliqué, il ne faudrait pas que nos ONG et notre espoir de démocratiser les peuples soient encore instrumentalisés par un impérialisme en désarroi. Souvenons-nous que la Lybie, le Yémen, le Mali etc. ne se remettent pas de nos “bons” sentiments ! A peine plus loin, l’Afghanistan a vu émerger al Qaeda aux bons soins de l’oncle Sam et de ses alliés pétro-dictateurs, et personne de sensé ne peut se satisfaire des conséquences….

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *