Appel de l’assemblée des acteurs et mouvements sociaux du FSE 2003

Nous venons des mouvements sociaux et citoyens de toutes les régions d’Europe, de l’Est à l’Ouest et du Nord au Sud. Après Florence et Porto Alegre, nous nous rencontrons au 2ème Forum social européen à la suite d’une année de mobilisations contre le modèle néolibéral dans de nombreux pays d’Europe – contre la réforme des retraites, pour la défense des services publics, contre les politiques agricoles, pour les droits des femmes, contre l’extrême droite, le racisme et la xénophobie ainsi que contre les politiques sécuritaires -, et contre la guerre contre l’Irak, notamment le 15 février 2003 . Nous sommes divers et pluriels, et c’est ce qui fait notre force.

En ce moment s’élabore un projet de Constitution européenne en marge de la société civile . Il “constitutionnalise” le libéralisme comme doctrine officielle de l’UE ; il consacre la concurrence comme fondement du droit communautaire et de toutes les activités humaines et ne tient aucun compte des objectifs de l’écodéveloppement ; il accorde un rôle à l’OTAN sur les politiques étrangères et de défense européennes et pousse à la militarisation de l’Union  ; enfin, il maintient le social dans le statut de pièce rapportée d’une construction européenne fondée sur le primat du marché, et acte, de fait, le démantèlement déjà programmé des services publics. Ce projet de Constitution ne répond pas à nos aspirations.

Nous luttons pour une autre Europe . Nos mobilisations portent l’espoir d’une Europe sans chômage ni précarité, dotée d’une agriculture paysanne qui assure la souveraineté alimentaire, préserve les emplois, l’environnement et la qualité de l’alimentation, d’une Europe ouverte sur le monde qui permette à chacun d’y circuler librement, qui reconnaît la citoyenneté de résidence à tous les étrangers y habitant et qui respecte le droit d’asile, d’une Europe qui met en œuvre une égalité réelle entre les femmes et les hommes, qui promeut la diversité culturelle et le droit des peuples à l’autodétermination, c’est-à-dire de décider de leur futur de façon démocratique.

Nous luttons pour une Europe qui refuse la guerre, favorise la solidarité internationale et un développement écologiquement durable. Nous nous battons pour que les droits des êtres humains, les droits sociaux, économiques, politiques, culturels et écologiques l’emportent sur le droit de la concurrence, la logique du profit et l’asservissement par la dette.

C’est pour toutes ces raisons que nous lançons un appel aux peuples d’Europe pour qu’ils se mobilisent contre le modèle néolibéral et la guerre . Nous nous battons pour le retrait des troupes d’occupation de l’Irak ainsi que la restitution immédiate de la souveraineté au peuple irakien . Nous nous battons pour le retrait des territoires occupés par Israël et pour l’arrêt de la construction du mur et sa destruction. Nous soutenons les mouvements israélien et palestinien qui se battent pour une paix juste et durable. Nous nous battons pour le retrait des troupes d’occupation russes de la Tchétchénie. C’est pour cela que nous nous joignons à l’appel international lancé aux Etats-Unis par le mouvement anti-guerre et que nous appelons à la journée d’action du 20 mars prochain.

Pour parvenir à une Europe basée sur la reconnaissance des droits sociaux, politiques, économiques, culturels et écologiques, tant individuels que collectifs, des femmes comme des hommes, nous nous engageons à prendre partout des initiatives . Il nous faut construire pas à pas un processus de mobilisation qui permette l’implication de tous les peuples d’Europe . Nous nous engageons à être partie prenante de toutes les actions organisées par les mouvements sociaux, en particulier à construire un jour commun d’action soutenu par les mouvements sociaux, notamment par le mouvement syndical européen. Nous appelons tous les mouvements sociaux à faire culminer cette dynamique de mobilisations en une journée d’action pour une autre Europe, des droits des citoyens et des citoyennes et des peuples, le 9 mai, date prévue de la ratification de la Constitution européenne.

Le 16 novembre 2003

 

Télécharger le communiqué

 

image_print
Facebooktwittermail