La délégation du Mouvement de la paix en Israël-Palestine (2002)

ISRAEL / PALESTINE : UNE « PREMIERE » POUR LA PAIX

Une délégation de 28 pacifistes français rencontrent pendant trois jours militants israeliens et palestiniens pour la paix

C’est une « première » par l’ampleur de la délégation et la volonté de dialoguer avec les deux parties qu’a réalisée une délégation de vingt-huit pacifistes français, venus d’Aquitaine, de Bretagne, du Centre, d’Ile-de-France, du Jura, du Languedoc-Roussillon, de PACA, des Pays-de-Loire, de Rhône-Alpes.

Pendant trois jours, ils sont venus soutenir et dialoguer avec le « camp de la paix » en Israel et Palestine.

Dans la même journée du 23 mars, ils ont rencontré à Ramallah l’ancien recteur de l’Université palestinienne de Bir Zeit, Gabi Baramki, président du Conseil Palestinien pour la Justice et la Paix, signataire avec d’autres personnalités de l’Appel de la Coalition israelo-palestinienne pour la paix ; puis le même soir, les « 28 » ont participé avec plusieurs centaines d’israéliens au rassemblement organisé par Peace Now (« La paix Maintenant ») devant le domicile d’Ariel Sharon à Jerusalem.

« Sortons des territoires maintenant, revenons en nous-mêmes » – « arrêtons le bain de sang » – « Palestine – Israël, un territoire, deux peuples, deux états », étaient les principaux slogans entendus.

La télévision israélienne a retransmis des images de la banderole : « Shalom – Salam – Peace, Mouvement de la Paix France ». Daniel Durand, secrétaire national du Mouvement de la Paix a été interviewé par la radio nationale israélienne, dans l’émission en langue française.

Le lundi 25 mars, la délégation a eu une importante réunion de travail à Jérusalem avec Noam Hoffstetter et Dan Bitan, dirigeants de Shalom Arshav (Peace Now) qui ont expliqué leurs analyses de la situation, leurs initiatives et celles développées à Jérusalem avec la « Coalition populaire israélo-palestinienne pour la paix », sous l’impulsion notamment de Yossi Belim et Sari Nusseibeh.

Une grande chaine humaine pour la paix est projeté en juin, sur la « ligne verte » de la frontière de 1967.

La délégation a multiplié les rencontres tant d’ONGs israeliennes et palestiennes que de personnalités comme Mgr Sabbag, patriarche latin de Jérusalem ou M. Denis Pietton, Consul général de France.

Elle a également visité l’expérience pilote de vie commune d’enfants d’origine juive et arabe de ” l’Ecole pour la Paix – Neve Shalom – Wahat al Salam”. Les français ont été très choqués par la visite du camp de réfugiés Amari à Ramallah, dont plusieurs logements ont été détruits et le club de jeunes saccagé par l’armée israélienne.

 

 

Lors de la réception de la délégation française, dimanche soir 24 mars, par le Président de l’Autorité Palestienne, M. Yasser Arafat, Daniel Durand a réaffirmé le soutien du Mouvement de la Paix à la légitimité internationale de l’Autorité palestienne, seule représentante reconnue du peuple palestinien.

Il a rappelé la condamnation sévère par l’opinion publique française de la politique meurtrière et sans issue du gouvernement Sharon, telle qu’elle s’était exprimée le jour même dans la manifestation de Paris.

Devant la gravité de la situation, le Mouvement de la paix entend poursuivre résolument son action auprès de la France et de l’Union Européenne pour hâter la mise sur pied d’une force de paix internationale, garantissant la protection des populations.

Daniel Durand a également rappelé sa condamnation, tant humaine que politique, de tout attentat contre des civils en Israël ou ailleurs, condamnation partagée par le Président du CPJP, Gabi Baramki.

De ces quatre jours intenses, la délégation initiée par le Mouvement de la Paix, revient avec la conviction renforcée que le dialogue entre forces de paix tant du côté israélien que palestinien peut encore se développer, se renforcer et triompher des questions les plus difficiles comme celles de l’évacuation des colonies, de l’administration partagée de Jérusalem, du statut futur des réfugiés palestiniens en quête d’abord de dignité et de citoyenneté.

Le Mouvement de la paix appelle les citoyennes et citoyens français à demander au gouvernement français de peser de tout son poids au sein de l’Union Européenne pour

– créer les conditions du déploiement rapide d’une force internationale de paix, sous l’égide de l’ONU, garantissant la protection des populations civiles.

– à se rassembler pour faire grandir ces exigences, en rejetant tout anti-sémitisme, tout racisme et toute intolérance.

Le Mouvement de la Paix a décidé de demander à être reçu au Ministère des Affaires étrangères pour remettre plusieurs milliers de pétitions qui ont été recueillies en France sur ces demandes depuis deux semaines. Des débats d’informaiton avec des expositions et films réalisés pedant ces quatre jours, seront organisés dans toute la France d’ici le mois de juin.

DANIEL DURAND , Saint-Ouen, le 26 mars 2002

 

 

Télécharger le compte-rendu complet (28 pages) PDF – 1,9 Mo

 

image_print
Facebooktwittermail