Conférence internationale contre la militarisation de l’Europe

Prague les 5 et 6 mai 2007

Des mouvements de paix de 11 pays ont participé à une conférence internationale contre la militarisation de l’Europe les 5 et 6 mai à Prague. Venus de la République Tchèque, de Pologne, de Hongrie, d’Allemagne, de Belgique, du Royaume Uni, des USA, des Pays-Bas, d’Italie, de Grèce, ils ont lancé un appel international.

Le Mouvement de la Paix invite toutes les organisations françaises, européennes et internationales à rejoindre cet appel (national@mvtpaix.org).

 

PRAGUE DECLARATION – International Conference against the Militarization of Europe

PEACE DOESN’T NEED NEW MISSILES –

We say no to the US missile defence system in Europe.

Faced with new US military plans to begin official negotiations with the Czech and Polish governments on May 10th, the signatories of this paper declare:

We voice our protest against the plans of the Bush adminstration to install a “national missile defence system” for the US on the territory of the Czech Republic and Poland.

Most people in the Czech Republic and Poland, as well as in the rest of Europe, reject plans to host this system.

We reject the official reasons given for the NMD project as mere pretexts.

The realisation of the US plan will not lead to enhanced security. On the contrary – it will lead to new dangers and insecurities.

Although it is described as ‘defensive’, in reality it will allow the United States to attack other countries without fear of retaliation.

It will also put ‘host’ countries on the front line in future US wars.

The governments of Poland and the Czech Republic recklessly risk unleashing a new arms race, jeopardising the present framework of international agreements

on nuclear non-proliferation and conventional arms control throughout the world, but especially in Europe.

What we really need is disarmament as a precondition to peace and genuine human security.

To face the impending ecological crisis we need international cooperation and trust, not confrontation.

Peace initiatives, democratic and emancipatory political forces, women’s and enviromentalist movements, trade unions and faith activists must come together in

their resistance to this attempt to play one European country off against the other. We see our protest as part of a global movement against all foreign military bases and other infrastructure used for wars of aggression. It is a contribution to building peace in Europe and the world, and to empowering local communities to act together and proetct their rights and guarantee their public role.

European Union and Nato states must not participate in this new military adventure of the Bush administration.

Peace remains our foremost task.

We demand of those responsible in the European Union, especially President Klaus and President Kaczynski, to listen to the will of the people of the European Union.

We demand that they act democratically and hold binding referendums on the deployment of NMD components in their countries.

We emphatically reject the attempt to legitimise the US plans through the back-door of NATO and EU decision-making. Across a wide range of nationalities

and walks of life, we call on you: Together let us do everything to prevent Europe from becoming the stage for a new arms race and a new politics of confrontation.

We call on all people to take part in peace demonstrations and to speak with and write to their elected representatives, members of government and heads of state, to tell them that they do not want a new politics of confrontation and that this will be remembered at the polls.

The participants of the International Conference against the Militarization of Europe  

Prague, 5 May 2007

DÉCLARATION DE PRAGUE

Conférence Internationale contre la Militarisation de l’Europe

 

LA PAIX N’A PAS BESOIN DE NOUVEAUX MISSILES Nous disons non au système de défense anti-missile des Etats Unis en Europe.

Devant les nouveaux projets militaires des Etats-Unis, décidés à entamer des négociations officielles avec les gouvernements tchèques et polonais le 10 mai, les signataires de ce texte déclarent :

Nous exprimons notre protestation contre le projet de l’administration Bush d’installer le “système de défense anti-missile” des Etats-Unis sur les territoires de la République tchèque et de la Pologne.

La majorité des tchèques et des polonais et la majorité des citoyens européens refusent cette perspective. Nous rejetons les raisons officielles données pour le projet de NMD qui ne sont que de simples prétextes.

La réalisation du projet des USA n’augmentera pas la sécurité en Europe. Au contraire – il mènera à de nouveaux dangers et développera l’insécurité.

Bien qu’il soit décrit « défensif », ce projet permettra en réalité aux Etats-Unis d’attaquer d’autres pays sans crainte de vengeance. Il mettra les pays partenaires en première ligne des guerres américaines futures.

Les gouvernements de Pologne et la République tchèque risquent imprudemment de favoriser une nouvelle course aux armements, mettant en danger les présents accords internationaux sur la non-prolifération nucléaire et ceux sur le contrôle des armements conventionnel, dans le monde entier et particulièrement en Europe.

Ce dont nous avons vraiment besoin, c’est de désarmement comme facteur de paix et de véritable sécurité humaine. Pour faire face à la crise écologique menaçante, nous avons besoin de la coopération internationale et de confiance, pas de nouvelle confrontation.

Les acteurs de paix, les acteurs politiques progressistes, les mouvements de femmes, les mouvements environnementalistes, les syndicats et les mouvements de foi doivent s’unir face cette tentative de monter les pays européens les uns contre les autres. Notre protestation s’inscrit dans un mouvement mondial de refus de toutes les bases militaires étrangères et d’autres infrastructures utilisées pour les guerres d’agression. C’est une contribution à la construction de la paix en Europe et le monde et un appel aux communautés locales à agir ensemble pour protéger leurs droits et garantir leur rôle public.

L’Union Européenne et les états de L’OTAN n’ont pas à participer à cette nouvelle aventure militaire de l’administration de Bush. La paix doit rester notre tâche principale.

Nous demandons à ceux qui sont responsables dans l’Union Européenne, particulièrement au Président Klaus et le Président Kaczynski, d’écouter la volonté des peuples de l’Union Européenne. Nous exigeons qu’ils agissent démocratiquement et tiennent des référendums à propos du déploiement de composants NMD dans leurs pays.

Nous rejetons catégoriquement la tentative de légitimer les plans des Etats-Unis sous couvert de prises de décisions de L’OTAN et de l’Union européenne.

Venant de divers pays européens et de différentes conditions sociales, nous vous appelons à tout faire pour empêcher l’Europe de devenir la scène pour une nouvelle course aux armements et d’une nouvelle politique de confrontation. Nous invitons tous les citoyens d’Europe à participer aux initiatives de paix, à s’adresser à leurs représentants élus, aux membres des gouvernements et aux chefs d’Etat, pour leur signifier notre refus commun d’une nouvelle politique de confrontation.

Les participants de la Conférence Internationale contre la Militarisation de l’Europe  

 

Prague, le 5 mai 2007

image_print
Facebooktwittermail