Campagnes Europe

Quelle Europe pour la Paix ?

Traité pour une Constitution européenne : La déclaration du Mouvement de la Paix (1er mars 2005)


L’OTAN et l’OSCE, deux géants aux objectifs divers…

L’OTAN

L’Organisation du Traité de l’Atlantique Nord est une alliance militaire créée par les États-Unis en 1949 pour contrer l’influence de l’Union Soviétique. Elle est formée de 26 membres européens plus les États-Unis et le Canada. La France, membre de l’OTAN au début, en sortit sous la présidence de Charles De Gaulle, mais a rejoint l’OTAN en 1992 sans faire partie du commandement intégré. Cependant, elle participe aux opérations militaires dans ce cadre : Kosovo, Afghanistan, Irak (formation des policiers)… Si l’alliance n’a plus lieu d’être puisqu’elle avait été créée pour faire face aux Soviétiques, sous la férule des États-Unis, elle ne cesse de s’élargir et de se renforcer et peut aujourd’hui intervenir dans le monde entier « pour préserver les intérêts stratégiques » et participer aux « guerres préventives. » Dans les bases militaires de l’OTAN en Europe sont stockées 480 bombes atomiques. Les États-Unis projettent d’installer en Sardaigne une base qui doublerait ce nombre.

L’OSCE

L’Organisation pour la Sécurité et la Coopération en Europe est l ’organisation de sécurité régionale la plus importante avec 55 pays membres de l’Europe à l’Asie centrale plus les États-Unis et le Canada. Cette organisation a été fondée en 1992 pour succéder à la Conférence pour la Coopération et la Sécurité en Europe. Elle est chargée de prévenir les conflits, de gérer les crises et de reconstruire la paix. Son approche de la sécurité est politique et coopérative, incluant le respect des droits humains, de l’environnement et de la démocratie. Elle travaille avec les ONG, les parlements, et tous les états y ont un statut équivalent. Cependant, ses faibles moyens politiques et logistiques (budget plus de mille fois inférieur à celui de l’OTAN) ne lui permettent pas à ce jour de jouer un rôle majeur.


Références

Article I-2
Les valeurs de l’Union

«L’Union est fondée sur les valeurs de respect de la dignité humaine, de liberté, de démocratie, d’égalité, de l’État de droit, ainsi que de respect des droits de l’homme, y compris des droits des personnes appartenant à des minorités. Ces valeurs sont communes aux États membres dans une société caractérisée par le pluralisme, la non-discrimination, la tolérance, la justice, la solidarité et l’égalité entre les femmes et les hommes.»

Article I-3-1
Les objectifs de l’Union

« L’Union a pour but de promouvoir la paix, ses valeurs et le bien-être de ses peuples. »

Article I-41

2. La politique de sécurité et de défense commune inclut la définition progressive d’une politique de défense commune de l’Union. Elle conduira à une défense commune, dès lors que le Conseil européen, statuant à l’unanimité, en aura décidé ainsi.
Il recommande, dans ce cas, aux États membres d’adopter une décision dans ce sens conformément à leurs règles constitutionnelles respectives. La politique de l’Union… respecte les obligations écoulant du traité de l’Atlantique Nord pour certains États membres qui considèrent que leur défense commune est réalisée dans le cadre de l’Organisation du traité de l’Atlantique Nord (Otan)…

Article I-41

3. Les États membres s’engagent à améliorer progressivement leurs capacités militaires…


TÉMOIGNAGES de pacifistes européens

Grande Bretagne :

« La Campagne pour le Désarmement Nucléaire (CND) n’a pas d’opinion sur la totalité du texte, mais nous sommes inquiets des encouragements à l’augmentation des dépenses militaires alors que nous travaillons à réduire le militarisme. De même, la CND s’oppose à l’OTAN comme alliance militaire et bien entendu à sa politique nucléaire, or son rôle est renforcé par ce Traité. L’Union Européenne devrait plutôt se mettre en conformité avec les Traités internationaux et devenir un acteur majeur du désarmement. »

Rae Street, chargée des relations internationales de la CND.

Allemagne :

« Le grand rassemblement annuel des pacifistesde Kassel s’est prononcé pour une Europe qui refuse la guerre. C’est pourquoi, nous disons oui à l’Europe et non au projet de Traité. Soixante ans après la libération de l’Allemagne du fascisme, nous voulons une Europe pacifique et démocratique. Au lieu de l’armement et du démantèlement des acquis sociaux, nous voulons la justice sociale et la médiation dans les conflits, le désarmement et une vraie coopération entre le Nord et le Sud. »

Willi Van Ooyen, pacifiste syndicaliste, animateur du forum de Kassel Les pacifistes européens et la Constitution

Belgique :

« Nous sommes convaincus que l’Europe doit parler d’une seule voix, mais pour dire quoi ? C’est aux citoyens de trancher et notre premier devoir est celui de l’information et de la vigilance. Il faut investir dans la prévention des conflits et l’aide au développement plutôt que dans la course aux armements. Notre conception de la sécurité doit rester absolument dans le cadre de l’ONU et le refus de la guerre préventive. »

Arnaud Ghys, responsable à la paix de la Coordination Nationale pour la Paix et le Développement (CNAPD)


ARCHIVES :

Conférence internationale contre la militarisation de l’Europe : Déclaration de Prague (5-6 mai 2007)

Appel de Manchester : Une Europe pour la Paix (5 mars 2005)

image_pdfimage_print
Facebooktwittermail