Congrès de Marseille 2002 – Introduction aux débats présentée par Pierre VILLARD

 

Quelles actions pour la Paix en 2003 ?
Introduction aux débats présentée par
Pierre VILLARD

 

Le débat de ce matin, la troisième et dernière séance plénière du congrès est consacrée à l’action. “Quelles actions pour la Paix en 2003 ?” Et au-delà bien sûr. L’action nous en parlons depuis vendredi soir. Les grandes lignes d’actions sont sorties de nos débats et des ateliers qui ont formulé des propositions. Je voudrai donc en introduction de cette séance vous proposer une synthèse pour l’action.

L’action nous voulons la développer pour mobiliser l’opinion publique parce que nous savons que c’est par elle que passe beaucoup de choses. Elle a énormément compté dans la façon dont a évolué l’attitude de l’administration Bush concernant l’Irak. Elle a énormément compté dans les positions défendues par le gouvernement français.

L’action nous voulons la développer pour peser sur les décisions prises par les politiques et les gouvernements. Nous sommes un mouvement d’action qui ne nous contentons pas de bonnes paroles mais qui développe sur le terrain des initiatives diverses et multiples grâce à l’implantation locale de nos comités de Paix.

Pour cela nous avons besoin de forces nouvelles, d’énergies nouvelles, d’idées nouvelles. Non pas pour remplacer l’existant mais pour l’enrichir, le diversifier, lui donner plus de capacité d’initiatives. Dans ce nécessaire besoin d’élargir le champ des bâtisseurs de la Paix nous avons besoin de développer encore notre attractivité, de rendre plus lisibles nos lignes de forces.

Reconnaissons humblement que nous sommes en train de construire quelque chose de neuf, non pas pour remplacer l’ancien mais pour consolider et développer considérablement l’existant.

Pour cela nous avons besoin d’ouvrir grandes les portes du mouvement de la Paix – notamment mais pas seulement – aux jeunes. Ne craignons pas de leur faire confiance.

Avant le congrès de Vitry sur Seine, au mouvement de la Paix, on parlait des jeunes. Aujourd’hui au mouvement de la Paix, ce sont les jeunes eux-mêmes qui parlent.

La synthèse qu’ils nous ont présentée hier soir est un témoignage fort et très touchant de la maturité et de la sincérité de leur engagement. Je crois que nous devons nous féliciter d’avoir fait le pari de cette rencontre internationale de jeunes d’Europe et de Méditerranée pour la Culture de Paix en parallèle à notre congrès. Pourtant je peux vous dire que nous avons eu des moments de doutes mais au bout du compte c’est la confiance dans la capacité du mouvement de réussir cet événement qui nous a servi de boussole.

Cette dimension internationale qui de plus en plus innerve l’action pacifiste locale de nos comités est porteuse d’espoir. Nous ne construirons pas un autre monde tout seul. Du quartier à la Planète, la solidarité de l’action pacifiste au-delà des frontières est de nature à développer un véritable mouvement mondial pour la culture de Paix.

 

Quelles actions pour la Paix ?

Réaffirmons encore une fois la nécessité de nous placer résolument dans la décennie internationale de la promotion d’une culture de la Paix et de la non-violence.

De tout de ce que nous avons dit depuis vendredi nous pouvons tirer 7 grands axes d’actions à plus ou moins longs termes.

 

1. L’Irak

Notre objectif est d’empêcher la guerre, de faire gagner la politique sur la force. Nous avons vu combien est important le poids de l’opinion.

Ne devons-nous pas nous fixer comme priorité l’amplification de la mobilisation de l’opinion.

Pour cela il est important de continuer à populariser l’appel ” Non à la guerre contre l’Irak, oui à un monde de justice, de paix et de démocratie “.

Dans nos départements, ne devons-nous pas prendre l’initiative de collectifs autour de cet appel. En ayant bien le souci de ne pas faire disparaître le mouvement mais bien de lui donner la légitimité de la coordination de l’action comme nous l’avons acquis au niveau national. Notre congrès pourrait adopter un appel sur le thème ” Avec ou sans l’ONU, Non à la guerre “.

Il se dessine au niveau européen et mondial des mobilisations convergentes pour le début de l’année 2003. Nous savons que la mobilisation cela s’organise.

Nous pourrions décider de deux mois de mobilisation démarrant par une journée nationale d’initiatives et de manifestations vers la mi-décembre et d’une manifestation nationale dont la date serait fixée entre le 20 janvier et le 15 février en fonction des décisions prises au niveau européen. Entre-temps nous pourrions décider d’organiser la venue en France de pacifistes américains et britanniques pour 5 meetings dans 5 grandes métropoles à la mi-janvier pour aider à la mobilisation nationale

 

2. Le moyen orient

Le 20 novembre à la mutualité à Paris est organisé un meeting pour la suspension de l’accord de coopération Union européenne/Israël, campagne que nous avons soutenue avec Agir Ici. Le 30 novembre est une journée nationale de manifestation à l’occasion de la journée de la terre en Palestine. Nous vous proposons de nous y associer.

Là encore nous avons besoin de travailler l’opinion publique pour qu’elle connaisse et entende les voix de la Paix en Palestine et en Israël. Nous avons des outils formidables pour faire de partout des initiatives de débats et de rencontres avec les deux vidéos et l’exposition de la Seine Saint Denis “Israël Palestine : Jeunes en quête d’avenir “.

Franchement nous avons là des outils professionnels qui remplacent bien des discours. Ils sont adaptés à un public jeune. Au Conseil national de rentrée nous avions évoqué la situation de nos amis du Conseil palestinien pour la Justice et pour la Paix dont les locaux avaient été détruit. Nous attendons toujours des informations de leur part pour engager une campagne de solidarité à leur égard.

La question d’une nouvelle délégation au Moyen Orient est posée. Nous avons vu combien les précédentes nous ont aidés à mieux appréhender la situation.

 

3. Les armes nucléaires

Avec la menace d’un conflit en Irak, le conflit israélo-palestinien, les tensions indo-pakistanaises, la question de l’utilisation de l’arme nucléaire reprend le devant de l’actualité. Pour nous il est encore plus urgent de les éliminer.

Tout d’abord il apparaît essentiel de poursuivre les initiatives prises régulièrement par les comités début août pour marquer dans l’action la commémoration des bombardements d’Hiroshima et Nagasaki (sommets de la Paix, rassemblements, …). Dans le même état d’esprit il semble important de renouer avec les manifestations devant les sites tels l’Ile Longue ou le BARP.

Le 23 novembre aura lieu une rencontre de travail des mouvements de Paix français et britanniques d’Abolition 2000. Nos amis britanniques nous proposent une rencontre des jeunes du mouvement et des jeunes de la CND pour travailler ensemble à notre participation au Forum Social Européen de 2003 et réfléchir à notre participation à Faslen la basse de sous-marins atomiques.

Dans le même état d’esprit une rencontre de travail mouvement de la Paix/CND est prévue en janvier.

A Genève se tiendra en avril/mai la seconde prepcom pour le TNP 2005. Il faut prévoir dès aujourd’hui d’y participer nombreux.

Nous devons poursuivre la mobilisation contre le projet américain de bouclier antimissile, sachant que pour nous le meilleur bouclier c’est l’élimination des armes nucléaires.

La campagne pour libérer Mordéchaï Vanunu doit se poursuivre dans la voie tracée par notre ami décédé Claude Panne de la Drôme.

En 2005 ce sera le 60ème anniversaire des bombardements d’Hiroshima et Nagasaki. Ne pourrions-nous pas proposer à nos amis japonais d’organiser un événement international de jeunes pour l’élimination des armes nucléaires à Hiroshima en Août 2005 ?

Les organisations d’Abolition 2003 envisagent de reconduire des Journées du Désarmement Nucléaire. Elles se tiendront à Vénissieux à l’automne 2003. Le comité de Vénissieux du Mouvement de la Paix en sera le cheville ouvrière. Dès à présent engageons dans la préparation de ce rendez-vous qui s’annonce important.

 

4. Les dépenses militaires

Nous proposons de continuer la signature de la pétition nationale.

Pour aider l’opinion à mieux comprendre la réalité des dépenses militaires nous proposons d’engager une campagne sur les dépenses militaires avec du matériel didactique sur la vérité des coûts.

Nous devons poursuivre la campagne engagée avec Agir Ici sur le contrôle du commerce des armes et interpeller dans chaque département les parlementaires à propos de la Loi de Programme Militaire.

 

5. La journée Mondiale de la Paix

Nous voulons que ce rendez-vous annuel gagne en importance chaque année. Pour cela nous vous proposons de mettre en place au niveau local et national des comités d’initiative pour la culture de Paix.

 

6. Les mouvements citoyens pour un autre monde

Nous étions à Porto Alegre en janvier 2002, nous étions à Florence il y a quelques jours, nous étions à la marche mondiale des femmes, nous étions à Johannesburg, nous sommes dans le mouvement pour construire un autre monde.

Nous proposons de décider dès aujourd’hui d’envoyer une délégation à Porto Alegre en janvier 2003 et de travailler dès maintenant au Forum Social Européen 2003 qui se tiendra à Saint Denis. Notre idée générale c’est qu’avec 800 milliards de dollars de dépenses militaires annuelles on peut changer le monde.

Pour cela il faut mettre en place une commission de préparation autour notamment d’Arielle, Arlette et Patrick.

 

7. Les jeunes

J’ai redis au début de cette introduction combien les efforts réalisés ces dernières années avaient porté leur fruits et combien cette question était cruciale pour le développement de l’action pacifiste. Je vous propose d’en faire un axe d’action à part entière en commençant par populariser la rencontre de ces derniers jours, l’appel international des jeunes et en prenant des dispositions pour que des jeunes participent à chacune de nos délégations.

Vous le voyez nous avons du pain sur la planche. Cette dynamique va nécessiter que nous y travaillons tous ensemble. Au mouvement de la Paix, il n’y a pas ceux d’en haut et ceux d’en bas. Pour mettre en place toutes ces actions, nous proposons de développer des commissions nationales, des ateliers, des secteurs d’activités. Nous voulons promouvoir de nouvelles méthodes de travail et de coopérations pour être en phase avec l’évolution de notre mouvement et faire vivre la diversité à tous les niveaux. Pour cela nous devons faire des efforts sur la communication et la formation. Notre journal va être rénové, nous proposons qu’il change nom pour prendre celui de “la Paix en mouvement ” – qui était le sous titre mais qui a déjà été son titre – et qu’il devienne un véritable outil pour tous les militants de la Paix.

Nous proposons également que Pentecôte devienne un rendez-vous annuel des comités consacré à la vie et au développement de nos comités. Pentecôte 2003 devrait se tenir en Bretagne.

Vous le voyez l’ensemble de ces actions se situent à des niveaux différents. Elles ne sont pas toutes au même niveau, elles se complètent.

 

Quatre lignes de forces sont à retenir :

– Irak : poursuivre la mobilisation en organisant 5 meetings régionaux internationaux et une manifestation nationale

– Nucléaire : préparer la prepcom de Genève et s’engager dans les JDN 2003

– 21 septembre : une grande journée mondiale de la Paix

– Jeunes : poursuivre et amplifier la dynamique

image_print
Facebooktwittermail