Idlib (Syrie), les urgences : arrêter les bombardements des populations civiles, protéger les populations, mettre en place une solution politique

Le Mouvement de la paix appelle les Nations unies et le Conseil de sécurité à agir avec urgence et efficacité pour mettre fin à cette tragédie humaine, pour obtenir un cessez-le-feu immédiat de toutes les parties et l’arrêt des bombardements sur la ville.

Il faut réunir tous les moyens politiques, financiers et diplomatiques afin de préserver les populations civiles en les soustrayant à l’emprise de Daesh tout en assurant leur protection.

Cela nécessite l’arrêt immédiat des bombardements russes et syriens sur la ville, mais aussi de l’intervention militaire de la Turquie en particulier contre les kurdes et le désarmement de Daesh et des milices terroristes.

Plusieurs solutions sont possibles pour un plan humanitaire international permettant de protéger les populations, sans céder du terrain à Daesh ni aux autres groupes terroristes qui ont d’une certaine manière pris la population d’Idlib en otage et qui constituent l’antithèse totale de l’humanité à laquelle nous aspirons.

Au-delà de la solution politique et diplomatique que nous appelons de nos vœux depuis le début de ce conflit, un plan humanitaire doit se mettre en place le plus rapidement possible sous l’égide des Nations Unies et du HCR.

Dans le même temps nous continuerons à dénoncer tous les impérialismes en cours dans cette région et dans ce jeu complexe qui transforme le Moyen-Orient en un immense champ de bataille.

En premier il convient une fois de plus de rappeler la responsabilité des USA qui en 2003 ont détruit l’Irak en mentant délibérément à la tribune de l’ONU sur l’existence d’armes de destruction massive dans ce pays et en ne respectant pas le droit international.

L’urgence d’un tel plan humanitaire ne nous interdit pas non plus de dénoncer le rôle néfaste de Bernard Henri Lévy et de Sarkozy en Libye car la violation de la résolution de l’ONU concernée a conduit à la destruction de la Libye et à l’expansion de Daesh dans toute la région subsaharienne et a donc aussi contribué à renforcer son emprise en Syrie.

Ni Daesh, ni écrasement des populations civiles sous les bombes.

Actuellement, les puissances de l’OTAN sont engagées dans une immense opération militaire, comme il n’y en a jamais eu en Europe depuis le débarquement de 1944 sur les côtes françaises, avec 22 000 hommes et des milliers de tanks et de camions qui ont débarqué en Europe de l’est aux frontières de la Russie dans le cadre d’une action concertée des pays membres de l’OTAN sous le nom de DEFENDER.

Il est inacceptable et honteux que des dizaines de millions d’euros et/ou de dollars et des moyens logistiques considérables puissent être mobilisés pour une telle opération et que la communauté internationale ne soit pas capable de mettre en œuvre les moyens nécessaires pour exfiltrer et protéger la population à travers un corridor humanitaire mais aussi de donner au HCR tous les moyens nécessaires pour accueillir dignement, nourrir, abriter, soigner ces populations civiles.

Ce que les peuples attendent des chefs d’Etat, dont le Président Macron pour la France, ce ne se sont non pas des paroles, ni des communiqués, mais c’est un plan de sauvetage et de protection de la population et des solutions à moyen et long terme.

Ce plan de sauvetage passe par l’arrêt immédiat des bombardements.

Il doit inclure un couloir humanitaire et médical sécurisé qui devrait permettre:

  • l’arrivée de l’aide humanitaire et médicale et du ravitaillement nécessaires sous le contrôle de l’ONU, des Croix et Croissant Rouges, des ONG spécialisées et confirmées pour ces activités.
  • l’évacuation des populations civiles vers les zones où il n’y a pas (ou plus) de combats ou vers des camps de réfugiés organisés par l’ONU, sans permettre la rétention forcée de populations par les djihadistes qui s’en servent de boucliers humains.

La solution à long terme est politique et doit être construite en étroite relation avec le peuple syrien dans le cadre de discussions multi-partenaires conduites sous l’autorité des Nations unies et ayant comme objectifs la paix dans la région à travers le désarmement de Daesh et des milices terroristes, qui ont été soutenues par les puissances membres de l’Otan et en particulier dans la période récente par les USA et la Turquie d’Erdogan, l’établissement d’un État de droit en Syrie et la souveraineté de la Syrie sur son territoire dans le respect des minorités et des droits des Kurdes.

Ce respect de la souveraineté syrienne sur son territoire et le respect de ses frontières s’adresse en particulier à la Turquie, alors qu’Erdogan conforte les djihadistes à Idlib, ville syrienne et attaque les forces et populations kurdes de Syrie.

La volonté des Usa, exprimée en particulier à travers le projet de grand Moyen-Orient, de détruire les Etats de moyenne puissance dans cette région et de ne pas reconnaître les droits légitimes des Palestiniens ou des Kurdes a plongé l’ensemble du Moyen-Orient dans la tourmente des guerres et des régressions démocratiques.

Heureusement partout, d’Alger, en passant par Beyrouth, Bagdad, Ankara… les peuples, les démocrates, des intellectuels, les syndicalistes, les femmes et la jeunesse résistent et construisent le chemin vers des Etats de droit, pour plus de liberté, de démocratie et pour la paix. Notre solidarité totale leur est acquise.

Le 29 février 2020
Le Mouvement de la Paix

 

Voir les précédents communiqués et déclarations sur la Syrie

 

Voir ce communiqué en PDF

 

 

image_print
Facebooktwittermail

4 pensees sur “Idlib (Syrie), les urgences : arrêter les bombardements des populations civiles, protéger les populations, mettre en place une solution politique

  1. Certains qui se disent préoccupés par la situation en Syrie, vantent le “courage d’Erdogan” et demandent des frappes”humanitaires” de l’OTAN et des rafales de la France en soutien aux troupes Turques et à leurs alliés Djihadistes qui se sont livrés au nettoyage ethnique contre les Kurdes auxquels ils préfèrent clairement l’Etat Islamique.On croit rêver!!!!

  2. Rétablissement de l’Etat de droit en Syrie ? Y en-a-t-il jamais eu un ? Vos prônez la reprise du pouvoir par un dictateur, criminel de guerre et criminel contre l’humanité, aidé par Vladimir Poutine. L’usage des rames chimiques, ce n’est pas de votre domaine d’intérêt ? Vous ne voyez pas la population civile qui s’est révoltée, celle que vous dites soutenir dans votre dernier paragraphe (trace d’un remords de certains de vos militants ?) , qui ne veut pas partir, mais pouvoir vivre chez elle et choisir son avenir, sans Bachar ni Daech. Vous parlez de Daech, mais Daech proprement dit, c’est fini depuis un moment. L’épouvantail bien utile à Poutine est tombé. Il reste des mouvements islamistes locaux (issus d’al-Nusra) contre lesquels se battent aussi les civils Syriens. La faute n’est pas aux USA ni à BHL, elle est à l’indifférence générale et à la confusion à laquelle vous avez contribué. Vous feriez mieux de continuer à vous taire.

    • En effet c’était une coquille. Il faut lire “établissement d’un état de droit” et non “rétablissement”.
      Merci de votre vigilance !

Répondre à Catherine Valomy Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *