Déclaration du Mouvement de la Paix à l’occasion de l’hommage aux victimes des attentats du 13 Novembre 2015

Un an après les attentats terroristes du Bataclan le Mouvement de la paix appelle à exprimer notre solidarité avec les victimes, à réfléchir sur les causes, à agir pour la prévention par la satisfaction et le respect des droits humains et la promotion de logiques de paix.

PDF

Déclaration du 12 novembre 2016

Nous tenons à réaffirmer notre solidarité avec les victimes des attentats et massacres terroristes, et leurs familles, dont nous partageons la douleur et la souffrance.

Nous réaffirmons notre condamnation totale de tous les actes terroristes qui frappent à tous les coins de la planète. Pour le Mouvement de la paix aucune considération, de quelque nature que ce soit, ne peut justifier de tels agissements.

Quelle que soit la manière dont chacun l’exprime, c’est la même aspiration à vivre en paix et en sécurité qui, avec la douleur, l’horreur et la révolte, s’est manifestée dans les réactions de la population. C’est autour de cette aspiration légitime à la paix et à la sécurité individuelle et collective que nous devons construire des solutions.

Nous nous réjouissons que la nécessaire réflexion approfondie et contradictoire ait commencé à être menée. Elle doit être poursuivie pour construire des politiques de prévention basées sur la connaissance des conditions et processus qui ont rendu possible de tels actes.

Les réflexions ont avancé et ont montré, sans excuser d’aucune manière ces actes inqualifiables, qu’une des sources du développement du terrorisme résidait dans les  guerres incessantes menées soit disant contre le terrorisme et qui ont abouti à un échec total en Afghanistan, à la destruction de l’Irak, au chaos généralisé au Moyen et Proche orient, en Libye et dans les régions subsahariennes etc. Les logiques de guerre, de violence, de lutte de tous contre tous, qui prévalent dans le monde actuel n’ont généré que des échecs, le chaos et des monstruosités.

Sur la base de ces réflexions, de plus en plus de voix expriment le fait que les solutions ne peuvent pas venir principalement du domaine policier et/ou militaire mais qu’elles se construiront d’abord à travers des mesures de nature économiques, sociales, culturelles, politiques et éducatives au plan national et international, s’inscrivant dans la durée, à travers des processus visant la satisfaction et le respect des droits humains et la promotion de logiques de paix.

Aux logiques de guerre et de violence il est temps de substituer des logique basées sur la satisfaction et le respect de tous les droits humains et sur la prévention et la résolution politique des conflits dans le respect du droit international comme nous y invitent l’Unesco et plusieurs résolutions des Nations Unies appelant à la promotion d’une culture de la paix et de la non-violence.

Les solutions  sont  donc à la fois dans un  renforcement de la sécurité humaine incluant le renforcement des droits et libertés des citoyens ainsi que le respect du droit international. Ainsi au plan national les moyens nécessaires à une sécurité humaine ne peuvent se limiter aux seuls effectifs de police et de gendarmerie, mais doivent  intégrer le renforcement des services d’investigation en liaison avec des juges antiterroristes dont le nombre et les moyens doivent être renforcés, l’éducation, la culture, la justice, la politique de la ville, la santé, et la lutte contre le chômage et pour le plein emploi.

Dès à présent, nous devons agir ensemble pour la réalisation de tous les droits humains afin de surmonter les difficultés actuelles. Face aux discours outranciers, xénophobes, racistes faisons le choix de l’intelligence, de la réflexion et de la raison pour construire un avenir commun à travers la construction pas à pas d’une civilisation basée sur les valeurs de liberté, d’égalité, de solidarité, de justice, de fraternité, de dignité et de paix afin d’éloigner chaque jour, les spectres de la violence, du racisme, de la xénophobie et de la guerre.

 

Le samedi 12 novembre 2016,

Le Mouvement de la Paix

Contact : Roland Nivet : 06 85 02 87 14

Facebooktwittermail

Une pensee sur “Déclaration du Mouvement de la Paix à l’occasion de l’hommage aux victimes des attentats du 13 Novembre 2015

  1. 18_11_15 In Praesentia / In Absentia /

    La valse des ombres
    La réalité d’un paysage comme une abstraction imaginaire à laquelle rien de particulier ne serait rattaché, tout et rien à la fois, et qui pourtant, prendrait forme au et à travers les mots.
    On a beau faire, on a beau croire, quelles sont les raisons, quel serait l’état de prédilection propice à la disparition d’une culture, un champ donné, façonné au fil des siècles par les hommes?
    Un champ de bataille (in)justement
    Une étendue délimitée multipliée -x- un bain de sang XXL.
    Les contradictions, les croyances, les traditions, les mythes qui varient, et qui d’imperméables par les grandes distances, voire inconnues des uns par les autres, des autres par les uns, deviennent imbriquées sous le joug de l’accélération du temps et des avancées technologiques qui ne permettent plus à quiconque ou presque de se protéger, de rester en / au dehors la profondeur des fonds, la densité des univers cachés, le noir total, et comme dans ce champ fait de couleurs et d’intensités variables, on la voit bien se dessiner, la valse des ombres!
    Briller le jaune d’or
    Sonner le glas de la peur
    Émaner du vivant des morts
    Respirer l’air du dehors
    Goûter la Vie
    Re vivre Paris
    Résonner l’Amour
    Jaillir de concert
    Faire son affaire du XXIe siècle
    Faire signe à mon frère
    Pour ne pas nous dissoudre

    Sharlot Stoned

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *