Les commémorations du 8 mai 1945. Pour la paix dans la justice et la fraternité


L’Humanité du 10 mai 2019 – Roland Nivet et Édith Boulanger porte-paroles du Mouvement de la paix

 

Le 8 mai 1945 a vu la capitulation sans condition de l’Allemagne nazie. Cette date consacre la fin de la guerre en Europe et la victoire sur le nazisme, qui annonçait la fin de la Seconde Guerre mondiale.

Le Mouvement de la paix, 73 ans après sa création à l’instigation de nombreux résistants, se doit de rendre hommage à toutes celles et tous ceux qui ont agi et se sont battus pour la liberté dans les mouvements de résistance, dans les Forces Françaises de l’Intérieur (FFI) ou dans les armées ou mouvements de résistance de tous les pays qui combattaient le fascisme et le nazisme.

Nous devons penser à toutes celles et tous ceux qui ont péri dans les camps de concentration et d’extermination nazis. Nous devons penser à cette période et nous souvenir de tous ceux qui sont morts du fait de l’intolérance raciste et xénophobe qui malheureusement tend à resurgir en Europe dans cette période de crise.

Mais le Mouvement de la paix entend aussi se souvenir que le 8 mai 1945 a été marqué par le début d’une répression sauvage en Algérie. Cette répression a causé plusieurs dizaines de milliers de morts en quelques jours dans la région de Sétif par un colonialisme féroce qui n’entendait pas faire bénéficier les Algériens et Algériennes des libertés que permettait d’entrevoir la victoire contre le nazisme, victoire à laquelle le peuple algérien avait largement contribué.

Alors que les acquis sociaux et démocratiques obtenus dans la période qui a suivi la victoire sur le nazisme sont remis en cause, ce moment annuel de mémoire est important pour construire le futur. Il doit permettre à tout un chacun de prendre conscience que la construction d’un monde et d’une Europe de justice, de solidarité, de fraternité et de paix nécessite l’action individuelle et collective, tant pour la justice sociale, pour la prévention des conflits et la diminution des dépenses d’armement (qui ont atteint la somme inacceptable de 1 820 milliards de dollars en 2018) comme nous y invite la charte des Nations unies.

La lutte pour la paix, pour la justice sociale, pour les droits humains, contre le racisme et la xénophobie, pour l’élimination des armes nucléaires, contre le commerce des armes et contre le dérèglement climatique fait partie du combat pour la liberté et pour un monde enfin humain, fraternel et juste.

image_print
Facebooktwittermail

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *