Le traité d’interdiction des armes nucléaires entre en vigueur : célébrons cette victoire

Le Traité d’interdiction des armes nucléaires va entrer en vigueur dans 90 jours !
C’est une immense victoire pour tous les peuples de la terre.
C’est un événement marquant dans l’histoire de l’humanité !
Partout célébrons cet événement !
La lutte pour l’élimination totale et définitive des armes nucléaires est engagée !

 

Ce 24 Octobre 2020, 75 ans jour pour jour après la création des Nations Unies, NOUS LES PEUPLES, nous avons gagné l’entrée en vigueur du Traité sur l’interdiction des armes nucléaires (TIAN).

Ce traité adopté à l’Onu le 7 juillet 2017 par 122 Etats est actuellement signé par 84 Etats. Le Honduras l’a ratifié le 24 Octobre 2020, portant à 50 le nombre d’Etats signataires. Il entrera donc en vigueur dans 90 jours en application du paragraphe 1 de l’article 15 du TIAN, qui stipule que le traité entrera en vigueur 90 jours après le dépôt du cinquantième instrument de ratification, d’acceptation, d’approbation ou d’adhésion.

Ce Traité interdit de « a) Mettre au point, mettre à l’essai, produire, fabriquer, acquérir de quelque autre manière, posséder ou stocker des armes nucléaires ou autres dispositifs explosifs nucléaires;……. – d) Employer ni menacer d’employer des armes nucléaires ou d’autres dispositifs explosifs nucléaires ».

Après l’interdiction des armes biologiques en 1972, après l’interdiction des armes chimiques en 1993, avec l’entrée en vigueur du TIAN ce sont toutes les armes de destruction massive qui sont interdites par un Traité.

C’est une immense victoire pour tous les peuples de la terre ! Un nouveau processus s’engage dont l’objectif est clairement l’élimination totale et définitive des armes nucléaires.

Comme l’indiquaient les Hibakusha (survivants d’Hiroshima et Nagasaki) dans leur appel international de 2016 pour l’élimination des armes nucléaires qui a recueilli des millions de signatures à travers le monde : « Aujourd’hui, l’humanité se trouve à la croisée des chemins. Ou nous sauvons notre planète bleue telle qu’elle est, avec tous ses êtres vivants, ou bien nous nous acheminons vers l’autodestruction ».

Ces armes abominables de destruction massive sont illégales, dangereuses, coûteuses, éthiquement inadmissibles. Rien ni personne ne doit s’opposer à leur élimination totale et définitive.
Le choix est simple et dépend seulement de décisions politiques.

Nul Etat ne peut rester hors-la-loi internationale et humanitaire. Nul Etat ne peut avoir le droit de vie et de mort sur le reste de l’humanité. Tous les Etats doivent maintenant ratifier le traité sur l’interdiction des armes nucléaires.

Les 9 Etats possédant des armes nucléaires doivent cesser leurs obstructions au processus de désarmement nucléaire. Ils doivent immédiatement signer et ratifier le traité TIAN et s’inscrire dans le processus en cours.

Cette victoire est d’abord le résultat des luttes des peuples à travers le monde entier.

Le Mouvement de la paix remercie toutes les personnes et toutes les organisations, Etats, institutions internationales comme l’ONU, qui ont rendu possible cette nouvelle victoire.

Le Mouvement de la Paix appelle à agir pour que la France respecte la volonté majoritaire des Français qui sont, à 76 % favorables à ce que la France s’engage dans le processus de désarmement nucléaire et à 68 % favorable à la ratification immédiate du traité sur l’interdiction des armes nucléaires.

Face à cette magnifique nouvelle que constitue l’entrée en vigueur du TIAN il serait déraisonnable et irresponsable face à l’humanité entière que le gouvernement de la France poursuive ses programmes consacrés au renouvellement des armes nucléaires avec l’objectif d’y consacrer 7 milliards d’euros par an. Ces programmes constituent d’ailleurs une violation du Traité de non-prolifération nucléaire signé par la France qui prévoit en son article 6 leur élimination.

Le gouvernement français doit faire un geste politique lisible internationalement et de nature à exprimer son soutien au processus en cours. Il doit geler immédiatement les crédits consacrés au renouvellement des armes nucléaires dans le projet de budget 2021 et les affecter à la santé, aux hôpitaux publics, à l’éducation, à la transition écologique et aux besoins sociaux!
C’est ainsi de l’ordre de 100 milliards d’euros sur 15 ans qui seraient libérés.

Ensemble nous avons le devoir d’agir et le pouvoir de gagner un monde sans armes nucléaires! 

Le Mouvement de la paix appelle à des actions et des rassemblements partout en France le Mercredi 4 Novembre pour célébrer cet événement.

Il appelle également toutes celles et ceux qui ne l’ont pas encore fait à signer la pétition nationale pour la ratification du Tian.

 

Paris le 24 octobre 2020
Le Mouvement de la Paix

Contact :
01 40 12 72 31 / 06 85 02 87 14

 

Voir cette déclaration en PDF

Voir cette déclaration en anglais

 

 

 

 




75ème anniversaire de l’ONU : défendre et renforcer le multilatéralisme

Pour un avenir plus humain et plus juste dans un monde sans guerre, respectueux de la planète

L’Organisation des Nations Unies a été officiellement fondée à San Francisco le 24 octobre 1945 avec la ratification et l’entrée en vigueur de la Charte des Nations Unies adoptée le 26 juin 1945. Aujourd’hui, l’ONU regroupe 193 États membres, soit la quasi-totalité de la planète.   

Le magnifique préambule de la Charte nous rappelle que l’ONU est née de la volonté des peuples « résolus à préserver les générations futures du fléau de la guerre qui deux fois en l’espace d’une vie humaine a infligé à l’humanité d’indicibles souffrances, à proclamer à nouveau notre foi dans les droits fondamentaux de l’homme, dans la dignité et la valeur de la personne humaine, dans l’égalité de droits des hommes et des femmes, ainsi que des nations, grandes et petites, à créer les conditions nécessaires au maintien de la justice et du respect des obligations nées des traités et autres sources du droit international, à favoriser le progrès social et instaurer de meilleures conditions de vie dans une liberté plus grande ».

Ainsi, la Charte a fixé l’horizon d’une nouvelle ère des relations internationales, non plus fondées sur les rapports de force, les volontés d’hégémonie et de domination, mais sur le droit et avec l’objectif d’améliorer le sort de l’ensemble des peuples et des individus de notre planète. Il s’agit là d’une césure considérable dans l’histoire de l’humanité, puisque la paix est devenue source du droit international, non seulement le but à atteindre mais le moyen d’y parvenir. Elle exprime l’espérance des peuples à vivre des jours heureux, si forte au moment de la création des Nations Unies.

Avec ses multiples agences intervenant dans tous les secteurs de la vie des populations, avec la définition de normes, d’accords et de traités qui organisent la vie en commun des nations et des individus, l’ONU accomplit une tâche trop souvent méconnue et pourtant indispensable qu’elle est la seule à pouvoir accomplir.

Dans la déclaration adoptée le 21 septembre 2020 à l’occasion du 75ème anniversaire de l’ONU, il est écrit à juste titre : « Il n’existe pas d’autre organisation mondiale qui ait la légitimité, la puissance de rassemblement et le pouvoir normatif de l’Organisation des Nations Unies. Il n’en existe pas d’autre qui puisse donner à autant de personnes l’espoir d’un monde meilleur et faire que l’avenir que nous voulons se réalise. Il a rarement été aussi vital que tous les pays se rassemblent pour tenir la promesse des nations unies ».

Ce constat n’empêche pas d’être lucide sur certains obstacles pour mieux les surmonter. En effet, comme l’a souligné le directeur général de l’Unesco Federico Mayor (“Inventer l’avenir”) : « Progressivement, l’aide au développement (qui doit être intégrale, endogène, durable et humaine) a été remplacée par les prêts ; la coopération par l’exploitation, les valeurs éthiques par les lois du marché et le système des Nations Unies par les groupes ploutocratiques (G-7, G-8…G-20). … Le résultat de toutes ces mesures néolibérales est que les marchés ont eu la force motrice de la gouvernance mondiale au lieu des orientations sociales et politiques ».

En ces temps de pandémie et de crise sanitaire planétaire qui vient s’ajouter à la crise climatique  et  à la persistance de la pauvreté et de la misère dans de nombreux pays, sans oublier les guerres et leurs cortèges de victimes et de réfugiés, seules la coopération internationale et la solidarité peuvent permettre de faire face à tous les défis qui menacent jusqu’à l’existence même de notre planète. Si l’ONU n’existait pas comme instrument de coopération et garant du multilatéralisme, ce seraient les plus puissants, États ou pouvoirs économiques, qui pourraient imposer leur loi et régir le monde en fonction de leurs intérêts exclusifs. Les tentatives ne manquent pas de revenir à la loi des plus forts, il est d’autant plus indispensable de renforcer l’ONU et d’accroître son influence.

Les forces de paix ne sauraient se satisfaire des déclarations de bonnes intentions des Etats et de leurs représentants. Les meilleurs accords et les objectifs les plus ambitieux comme par exemple les ODD (Objectifs de Développement Durable) restent lettre morte s’ils ne sont pas partagés et portés par les peuples eux-mêmes. C’est ainsi que nous comprenons l’appel du Secrétaire Général des Nations unies, Antonio Gutteres, qui déclare : « Nous avons également besoin d’un multilatéralisme qui soit inclusif et s’appuie sur la société civile, les villes, les entreprises, les collectivités et la jeunesse ». L’actuel SG de l’ONU se situe ainsi dans la lignée de son prédécesseur Ban Ki-moon, déclarant devant les délégations de la société civile venues du monde entier (dont le Mouvement de la Paix) à New-York, la veille de l’ouverture de la conférence d’examen du Traité de Non-Prolifération Nucléaire en 2010: « vous êtes la conscience du monde, sans vous nous ne réaliserons pas l’élimination des armes nucléaires ».

Le Mouvement de la Paix se félicite que la grande consultation menée par les agences de l’ONU auprès d’un million de personnes fasse apparaître un soutien en progression de l’opinion publique à la coopération internationale. Il se retrouve complètement dans les cinq priorités qui ont émergé des dialogues : la protection de l’environnement, la protection des droits de l’homme, la réduction des conflits, l’égalité d’accès aux services de base et la fin des discriminations. La plus belle commémoration de la Charte des Nations Unies, c’est pour nous de s’engager, au coude à coude dans l’action et l’amitié avec tous les peuples du monde, à faire vivre la culture de la paix.

A Saint-Ouen, le 23 octobre 2020

Le Mouvement de la Paix

 

Voir cette déclaration en PDF




Un résumé en vidéo du séminaire pour une Paix intérieure et extérieure à l’ONU à Genève

“Réaliser ensemble une paix durable, intérieure et extérieure”

Ce séminaire était proposé en février dernier par le Mouvement de la Paix du Grand Genève, en partenariat avec l’OMAEP (Organisation Mondiale des Associations d’Education Prénatale) l’UNESU (Union des Nations pour l’Enseignement, la Science Universelle et les droits de l’Homme ) & l’ONG Paix et bienveillance en Action, avec le soutien du vidéaste Gwenivig Cornon.

9 heures résumées en 7 minutes ! C’est le dézap’ du séminaire international pour la PAIX à l’ONUG !

Plus d’infos dans le blog des 1000 grues




Déclaration finale de la Conférence mondiale : Abolir les armes nucléaires ; Résister et inverser la crise climatique ; Pour la justice sociale et économique

La conférence mondiale “abolir les armes nucléaires, résister et inverser la crise climatique, pour la justice sociale et économique” qui devait se tenir le 25 avril 2020 dans le cadre des initiative co-construites par les participants à la conférence d’examen du traité de non-prolifération s’est tenue sous la forme d’une visioconférence. Plusieurs militants du Mouvement de la paix dont deux secrétaires nationaux (R. Nivet et Alain Rouy) ont participé à cette conférence en adressant (directement et via le BIP – Bureau international de la Paix) aux organisateurs  des déclarations du Mouvement de la paix à titre de contribution préparatoire et en publiant durant la conférence des billets d’information transmis aux mille participants.
Au moins l’une d’entre elles devrait figurer sur le site de la conférence.

À titre d’information vous trouverez ci-dessous traduite en français, la déclaration finale de la conférence mondiale qui s’intitule : « Pour un monde sans armes nucléaires, sans guerre, avec une justice globale, sociale et climatique”. 

Il a semblé important de vous la transmettre dès maintenant car elle est d’une grande actualité.
Il est à noter qu’outre des représentants de nombreuses organisations, la secrétaire générale adjointe de l’ONU, Haute représentante de l’ONU pour le désarmement a prononcé une intervention.
Les instances du Mouvement seront appelées à déterminer les actions à prendre pour valoriser au mieux cette importante déclaration.

Cordialement,
Le Secrétariat National du Mouvement de la Paix




Agissons pour sauver l’Organisation mondiale de la santé – OMS

La pandémie actuelle du Coronavirus nécessite de développer tous azimuts, toutes les coopérations internationales entre les Etats, les institutions internationales et les initiatives citoyennes pour stopper la pandémie.

C’est le moment que choisit le président des USA pour annoncer la suspension de ses contributions financières à l’OMS en accusant cette institution de l’Onu d’être responsable de la gravité de la pandémie pour ne pas l’avoir annoncée suffisamment tôt.

Pourtant, à plusieurs reprises, ces dernières années le directeur général de l’OMS comme des scientifiques dans le monde entier ont mis en garde la communauté internationale sur le fait que « Le monde n’était pas prêt pour la prochaine pandémie ».

Dès septembre 2019, c’est-à-dire trois mois avant la détection des premiers cas de covid19, l’OMS et d’autres institutions en s’appuyant sur le « rapport annuel sur l’état de préparation mondiale aux situations d’urgence sanitaire » alertaient sur cette situation.

Récemment, en janvier 2020, le Directeur général de l’OMS a appelé à une triple solidarité « scientifique, financière et politique ».

Le Secrétaire général des Nations Unies a lancé un plan de réponse humanitaire mondiale le 25 mars 2020 pour lequel il sollicite des financements à hauteur de 2 milliards de dollars afin de lutter contre le Covid19. Il a souligné à plusieurs reprises la nécessité de mutualiser tous les efforts et de travailler en urgence à arrêter les conflits en dénonçant les guerres. Il a souligné la nécessité de développer les efforts nationaux, mais aussi des coopérations internationales en particulier pour aider les pays les plus pauvres.

Dans ce contexte, la suspension de la contribution des USA au budget de l’OMS (de l’ordre de 400 millions d’euros selon Trump) est inadmissible.

On se souvient que lorsque les Nations Unies à travers l’Unesco ont accepté d’accueillir la Palestine au sein de l’Unesco, les USA ont cessé immédiatement de contribuer au financement de l’Unesco mettant en grande difficulté cette institution.

Plus récemment, lorsqu’à l’Onu 122 Etats ont voté en faveur d’un Traité sur l’interdiction des armes nucléaires, les USA, ainsi que la France après avoir boudé toutes les conférences liées à la préparation de ce traité l’ont dénoncé dès le début de la conférence à l’Onu en 2017. Ensuite les USA ont remis en cause les traités internationaux relatifs au désarmement nucléaire qui les engageaient et se sont relancés dans la course aux armements nucléaires à travers un projet de 1200 milliards de dollars sur 20 ans.

Actuellement alors même que, dès 2008 la CIA avait informé le gouvernement américain que les USA n’étaient pas en mesure de faire face correctement à une pandémie prévisible, la critique de Trump vis-à-vis de l’OMS est une diversion inacceptable pour masquer que c’est pour une large part sa politique qui a conduit aujourd’hui à la situation catastrophique que connait en particulier New York.

Nous demandons que tous les pays, et notamment les plus riches, UE, Japon, France ré-augmentent leurs cotisations d’État pour rééquilibrer la trop forte dépendance de l’OMS aux financements privés.

La pandémie actuelle tout comme les autres grands problèmes (dérèglements climatiques, migrations, faim, conflits, diminution des dépenses d’armement, paix) ne demandent pas moins, mais plus de coopération, de solidarité, d’entraide, et donc un renforcement du système multilatéral dont l’OMS est un des outils, et ce pour assurer une sécurité humaine globale de l’humanité (sécurité sociale, écologique, sanitaire).

C’est pourquoi le Mouvement de la Paix appelle à signer la pétition lancée sur AVAAZ pour soutenir le texte ci-après : « Nous condamnons la décision du président Donald Trump de suspendre le financement américain à l’OMS. Nous vous demandons instamment de veiller à ce que l’Organisation mondiale de la santé et toutes les autres organisations internationales menant la riposte face à cette pandémie soient correctement financées et que tout potentiel vaccin ou traitement soit développé et distribué de manière juste et équitable. Ce virus nous affecte tous et nous sommes engagés dans cette lutte ensemble. La coopération doit être notre réponse à cette menace commune et notre humanité commune doit transparaître à travers notre réaction.»

Le Mouvement de la Paix
Le 17 avril 2020

Pour signer la pétition AVAAZ

 

Voir ce communiqué en PDF




Un séminaire pour une Paix intérieure et extérieure à l’ONU

“Réaliser ensemble une paix durable, intérieure et extérieure”
ONU Genève, le 5 février 2020

Ce séminaire a été proposé par le Mouvement de la Paix du Grand Genève, en partenariat avec l’OMAEP, (Organisation Mondiale des Associations d’Education Prénatale) l’UNESU (Union des Nations pour l’Enseignement, la Science Universelle et les droits de l’Homme ) & l’ONG Paix et bienveillance en Action, avec le soutien du vidéaste Gwenivig Cornon.

  • Développer une pandémie de Paix:

Peut on allier paix intérieure et paix extérieure de façon durable?

Serions nous un peu trop focalisés parfois en tant que pacifistes, sur l’action, et sur la production de documents? Serait il possible d’allier paix intérieure et paix extérieure, notamment comme dans la tradition de la non violence portée par Gandhi? Pourrions nous réunir les deux approches: paix intérieure et paix extérieure, pour un monde meilleur, plus conscient, et plus efficace?

Message d’ouverture

«Vivre ensemble la paix intérieure et la partager dans la communauté humaine dans laquelle nous évoluons est une nécessité aujourd’hui, si nous voulons incarner le changement que nous souhaitons pour ce monde»

photo de groupe

Table ronde 1 : Paix intérieure, bien-être global et intériorisation

Par la méditation individuelle, et collective, comme proposé par l’ONG Heartfulness, qui propose des méditations bénévolement dans le monde entier, nous avons pu faire l’expérience concrète et réelle de la Paix.

En quoi notre paix intérieure peut elle influencer le monde? Il est prouvé aujourd’hui scientifiquement que les personnes qui méditent régulièrement ont tendance à rester calme et à affronter les stress de la vie quotidienne avec plus de distance, et surtout une meilleure santé physique et mentale.

Si nous enseignons à tous les enfants cette pratique d’attention au quotidien, nous leur permettons de trouver des ressources en eux mêmes pour avancer, construire ensemble avec d’autres, et aider le monde à être plus en paix.

Avec son ONG «Better We, Better World», Sofia Stril Rever organise régulièrement des séminaires sur ce thème, pour atteindre les Objectifs de Développement Durable de l’ONU, et elle a ajouté, avec le Dalaï Lama , un cœur au centre de la roue des 17 ODD. Développer nos qualités de cœur, c’est à dire de compassion et de partage , est central pour atteindre l’agenda 2030.

La communication de Babas Babakwanza et Lisa Silvestre avec les «Visages de Paix» étaient centrés autour de deux thèmes «Aller ensemble vers la ratification du TIAN – Traité d’interdiction des Armes Nucléaires», et renouer avec la nature, notre nature, en devenant des citoyens éco- responsables. Aujourd’hui, 35 pays l’ont ratifié le TIAN, espérons qu’il continue à progresser rapidement.

La présence de Arielle Denis, pour le Bureau International de la Paix nous a également rappelé qu’il est important de continuer à construire et à diffuser une Culture de la Paix , dont nous sommes tous les représentants au Mouvement de la Paix.

Table ronde 2: Paix et structures sociétales avec gouvernance éthique

  • Comment appliquer des mesures concrètes pour la Paix extérieure, dans quel système politique?

Présenté par l’UNESU, le constat planétaire actuel est alarmant et montre que la crise est dans tous les domaines de vie sociétale.

“La priorité de l’ONG ECOSOC UNESU, ce sont les affaires socio-éducatives planétaires,
des structures à mettre en place pour éviter de retomber dans ce que nous vivons
aujourd’hui, et que nous prédisons depuis près d’un siècle.
Nous parlons de la Tripartition de notre Corps Social, qui est fondamental pour les
temps qui viennent.”

D’ailleurs nous le voyons clairement avec la récession annoncée par la crise financière liée au virus Covid-19. Et en même temps, nous voyons comment les émissions de carbone diminuent, et comment la solidarité se met en place. C’est une opportunité de changement positif.

Il est urgent de répandre une pandémie de paix qui s’infiltre dans les consciences et les structures afin de changer mentalités et comportements.

Les solutions existent et leur mise en œuvre est à la portée de la société civile pour changer les structures sociétales, et cela dès maintenant, dans un nouveau paradigme de Paix durable.

  • Comment procéder pour diffuser une Education à la Paix de façon massive?

L’ONG Paix et Bienveillance en Action- programme international des Arbres de Paix et des ODD- mène des campagnes et actions en Afrique notamment.

Près de 100 000 personnes bénéficient du rayonnement de ces actions communautaires dans le monde. La mise à disposition d’outils simples d’intériorisation, de respiration, de relation bienveillante et d’expression artistique, aide à construire un nouveau paradigme de paix.

Un chant pour la paix, «Ensemble», créée pour l’occasion de ce séminaire par des jeunes congolais du Collectif Peace One Day, chantée dans plusieurs langues ethniques de l’Afrique, ainsi qu’en français, anglais, portugais a été projetée sur l’écran de la salle lors du séminaire.

Site internet: http://www.peaceoneday.org/fr/bienvenue

  • Comment transformer l’économie au profit de la Paix?

Un levier économique et financier a été présenté par Floriane Addad, fondatrice de l’association MY TROC permettant des échanges bienveillants entre tous les membres de la communauté humaine. Il comprend l’utilisation d’une monnaie gratuite, sur une plate-forme numérique. Cette monnaie n’est pas indexée à une monnaie officielle.

Le troc, la gratuité et le don sont des armes de paix puissantes et construisent au quotidien ce nouveau paradigme. Ces outils et les applications numériques existent et peuvent être mises au service de la prospérité pour tous et la paix. 

Table ronde 3: Outils de réalisation d’une paix durable

  • Quels leviers pour un autre monde?

La valorisation de la grossesse , présentée par l’OMAEP , pour faire naître une nouvelle humanité en paix est un levier puissant. La reconnaissance du fabuleux pouvoir formateur de la femme qui par son attitude et la qualité de sa vie intérieure, peut avoir une influence considérable pour construire le corps physique, psychique et spirituel du futur adulte.

Une éducation parentale holistique prénatale, qui commence avant la naissance, est un levier puissant pour concrétiser rapidement cette évolution positive. C’est en accompagnant les futurs parents que nous changerons le monde, en mettant au monde des enfants conscients et respectueux du vivant. L’OMAEP bénéficie du soutien de l’UNICEF notamment pour l’accès à l’éducation prénatale.

JAI JAGAT: Marche Mondiale pour la Paix

La Marche Mondiale pour la Paix Jai Jagat a été présentée par Benjamin Joyeux, coordinateur à Genève, dont les principes sont l’inclusion sociale et de donner une voix à ceux qui n’en ont pas, par exemple la réappropriation des terres par les paysans en Inde. (suspendue pour l’instant )

Conclusion et perspectives

Nous souhaitons une pandémie de paix, de fraternité, de solidarité dans le monde, activer consciemment les leviers pour les essaimer. Il est nécessaire de mobiliser tous les acteurs vivants pour faire une réaction en chaîne bienveillante, bénéfique et constructive. Ce changement peut se faire par:

  • l’éducation positive holistique et prénatale
  • le pouvoir formateur des femmes enceintes pour la naissance d’une nouvelle humanité
  • la prise de conscience des causes structurelles du désastre planétaire dans de nombreux niveaux: politique, économique et le renforcement des structures qui soutiennent la vie.
  • la transformation des structures sociétales, avec l’orientation des efforts pour construire ensemble ce nouveau paradigme de paix sociétal
  • une gouvernance éthique dans une démocratie qui valorise l’intelligence collective et sa capacité ontologique de vivre en fraternité, la prospérité et la paix; avec des dirigeants éduqués au sens du Bien Commun
  • la communication bienveillante et pacifique
  • l’application des lois internationales, comme le TIAN, les conventions internationales des droits humains, de l’enfant , notamment le droit à la vie et l’accès aux 17 ODD pour tous.



«Cessez-le-feu mondial» et «Covid-19»

Le Mouvement de la paix soutient l’appel du secrétaire général de l’ONU.
L’urgence première est d’investir pour la vie humaine et la protection de la planète !
Il appelle à l’action pour la ratification du Traité sur l’interdiction des armes nucléaires.

 

Antonio Guterres, Secrétaire général de l’ONU a lancé un appel (2) en faveur d’un cessez-le-feu mondial dans le cadre de la pandémie du COVID-19 et appelé à «mettre un terme au fléau de la guerre et à lutter contre la maladie qui ravage notre monde. Cela commence par l’arrêt des combats. Partout. Tout de suite. C’est ce dont nous tous, membres de la famille humaine, avons besoin. Aujourd’hui plus que jamais ».
Le Mouvement de la Paix apporte son soutien total à cet appel.

En France, la pandémie révèle que les hôpitaux et les services publics de santé sont sous-équipés et sous-dotés en personnels en raison de politiques qui mettent en cause la capacité de l’Etat à assurer sa mission de sécurité sanitaire de la population.

Le Mouvement de la Paix, qui a en permanence soutenu les luttes des personnels de santé (1) remercie ces personnels et tous les corps de métier qui travaillent d’arrache-pied au service de la population. Il continuera à apporter son soutien à toutes celles et ceux qui agissent pour une société de justice, de solidarité et de bien-être.

La situation dans d’autres pays dont la plus grande puissance mondiale, les USA est identique.

Le Mouvement de la paix, dans le cadre de son domaine d’intervention, estime que les crises écologique, sanitaire, sociale, ainsi que la crise économique qui va s’aggraver, appellent des choix de société fondamentaux mettant l’intérêt des humains en première priorité.

Les sommes vertigineuses consacrées aux dépenses militaires sont dans le contexte actuel insupportables et inadmissibles (1830 milliards de dollars de dépenses militaires mondiales en 2019, aux USA un plan prévoit d’engloutir 1200 milliards de dollars de 2020 à 2046  dans  la course aux armements nucléaires au titre de la nouvelle posture nucléaire, en France 100 milliards d’euros sont prévus pour les 15 années à venir au titre de la « modernisation » de son  arsenal nucléaire etc..). Cette situation est hallucinante. Comme l’a dit le pape François l’an dernier à Hiroshima « la course aux armements nucléaires est criminelle » non seulement en raison du risque majeur d’élimination de toute vie humaine sur terre, mais aussi parce qu’elle prive l’humanité et les plus pauvres des moyens nécessaires pour vivre dignement et en sécurité.

L’urgence première est d’investir pour la vie humaine et la protection de la planète.

Plus que jamais c’est le moment d’exiger la ratification du Traité sur l’interdiction des armes nucléaires (TIAN) par la France et tous les Etats du monde et l’affectation des crédits correspondants aux besoins sociaux et en particulier pour la santé.

Une première action simple et utile consiste à signer la pétition pour la ratification du traité d’interdiction des armes nucléaires.

Cette action s’intègre dans la Campagne globale sur les dépenses militaires (Global Campaign on Military Spending – GCOMS) à laquelle participent de nombreux mouvements de paix au plan mondial.

Le Mouvement de la Paix
Le 8 avril 2020

 

 

  1. Communiqué du 14 novembre 2019 « De l’argent pour la santé, pas pour les armes nucléaires »
  2. Déclaration de A. Guterres et lien pour soutenir son appel

 

Voir cette déclaration en PDF

 

 




Idlib (Syrie), les urgences : arrêter les bombardements des populations civiles, protéger les populations, mettre en place une solution politique

Le Mouvement de la paix appelle les Nations unies et le Conseil de sécurité à agir avec urgence et efficacité pour mettre fin à cette tragédie humaine, pour obtenir un cessez-le-feu immédiat de toutes les parties et l’arrêt des bombardements sur la ville.

Il faut réunir tous les moyens politiques, financiers et diplomatiques afin de préserver les populations civiles en les soustrayant à l’emprise de Daesh tout en assurant leur protection.

Cela nécessite l’arrêt immédiat des bombardements russes et syriens sur la ville, mais aussi de l’intervention militaire de la Turquie en particulier contre les kurdes et le désarmement de Daesh et des milices terroristes.

Plusieurs solutions sont possibles pour un plan humanitaire international permettant de protéger les populations, sans céder du terrain à Daesh ni aux autres groupes terroristes qui ont d’une certaine manière pris la population d’Idlib en otage et qui constituent l’antithèse totale de l’humanité à laquelle nous aspirons.

Au-delà de la solution politique et diplomatique que nous appelons de nos vœux depuis le début de ce conflit, un plan humanitaire doit se mettre en place le plus rapidement possible sous l’égide des Nations Unies et du HCR.

Dans le même temps nous continuerons à dénoncer tous les impérialismes en cours dans cette région et dans ce jeu complexe qui transforme le Moyen-Orient en un immense champ de bataille.

En premier il convient une fois de plus de rappeler la responsabilité des USA qui en 2003 ont détruit l’Irak en mentant délibérément à la tribune de l’ONU sur l’existence d’armes de destruction massive dans ce pays et en ne respectant pas le droit international.

L’urgence d’un tel plan humanitaire ne nous interdit pas non plus de dénoncer le rôle néfaste de Bernard Henri Lévy et de Sarkozy en Libye car la violation de la résolution de l’ONU concernée a conduit à la destruction de la Libye et à l’expansion de Daesh dans toute la région subsaharienne et a donc aussi contribué à renforcer son emprise en Syrie.

Ni Daesh, ni écrasement des populations civiles sous les bombes.

Actuellement, les puissances de l’OTAN sont engagées dans une immense opération militaire, comme il n’y en a jamais eu en Europe depuis le débarquement de 1944 sur les côtes françaises, avec 22 000 hommes et des milliers de tanks et de camions qui ont débarqué en Europe de l’est aux frontières de la Russie dans le cadre d’une action concertée des pays membres de l’OTAN sous le nom de DEFENDER.

Il est inacceptable et honteux que des dizaines de millions d’euros et/ou de dollars et des moyens logistiques considérables puissent être mobilisés pour une telle opération et que la communauté internationale ne soit pas capable de mettre en œuvre les moyens nécessaires pour exfiltrer et protéger la population à travers un corridor humanitaire mais aussi de donner au HCR tous les moyens nécessaires pour accueillir dignement, nourrir, abriter, soigner ces populations civiles.

Ce que les peuples attendent des chefs d’Etat, dont le Président Macron pour la France, ce ne se sont non pas des paroles, ni des communiqués, mais c’est un plan de sauvetage et de protection de la population et des solutions à moyen et long terme.

Ce plan de sauvetage passe par l’arrêt immédiat des bombardements.

Il doit inclure un couloir humanitaire et médical sécurisé qui devrait permettre:

  • l’arrivée de l’aide humanitaire et médicale et du ravitaillement nécessaires sous le contrôle de l’ONU, des Croix et Croissant Rouges, des ONG spécialisées et confirmées pour ces activités.
  • l’évacuation des populations civiles vers les zones où il n’y a pas (ou plus) de combats ou vers des camps de réfugiés organisés par l’ONU, sans permettre la rétention forcée de populations par les djihadistes qui s’en servent de boucliers humains.

La solution à long terme est politique et doit être construite en étroite relation avec le peuple syrien dans le cadre de discussions multi-partenaires conduites sous l’autorité des Nations unies et ayant comme objectifs la paix dans la région à travers le désarmement de Daesh et des milices terroristes, qui ont été soutenues par les puissances membres de l’Otan et en particulier dans la période récente par les USA et la Turquie d’Erdogan, l’établissement d’un État de droit en Syrie et la souveraineté de la Syrie sur son territoire dans le respect des minorités et des droits des Kurdes.

Ce respect de la souveraineté syrienne sur son territoire et le respect de ses frontières s’adresse en particulier à la Turquie, alors qu’Erdogan conforte les djihadistes à Idlib, ville syrienne et attaque les forces et populations kurdes de Syrie.

La volonté des Usa, exprimée en particulier à travers le projet de grand Moyen-Orient, de détruire les Etats de moyenne puissance dans cette région et de ne pas reconnaître les droits légitimes des Palestiniens ou des Kurdes a plongé l’ensemble du Moyen-Orient dans la tourmente des guerres et des régressions démocratiques.

Heureusement partout, d’Alger, en passant par Beyrouth, Bagdad, Ankara… les peuples, les démocrates, des intellectuels, les syndicalistes, les femmes et la jeunesse résistent et construisent le chemin vers des Etats de droit, pour plus de liberté, de démocratie et pour la paix. Notre solidarité totale leur est acquise.

Le 29 février 2020
Le Mouvement de la Paix

 

Voir les précédents communiqués et déclarations sur la Syrie

 

Voir ce communiqué en PDF

 

 




Un jeune visage de paix à l’ONU – Genève

Sous l’impulsion de Lisa Silvestre, du Mouvement de la paix Grand Genève et du comité de Rennes du Mouvement de la Paix, j’ai eu le plaisir d’être invité à participer au séminaire international sur la paix intérieure et extérieure, qui s’est le tenu le 05 février 2020 dans les locaux des nations Unies à Genève. Dans une exposition réalisée par Le Mouvement de la Paix avec le soutien de la ville de Rennes j’ai apporté mon témoignage en tant que  jeune d’origine de la République Démocratique du Congo, à une exposition de photos réunissant des jeunes du monde entier,  pour dire ce que revêt le mot  paix pour eux! J’étais un des « visages de paix » de cette Exposition réalisée en 2015.

L’occasion m’était donné d’intervenir devant les responsables de différentes ONG de Paix et d’éducation, de Medit’action. Tous réunis pour la paix.

Table ronde et ateliers ont été au programme de la journée. Prenant la parole au nom de la jeunesse, j’ai proposé un atelier sur la question « Comment susciter l’intérêt des jeunes sur la question de la paix ? »

Il s’agit pour moi de promouvoir la protection et la préservation de l’environnement, d’ici et d’ailleurs, et de la culture de la paix.

Que dire  de cette rencontre avec Sofia Stril – Rever biographe du Dalaï Lama. Grande dame inspirant sagesse et spiritualité. Le livre, quelle a co-écrit avec le chef spirituel Tibétain intitulé «  Faites la révolution », est un ouvrage qui restera toujours un premier choix dans ma bibliothèque.

Fort de ce séminaire Onusien à Genève, je reviens encore plus motivé pour promouvoir le respect de la nature qui nous entoure et la culture de la paix à tous les niveaux de la vie.

Babas, Mouvement de la Paix et génération verte 21




E. Macron réaffirme l’engagement de la France dans la funeste course aux armements nucléaires

Déclaration du Mouvement de la Paix après le discours du Président de la République prononcé à l’école de guerre le 7 février 2020

Lors de son discours à l’Ecole de guerre le 7 Février 2020, le Président de la République française E. Macron réaffirme l’engagement de la France dans la funeste course aux armes nucléaires.

Theodore Monod  « L’arme nucléaire, c’est la fin acceptée de l’humanité »
Jean Rostand  « Préparer un crime c’est déjà un crime ».
Le Pape François à Hiroshima en novembre 2019 : « L’utilisation de l’énergie atomique à des fins militaires est un crime »

 

Lors de son discours du 7 février à l’école de guerre, le Président de la République Française E. Macron, en ne faisant aucune proposition concrète en faveur du désarmement nucléaire, en confirmant son rejet du Traité d’Interdiction des Armes Nucléaires, en défendant une extension européenne des armes atomiques françaises, a en fait validé une nouvelle étape de la course aux armes nucléaires et de leur prolifération.

À trois mois de la conférence d’examen du Traité de Non-Prolifération Nucléaire qui aura lieu aux Nations Unies à New York en mai 2020, nous étions en droit d’attendre du Président de la République des propositions concrètes et innovantes en faveur d’un processus de désarmement nucléaire négocié, progressif et équilibré s’appuyant sur les dispositions prévues dans le cadre du Traité de Non-Prolifération Nucléaire (2) et du Traité d’Interdiction des Armes Nucléaires.

Le Président de la République a bien été obligé de concéder l’existence d’un débat éthique et juridique autour des armes nucléaires, en particulier après la déclaration du Pape à Hiroshima. Mais, c’est pour mieux refermer la porte du débat en ressortant la caricature du désarmement nucléaire unilatéral qui n’est au cœur d’aucun dispositif juridique actuel de désarmement nucléaire (TIAN ou TNP). II falsifie les objectifs de ceux qui agissent pour le respect par la France de ses engagements au titre du TNP et de ceux qui exigent la ratification par la France du Traité d’interdiction des armes nucléaires adopté par 122 Etats à l’Onu le 7 juillet 2017,  signé à ce jour par 81 Etats, ratifié par 35 et qui rentrera en vigueur après sa ratification par 50 Etats.

Il demande enfin à participer aux négociations sur les forces nucléaires intermédiaires. Nous espérons que ce n’est pas seulement pour entrer dans le « club des grands ».

Par contre il a  franchi un pas très dangereux vers une nouvelle prolifération horizontale des armes nucléaires en défendant « la dimension authentiquement européenne des forces nucléaires françaises » et a appelé à des augmentations conséquentes des budgets militaires en Europe.

Il a hélas souligné que la dissuasion française s’intégrait parfaitement au concept stratégique de l’OTAN, alors que l’histoire récente montre que cette organisation illégale en termes de droit international, est un facteur d’insécurité et de reprise de la course aux armements y compris nucléaires.

Enfin, il a indiqué que l’utilisation de l’arme nucléaire française était possible, même en cas de menace non-nucléaire, en indiquant que la dissuasion s’adresse à « toute menace d’origine étatique contre nos intérêts vitaux, d’où qu’elle vienne et quelle qu’en soit la forme ».

Il a rajouté que pour préserver ses intérêts vitaux, la France pourrait être amenée à délivrer « un avertissement nucléaire, unique et non renouvelable ».

Finalement, le Président de la République, avec quelques variantes sémantiques par rapport aux discours habituels, a en fait confirmé la volonté de la France, exprimée dans la revue stratégique et la loi de programmation nucléaire, de poursuivre son programme de « modernisation » qui va conduire la France à dépenser de l’ordre de 100 milliards d’euros en 15 ans pour de nouvelles armes nucléaires et en particulier pour le renouvellement de la totalité de la FOST (force océanique stratégique) en violation du TNP. Nous attendions qu’il fasse des propositions concrètes aux autres puissances nucléaires pour qu’elles arrêtent la reprise dangereuse de la course aux armements nucléaires et que tous les Etats en possession d’armes nucléaires contribuent multilatéralement au sein de l’ONU au succès de la conférence d’examen du TNP en mai 2020.

Les armes atomiques sont illégales, inutiles militairement, dangereuses, coûteuses et moralement inadmissibles. La seule alternative à leur prolifération, c’est leur élimination pour éviter in fine l’apocalypse nucléaire.

Alors que partout dans le monde, et depuis des mois en France,  les exigences populaires s’expriment pour la paix, la justice sociale et  la défense du climat, prévoir de consacrer des centaines de milliards d’euros pour de nouveaux armements nucléaires est irresponsable.

Le Mouvement de la paix entend porter les exigences de la grande majorité des Français qui à 76% demandent que la France s’engage dans le processus de désarmement nucléaire et à 67 % demandent  que la France ratifie le traité d’interdiction des armes nucléaires (sondage IFOP/la Croix/Planète Paix de juin 2018).

C’est en effet à la population de réaffirmer avec force ses exigences afin de développer le débat, au cœur de la société française, durant les 3 mois précédant la conférence d’examen du TNP qui réunira à New York la quasi-totalité des Etats du monde en mai 2020 et à laquelle participeront une centaine de citoyens français avec le Mouvement de la paix et aux cotés de milliers de militants venant du monde entier.

Le Mouvement de la Paix
8 février 2020

 

  1. Citations utiles
    Theodore Monod disait « l’arme nucléaire, c’est la fin acceptée de l’humanité »
    Jean Rostand disait « préparer un crime c’est déjà un crime ».
    Le Pape François à Hiroshima le 23 novembre 2019 a indiqué que «l’utilisation de l’énergie atomique à des fins militaires est un crime» et qu’ «un monde sans armes nucléaires est possible et nécessaire» et enfin que «le temps est venu de renoncer aux armes nucléaires et de construire une paix collective et concertée».
  2. L’article 6 du TNP prévoit que « Chacune des Parties au Traité s’engage à poursuivre de bonne foi des négociations sur des mesures efficaces relatives à la cessation de la course aux armements nucléaires à une date rapprochée et au désarmement nucléaire et sur un traité de désarmement général et complet sous un contrôle international strict et efficace ».
  3. Le Traité d’Interdiction des Armes Nucléaires (TIAN) a été voté  à l’Onu le 7 juillet 2017. Le TIAN vise à interdire la fabrication, les transferts, l’emploi et la menace d’emploi des armes nucléaires, en raison des conséquences humanitaires catastrophiques qu’entraînerait leur utilisation. Actuellement 81 Etats ont signé le TIAN et 35 l’ont ratifié. Il entrera en application dès que 50 Etats l’auront ratifié, ce qui ne saurait tarder puisque 122 Etats l’ont voté. La France ne pourra se mettre hors la loi.
  4. Déjà pour les années 2014 à 2019, 23.3 milliards ont été attribués à la dissuasion nucléaire soit 50 % des crédits d’équipements destinés aux armements conventionnels, ce qui avait d’ailleurs suscité l’inquiétude d’un certain nombre de députés y compris parmi ceux favorables à la dissuasion. Le livre blanc de la défense confirmé par la revue stratégique, a fixé le cap d’un renouvellement quasi total des armes nucléaires en particulier le renouvellement des quatre sous-marins nucléaires de la FOST (Force océanique stratégique). La loi de programmation militaire a prévu des augmentations budgétaires considérables qui devraient porter le budget de la défense de 3,2 milliards en 2017 à environ 6 à 7 milliards en 2025 soit un doublement des crédits consacrés aux armes nucléaires. C’est de l’ordre de 100 milliards d’euros sur 15 ans au minimum qui vont être consacrés, uniquement dans le budget de la défense, en violation du TNP, à la construction de nouvelles armes nucléaires.

 

Voir cette déclaration en PDF

Signer la pétition