Retour sur… une manifestation au Mont saint Michel pour l’abolition des armes nucléaires


 

Samedi 28 Juillet 2018

Nous arrivons Emma et moi au Mont par temps pluvieux et nous nous dirigeons vers la rive nord du Mont, au delà de l’ermitage Saint Aubert à marée basse. Nous nous ingénions à arrimer aux branches et aux racines des arbustes du petit bois les 5 lambeaux de la banderole de la “CAMPAGNE INTERNATIONALE POUR L’ABOLITION DES ARMES NUCLEAIRES”. Il y a du vent. Quelques touristes ne remarquent rien d’anormal. Emma prend 3 photos : sur l’une, je renforce les attaches avec du fil nylon, sur la troisième, on voit la flèche de l’abbatiale et la statue de Saint Michel. Réussi! Emma m’aide à installer ma couche à la dure sur un méplat de 0,8/2m, dans le rocher, en surplomb de la grève. Je reste seul, ma valise bien attachée par une ficelle à une branche d’arbuste. La mer monte, je contemple le mascaret puis me mets au chaud dans le sac de couchage et dors.

Dimanche 29 Juillet

Je rencontre une brigade de gendarmes et leur fais part de notre campagne vers 10 h. Vers 11 h, une autre brigade m’interpelle car j’ai distribué des tracts dans l’église abbatiale, ce qui est interdit et m’emmène au poste. Elle m’indique que séjourner au Mont est interdit en dehors des hôtels et obtient des renseignements sur ma nuit passée.J’ai un peu froid : le temps est pluvieux ; En début d’après-midi, je vais retrouver Bernard Marie, moine de la communauté Sainte Croix de Jerusalem qui prie au Mont depuis plus de 10 ans, un ancien des contestations de la bombe atomique devant le poste de commandement atomique de Taverny vers 1985-90. Il me recommande la confiance en Jésus et me file un pyjama pour me couvrir les jambes. J’obtiens de pouvoir dormir à l’Abri du pèlerin une nuit. Je vais chercher ma valise et passe une bonne nuit après avoir discuté avec des scouts et leur aûmonier qui me dit qu’il jeûnera une journée pour notre cause.

Lundi 30 Juillet

Je m’installe sur la placette de la Sainte Croix où sont exposés sur 6 présentoirs de 3m de haut des illustrations de la campagne de l’Oeuvre d’Orient. Il y a une table faite avec des tréteaux. Je vais chercher une chaise à l’Abri du pèlerin, sort mes feutres et écris sur de grandes feuilles de papier canson le mot “PAIX” en une quarantaine de langues ; j’invite les enfants à illustrer ces mots en collant des gommettes.Je diffuse 4 espèces de prospectus de l’Oeuvre d’Orient dont dont je partage le but, j’affiche deux papiers, l’un de 1,5 sur 0,4 avec l’appel de Stockholm 1961, l’autre (2 m)avec la déclaration de l’Onu de 1948 condamnant l’usage de l’arme atomique.Le soir, je retourne à l’Abri du pèlerin et m’y installe pour la nuit. Malencontreusement. Que ce soit pour dormir par terre ou dans une chambre, l’accueil n’est autorisé qu’une nuit ! Je me vois prié de dégager moi-même et aussi mes bagages. Je planque du mieux possible ma valise dans un jardinet en face. Mal m’en prend : quelqu’un va la signaler à la gendarmerie qui la confie à la police municipale et quand je reviens de Vêpres vers 18h40, je ne vois plus mon couchage et ma valise. Je vais à la gendarmerie qui me renseigne, mais il est trop tard : la valise est au poste de police de Beauvoir qui est fermé à 19 h. Je prends la navette vers Beauvoir et une gardienne des parkings m’indique l’adresse de Mikel, le policier de service. Nous lui téléphonons ; il est chez lui mais revient ( très gentiment) et me rend ma valise. Ouf ! Il fait beau ! Je plante ma tente au bord de la route derrière un rideau d’arbustes, juste derrière le bar restaurant “La bergerie”. Je découvre comment monter cette tente ultra-légère et dors.

1 Août

Je rencontre Renan Bouvier à un jour indéterminé et nous approuvons l’idée d’écrire dans la grève entre le Mont et Tombelaine “ABOLITION DES ARMES NUCLEAIRES”. Il la réalise avec son ami, sa compagne et leur bébé. Elle prend la photo de l’inscription dans la grève, vue du parvis de l’abbatiale. La marée, assez forte l’effacera tandis que,du 3 au 8 Août, il sera possible d’écrire sans qu’elle les recouvre

4 Août

Aezan nous a envoyé un mel. Elle souhaite se joindre au jeûne. Je ne savais où finir la phase du 6 au 9 Août : soit rester au mont où je suis en communion avec la communauté monastique, soit rejoindre un des groupes, celui de Paris ou celui de La Hague. J’opte pour la persévérance au Mont. Je rentre en contact avec Nicole au nom d’un groupe de Rennes qui souhaite aussi réaliser une action dans la baie. J’envoie un mel d’accord. Il est si confus que je décourage ce groupe.

6 Août

Nous nous retrouvons à 3 à 10 h, puis avec Zan seulement, nous déployons les lais de papier crépon rouge sur le cercle de pierres que j’ai tracé la veille (3 m de rayon) et le missile en plastique noir que brise “Paix et amour “. Nombreux sont les photographes dont l’un nous enverra ses clichés une fois revenu au Québec. A 16 h, visite habituelle des gendarmes qui me proposent de voir un médecin, ce que j’accepte très malheureusement. Il n’est pas au Mont mais, à 30 km de là. On m’embarque comme si j’avais fait un malaise et on me garde aux urgences jusqu’à 23 H. Zan continue la présence en bas des remparts, prévient, trouve une personne pour emporter la valise où elle a rangé le matériel.

7 août

A 9 h, je reprends mon poste sous les remparts après avoir passé une nuit à la maison et avoir pris quelques lais de papier blanc et ciseaux. A “la Bergerie”, j’ai trouvé un grand rouleau de papier rouge pour nappes. Je retrace et arrime avec deux fois plus de pierres le sigle d’ICAN. C’est la grève : elle ne dépend pas du domaine de la commune du Mont ; elle fait partie du domaine maritime.

Jusqu’au 9 Août, il arrive qu’il pleuve, que j’aie des visites. les gendarmes ne se manifestent plus. C’est moi qui leur demande des nouvelles de ma valise et ils ne peuvent m’en donner. J’ai cependant l’assurance qu’elle est en bonnes mains.

Le 9 Août, après l’Eucharistie tout là-haut, je déjeune avec une poire négligemment abandonnée, démonte la tente et fais de l’auto-stop pour revenir à 19 h à la maison à Granville.

Serge de Granville

image_print
Facebooktwittermail

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *