Une centaine de personnes rassemblées pour la paix en Ukraine à Saint-Étienne le 19 mars


Une centaine de personnes rassemblées pour la paix en Ukraine à Saint-Étienne.
Alors que la guerre fait toujours rage en Ukraine, que les informations sont toujours plus difficiles à décrypter, une centaine de personnes ont tenu à se rassembler à Saint-Étienne ce samedi 19 mars pour la paix en Ukraine. Daniel Durand, au nom du Mouvement de la paix et du collectif des organisations, s’est adressé aux participants.

MANIFESTATION CONTRE LA GUERRE EN UKRAINE

SAINT- ÉTIENNE SAMEDI 19 MARS 2022
INTERVENTION DE DANIEL DURAND
Mouvement de la paix

J’interviens au nom du Mouvement de la paix et du collectif contre la guerre.
Quatre semaines déjà, quatre semaines que la guerre ensanglante l’Ukraine, que continuent bombardements, combats, que se multiplient victimes et destructions, que s’allongent les files de réfugiés en Pologne, en Roumaine, en Moldavie fuyant la guerre.
L’élan de solidarité pour les civils déplacés dans leur pays, réfugiés dans les pays limitrophes est remarquable. Les initiatives pour l’accueil de réfugiés en France, dans notre département, dans nos communes est exemplaire. Les associations, les particuliers se dévouent sans compter. Beaucoup le faisaient déjà depuis longtemps pour accueillir d’autres réfugiés, victimes de guerres, de violences dans d’autres pays. Il faut que ces nouveaux efforts pour les civils ukrainiens ne se fassent pas au détriment du travail déjà en cours mais participent de l’élargissement de la solidarité : ukrainiens, syriens ou autres, c’est une même souffrance à soutenir !
La solidarité humanitaire, aussi essentielle soit-elle, ne suffit pas, nous l’avons déjà dit. L’action politique contre la guerre et pour la paix est centrale.
La condamnation de l’agression russe est grande dans toutes les opinions publiques, en particulier en Europe. Elle est importante en Russie même malgré la répression dont les nouvelles nous parviennent par des canaux détournés. Beaucoup ont vu sur les réseaux sociaux le geste courageux de cette femme journaliste, Marina Ovsiannikova, brandissant un panneau contre la guerre en pleine émission sur une grande chaîne de télé russe.
Le but central que nous poursuivons est l’arrêt de la guerre, le chemin vers une solution politique et diplomatique négociées sous contrôle international, impliquant donc les Nations unies.
Au milieu des informations souvent unilatérales ou instrumentalisées par les deux côtés, n’avons qu’une boussole c’est la recherche de la paix pour les peuples.
La guerre ne résout rien : « Maudite soit la guerre et ses auteurs », est-il écrit sur le Monuments aux morts de 14-18 à l’autre bout de notre département, dans la petite commune de Saint-Martin-d’Estreaux.
Maudit soit Poutine, mais notre colère ira aussi contre tous ceux qui ne feraient pas assez pour trouver un chemin de paix, qui se satisferaient de multiplier les sanctions économiques et politiques et attendraient, en espérant secrètement des gains particuliers, économiques ou stratégiques.
En ce 19 mars, anniversaire des accords d’Évian, même si les deux conflits n’ont rien de semblables, nous nous rappelons du prix de la guerre, des 25 000 soldats français tués, des 250 000 algériens tués dans un conflit qui a laissé des cicatrices profondes. Huit ans avaient été nécessaires pour aboutir à un accord politique négocié, les accords d’Évian. Ces accords étaient loin d’être parfaits, on discute encore aujourd’hui de qui a fait quoi, comment, pourquoi, mais ils ont permis de mettre un terme à l’hécatombe même s’ils n’ont pas ouvert un chemin de roses.
En Ukraine, aussi, il y aura un accord politique un jour, aidons à notre petite mesure à ce qu’il vienne le plus rapidement et qu’il soit le moins mauvais possible
Les pressions pour des solutions politiques doivent s’accentuer.
Soit nous attendons que les solutions politiques tombent du ciel, que les sanctions économiques ruinent le peuple russe, car derrière le tyran, nous n’oublions pas qu’il y aussi un peuple, ou qu’un coup d’état renverse Poutine.,
soit nous agissons pour une solution diplomatique car chaque conflit a une fin provisoire ou définitive par la diplomatie, les négociations directes entre les parties ou avec l’aide d’intermédiaires.
Aujourd’hui, des petits bouts d’espoir se lèvent, à côté des négociations directes entre les parties, on commence à voir des diplomates en action, des diplomates turques, indiens, israéliens s’activent. Je constate avec amertume l’absence d’initiatives d’européens. Pendant la guerre froide, il y a eu des Autrichiens, des Finlandais, des Norvégiens actifs, aujourd’hui, la préoccupation des Européens semble plus être la ré-augmentation des budgets militaires que les initiatives de paix, c’est triste. Mais surtout, où sont les initiatives de paix françaises ?
Nous ne devons avons avoir qu’un cri :
M le Président, plus vite, plus fort, intervenez pour une solution politique et diplomatique négociée !
Assez de postures, de petites phrases. Chaque jour qui passe, ce sont des souffrances, des victimes, des réfugiés. Chaque jour, c’est une escalade militaire qui se développe, chaque jour, nous risquons l’incident qui va faire basculer le monde dans la guerre mondiale ou l’holocauste nucléaire !
Nous avons tous une responsabilité, nous pouvons envoyer des mails, des lettres, des motions aux autorités françaises. Nous pouvons le faire dans nos organisations, nos associations, nos syndicats, sur nos Facebook, nos Twitter, Nous pouvons interpeller nos élus, nos maires, nos conseillers départementaux, nos députés et leur dire, faites remonter cette volonté non seulement de solidarité matérielle mais d’initiatives de paix.
Le collectif des organisations contre la guerre vous appelle à multiplier dans les deux semaines à venir les initiatives décentralisées, petites réunions d’informations, présences symboliques sur une place, dans une rue de la paix.
Merci à toutes les forces qui ont soutenu ce rassemblement : LDH, ATTAC, Libre pensée, Amis de l’Humanité, syndicats CGT, FSU, partis politiques de gauche et écologistes. D’autres militants ou adhérents d’associations ou organisations sont présents. Je vous appelle à venir vous joindre à nous, dans un esprit de coopération ouvert. Vous serez les bienvenus ;4Nous n’avons qu’une volonté :
M le Président, intervenez maintenant, plus vite, plus fort, pour une solution politique et diplomatique négociée !
Ensemble, que ce cri se démultiplie et contribue à faire bouger les choses pour la paix, la solidarité avec les ukrainiens et ukrainiennes.

image_print
Facebooktwittermail

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *