Déclaration du Mouvement de la Paix suite aux vœux du président de la République

Le président de la République a présenté ses vœux à la Nation.

Debout et déterminé à poursuivre fermement sa politique.

Il admet l’ampleur des problèmes à résoudre mais ne propose aucune solution de nature à les résoudre. Une explication avancée, et c’est une première, la crise du monde capitaliste,  « le capitalisme ultralibéral et financier, trop souvent guidé par le court terme et l’avidité de quelques-uns va vers sa fin » nous a-t-il dit.

Malheureusement, sans changement de politique, les inégalités se creuseront encore plus alors que  les revendications sociales exprimées par les gilets jaunes sont dans le fond ignorées, et qu’aucune solution fiable et durable n’est proposée pour faire face au danger de disparition de l’humanité que rendent possible les dérèglements climatiques en cours.

Pourtant, les luttes actuelles en France y inclus le développement du mouvement des gilets jaunes portent majoritairement l’exigence que les richesses et les ressources financières doivent aller à la satisfaction des besoins sociaux, à l’éradication des fractures sociales et à la lutte contre le dérèglement climatique, pour construire un monde de justice et de paix et éviter les pires catastrophes à venir.

Pourtant, ces luttes ont permis de réaffirmer que les actions pour la justice, la paix et le mieux vivre sont légitimes et complémentaires de la lutte contre le dérèglement climatique.

Par ailleurs, 76 % des Français sont favorables à ce que la France s’engage dans le processus de désarmement nucléaire en cours et 66 % sont favorables à ce que la France ratifie le Traité d’Interdiction des Armes Nucléaires (TIAN) adopté aux Nations Unies le 7 juillet 2017. Or, alors que le gel des programmes de modernisation des armes nucléaires libérerait de l’ordre de 20 milliards d’euros sur 7 ans, le président de la République persiste dans sa décision de doubler les crédits consacrés à l’arme atomique et d’augmenter les dépenses d’armement pour réponse aux exigences de l’OTAN portées par les USA et Trump.

Par ailleurs, la montée de l’extrême droite encouragée et soutenue par Trump est extrêmement inquiétante.

Les fondements de nos acquis et de nos valeurs sont remis en cause.

Cette situation nécessite une opposition résolue à cette politique qui tourne le dos aux conditions d’une politique de paix et appelle à l’émergence d’une mobilisation de très grande ampleur pour construire la paix, réduire les dépenses militaires, supprimer les crédits destinés à la « modernisation » des armes nucléaires.

Le temps est venu de proposer une alternative à cette politique de surarmement et de guerre. A cet égard, Le livre blanc pour la Paix réalisé par une quarantaine d’organisations est un outil dont le mouvement social pourrait s’emparer car il associe transition pacifiste, transition sociale et transition écologique.

Le Mouvement de la Paix mettra toutes ses forces dans le renforcement du mouvement pacifiste et l’avènement d’une politique de paix, de progrès social et écologique, seule issue à la crise actuelle.

A Paris, le 8 janvier 2019

Le Mouvement de la Paix

 

Voir cette déclaration en PDF

image_print
Facebooktwittermail

3 pensees sur “Déclaration du Mouvement de la Paix suite aux vœux du président de la République

  1. Il faut que les deux tiers des Français qui sont pour la ratification du TIAN par notre pays se manifestent et persuadent le tiers qui n’y est pas favorable d’accepter sa ratification . elle nous mettra un peu plus à l’abri d’une guerre nucléaire

  2. Cette déclaration appelle à la nécessaire mobilisation pour plus de paix et de justice. Elle mentionne aussi les Gilets Jaunes, dont la dure répression contre leur lutte montre malheureusement que notre régime “démocratique” ne tolère pas la contestation. Il veut discréditer, effrayer, quitte à mutiler sciemment des manifestants tout à fait pacifiques et les figures de leur mouvement.
    On fait comment ?
    La lettre pétition MvtPaix aux députés prend judicieusement position à la suite du défenseur des droits, mais elle ne sera pas vite suivie d’effets.
    J’ai d’ailleurs ajouté dans mon envoi les phrases suivantes :
    Le danger est avéré pour les citoyens qui osent se trouver sur une zone de manifestation alors que les consignes de la hiérarchie policière sont… floues, mais la répression violente est un danger aussi pour la démocratie dans la mesure où l’issue, pour toute revendication qui irait à l’encontre des projets politiques, ne pourrait être qu’extrêmement violente. On ne peut se permettre en effet d’espérer que la peur de la baston renverra indéfiniment les mécontents à la maison.
    Il est temps, pour éviter la guerre civile, que les forces de l’ordre intègrent dans leur stratégie et leurs tactiques le concept de désescalade.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *