Après les attentats de Bruxelles, condamnation et solidarité mais aussi action commune pour un monde de justice et de paix

Après les attentats qui viennent de frapper successivement en quelques semaines en Côte d’Ivoire, au Mali, en Turquie et aujourd’hui en Belgique, le Mouvement de la Paix affirme sa solidarité, sa compassion avec les victimes et leurs familles et partage leur douleur et leur souffrance.

Il réitère avec la plus grande vigueur sa condamnation de ces attentats et de tous les actes terroristes.L’heure est à la réaffirmation de notre attachement aux valeurs de liberté, d’égalité, de fraternité, de dignité, de solidarité et de notre détermination commune pour bâtir un monde de justice et de paix que nous devons gagner par l’action commune des peuples.

Le 22 Mars 2016
Le Mouvement de la Paix
Facebooktwittermail

Une pensee sur “Après les attentats de Bruxelles, condamnation et solidarité mais aussi action commune pour un monde de justice et de paix

  1. Je partage d’autant plus la sympathie exprimée qu’un de mes cousins a frôlé la mort à Bruxelles.
    Si “action commune des peuples” il y a, elle pourrait prendre en compte la corruption terrible et le cynisme criminel de nos propres élites, qui sont bel et bien à l’origine de cette affaire de terrorisme.
    Selon Patrick Cockburn,
    “En soutenant la cause des oppositions syrienne et lybienne et en détruisant les Etats syrien et libyen, la France et la Grande-Bretagne ont ouvert la porte à l’Isis et devraient partager la responsabilité de la montée de l’Isis et du terrorisme en Europe. En refusant d’admettre ou d’apprendre des erreurs du passé, les Européens de l’Ouest ont fait peu pour jeter les bases de la « cessation des hostilités » actuelle et étonnamment réussie en Syrie, qui est presque entièrement une réalisation américaine et russe.
    La Grande-Bretagne et la France sont restées bloquées sur les positions de l’Arabie saoudite et des monarchies du Golfe dans leur politique à l’égard de la Syrie. J’ai demandé à un ancien négociateur pourquoi il en était ainsi et il a sèchement répondu : « L’argent. Ils voulaient des contrats saoudiens. » Après la capture de Salah Abdeslam, on parle de défaillances de sécurité qui lui ont permis de se soustraire à son arrestation pendant si longtemps, mais c’est largement inapproprié car les attaques terroristes vont continuer à se produire aussi longtemps qu’Isis reste une puissance. Une fois encore, la couverture médiatique permet aux gouvernements occidentaux d’échapper à la responsabilité d’une défaillance sécuritaire bien pire, celle de leurs propres politiques désastreuses.”
    Patrick Cockburn | 19 mars 2016

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *